Ecologie

Le président du sommet assure qu’il reste encore un long chemin à parcourir pour un accord mondial

Le président du sommet des Nations unies sur le climat, le Britannique Alok Sharma, a assuré ce mardi 9 novembre que, malgré certains engagements pris pour atténuer le changement climatique, il reste encore beaucoup de travail pour parvenir à un accord, alors que la réunion est dans sa deuxième semaine et il est considéré comme la « dernière grande opportunité » de définir des politiques pour arrêter le réchauffement climatique.

« Il y a encore une montagne à gravir », a déclaré le président de la COP26, Alok Sharma, après avoir évoqué les progrès réalisés au sommet, mais qu’il juge insuffisants.

La position de Sharma est étayée par la publication d’un nouveau rapport de Climate Action Tracker, publié le 9 novembre dans le cadre du sommet sur le climat, qui contraste fortement avec l’optimisme affiché ces jours-ci à Glasgow.

L’étude affirme que le monde est sur la bonne voie pour un réchauffement « catastrophique » de 2,4 degrés Celsius d’ici la fin de ce siècle, selon les objectifs à court terme que les pays se sont fixés.

Elle est au-dessus de la limite des 2 degrés, et de préférence 1,5°C, que vise l’Accord de Paris, une marque reprise dans les engagements annoncés lors de la COP26.

« Nous progressons, mais il y a encore une montagne à gravir dans les prochains jours. Ce qui a déjà été collectivement convenu, ce sont des progrès, mais ce n’est pas tout ce qui est nécessaire pour garder l’objectif de 1,5 degré à portée de main », a expliqué Sharma.


C’est l’augmentation de la température mondiale que les scientifiques recommandent de ne pas dépasser pour éviter les pires catastrophes naturelles telles que les ouragans, les inondations et les incendies de forêt, entre autres, qui frappent une grande partie de la population mondiale.

« Maintenant, le monde a besoin de croire que nous passerons immédiatement à la mise en œuvre, que les promesses faites ici seront tenues et que les politiques et les investissements seront suivis rapidement », a ajouté le responsable britannique.

L’analyse soutient que ce n’est que si les engagements annoncés lors de ce sommet de l’ONU sont pleinement tenus, qu’il sera possible de réduire le réchauffement climatique futur de deux dixièmes de degré. Cependant, il précise que ce qui a été convenu jusqu’à présent lors de la réunion n’est pas suffisant pour atteindre l’un des objectifs internationaux.

Les promesses annoncées à ce jour sont : éliminer l’utilisation et la production de charbon pour les trois prochaines décennies; réduire la déforestation ; réduire le méthane et éliminer le financement des projets de combustibles fossiles à l’étranger.

12 pays s’engagent à verser 356 millions d’euros pour les nations pauvres

Ce chiffre, de l’ordre de 413 millions de dollars, serait remis aux 46 pays les moins avancés du monde pour atténuer les conséquences de la crise environnementale et « combler le fossé climatique ».

Le financement sera géré par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) en coordination avec le Fonds pour les pays les moins avancés (FDL), comme annoncé le dixième jour du sommet des Nations Unies sur le climat.

L'ancien président des États-Unis Barack Obama et l'envoyé spécial pour le climat John Kerry posent avec des militants et des délégués au pavillon des États-Unis lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, COP26, à Glasgow, Écosse, Royaume-Uni, le 9 novembre 2021.

L’ancien président des États-Unis Barack Obama et l’envoyé spécial pour le climat John Kerry posent avec des militants et des délégués au pavillon des États-Unis lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, COP26, à Glasgow, Écosse, Royaume-Uni, le 9 novembre 2021. © Reuters / Yves Herman

Les contributions seront livrées par 12 territoires développés : Canada, Danemark, Estonie, France, Allemagne, Irlande, Pays-Bas, Suède, États-Unis, Suisse, Belgique et la région belge de Wallonie.

« Je suis ravi de la grande démonstration de soutien au LDCF, qui s’impose comme une source de soutien pour les pays les plus vulnérables du monde. Les engagements d’aujourd’hui feront une différence immédiate là où les risques de changement climatique sont les plus grands », a déclaré le président de le FEM, Carlos Manuel Rodríguez.

Les pays riches font face à de fortes pressions pour intervenir dans une solution rapide au réchauffement climatique, car ce sont précisément ces nations qui émettent les gaz les plus polluants dans l’atmosphère.

Ce n’est pas une situation facile à résoudre compte tenu des intérêts économiques en jeu, car les combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz, ceux qui polluent le plus la planète, sont également une source de grandes ressources et font bouger dans une large mesure les économies des pays développés. .

Le nouvel engagement financier a été annoncé au lendemain du sommet sur le climat axé sur les coûts environnementaux et économiques élevés supportés par les pays pauvres, dans de nombreux cas les moins polluants.

Avec Reuters, AP et EFE