Ecologie

Un regard sur le pacte climatique de Glasgow et sa lutte contre le charbon

Après deux semaines et une journée de pourparlers frénétiques et ininterrompus, 197 pays se sont mis d’accord sur une feuille de route pour lutter contre le changement climatique. Le document a des références historiques, tandis que les écologistes critiquent que le sommet n’a pas été un véritable tournant pour sauver la planète.

Ce fut une négociation héroïque, comme l’a décrit Alok Sharma, le président de la COP26.

Avec des changements de dernière minute à la suppression progressive du charbon, le combustible le plus sale pour l’environnement, les signataires se sont engagés à maintenir l’Accord de Paris en vie puis à contrôler la température de la planète de 1,5 degré, encore une question d’urgence.

Ces changements pour obtenir le consensus qui permettrait d’aboutir à l’accord, qui a même fait pleurer Sharma, ont été contraints par la Chine et l’Inde qui défendent leur droit de continuer à développer leurs économies avec l’utilisation du charbon.

Ces deux géants ont exigé d’adoucir le langage du pacte. Le mot d’ordre était d’accélérer l’élimination du charbon pour le réduire progressivement. La vérité est que ce ne sont pas que des mots.

Ce que la Chine et l’Inde ont clairement indiqué, c’est qu’elles n’abandonneront l’utilisation du charbon que lorsque leurs économies seront si dynamiques et durables qu’elles n’en auront plus besoin.

Ce n’était pas une surprise. A la veille de la COP26, la Chine a annoncé qu’elle n’atteindrait l’objectif zéro carbone qu’en 2060. Une décennie après l’objectif fixé par les grandes économies réunies au G7.

Alors que l’Inde, un autre des plus gros pollueurs, a fixé son échéance pour se décarboner à 2070, 20 ans après le reste du monde. Cette nation a mis sur la table que la lutte contre le changement climatique est une attente, mais pas sa priorité.

Cependant, le pacte de Glasgow peut être considéré comme historique car il inclut pour la première fois la fin des subventions aux combustibles fossiles.

Même les États-Unis ont averti que le maintien des subventions millionnaires pour ces carburants « est fou ».

Le charbon restera une sombre réalité

Alors que les pays développés cherchent à contourner le charbon et à fermer leurs mines, la Chine, notamment, a fait sentir son pouvoir à Glasgow pour exiger que son utilisation ne soit pas encore totalement interdite.

L’Inde, pour sa part, autre puissance économique émergente de notre époque et qualifiée de plus grande démocratie du monde, a fait de même. Dans ce pays, des populations entières dépendent de cet élément pour leur survie.

On pourrait penser que l’objectif fixé par le G7 signifierait une sorte de pression politique notamment pour la Chine, mais cela n’a pas été le cas.

La responsable de la politique climat et énergie du WWF, Fernanda Carvalho, a fait part sur France 24 de sa frustration face à « l’adoucissement du langage » à propos du charbon, souvent utilisé comme source de production d’énergie.

« C’est triste parce que ce sont de mauvaises options de développement. Je crois en un nouveau modèle de développement dans lequel les pays développés pourraient transférer la technologie », a déclaré Carvalho.

C’est également ce qu’a clairement indiqué le négociateur de l’Union européenne, qui a déclaré publiquement qu’une économie basée sur le charbon n’est pas durable.

Alors que la secrétaire de l’ONU à l’environnement, Patricia Espinosa, voit dans cette modération du langage sur les interdictions du charbon « une de ces solutions diplomatiques », comme elle a pu l’affirmer à la BBC.

« L’addiction aux fossiles est une maladie que l’humanité doit reconnaître pour la vaincre. Comme tout malade, plus on lui permet d’avancer dans le corps, moins il a de chances d’en sortir vivant », a déclaré Sebastián Navarro, secrétaire général du CC35.

Glasgow, une étape historique

Sans aucun doute. Dans cette course pour sauver la planète et les populations les plus vulnérables des effets dramatiques du réchauffement climatique, il y a beaucoup d’attente.

Cependant, la COP26 a finalement quitté le livre de règles de l’Accord de Paris qui définit comment il doit être mis en œuvre. De plus, chaque pays signataire doit présenter ses objectifs et actions nationaux pour réduire les émissions, entre autres. Ainsi qu’un bilan de ses objectifs de réduction des émissions en 2022.

Le Pacte climatique de Glasgow est également historique car il fait, pour la première fois, une référence directe à la fin de la dépendance aux combustibles fossiles.

L’envoyé spécial pour l’environnement des États-Unis, John Kerry, a surpris en prévenant que les subventions des millionnaires aux combustibles fossiles devaient cesser et a parlé d’une législation que la Maison Blanche prépare en la matière.

L'envoyé américain pour le climat, John Kerry, assiste à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), à Glasgow, en Écosse, au Royaume-Uni, le 12 novembre 2021.

L’envoyé américain pour le climat, John Kerry, assiste à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), à Glasgow, en Écosse, au Royaume-Uni, le 12 novembre 2021. © Yves Herman / Reuters

La COP26 décrit également la voie à suivre pour maintenir la température de la planète en dessous de 1,5 degré. Cela nécessite, dans un premier temps, que d’ici 2030, les émissions mondiales soient réduites de 45% et en 2050, qu’il n’y ait aucune émission.

Un objectif très complexe et difficile à atteindre, surtout si les accords deviennent lettre morte. « Il garde 1,5 en unité de soins intensifs », précise Carvalho.

« Si Paris a posé l’échafaudage, Glasgow a fait des progrès sur les fondations : les pays ont désormais un mandat clair pour travailler ensemble pour réduire et séquestrer les émissions via les marchés du carbone », a déclaré John Verdieck, directeur de la politique climatique internationale.

Avancement et en attente

Les signataires s’engagent à doubler le budget de financement d’ici 2025 pour l’adaptation des pays en développement. « Il est super tard, on en a besoin avant », dit Carvalho.

Dans le même temps, nous devons continuer à trouver un moyen de payer pour les pertes et les dommages que le réchauffement climatique cause déjà dans les pays disposant de moins de ressources.

« C’est le meilleur pacte possible pour tout le monde », a déclaré Patricia Espinosa.

Tandis que le secrétaire général du CC35, qui regroupe les villes, affirme que « le Pacte a clairement indiqué que les nations ne peuvent pas continuer à mener des négociations mondiales. Les gouvernements infranationaux doivent avoir un siège à la table de décision si nous voulons une planète viable. »

Accords non officiels

Pendant les douze jours de la COP26, plusieurs accords et alliances ont été annoncés qui ne font pas partie du Pacte climatique de Glasgow, ni de l’agenda officiel, mais sont d’une immense importance, comme l’alliance entre les États-Unis et la Chine.

Les deux plus grandes puissances ont mis de côté leurs divergences politiques et économiques pour adopter des décisions environnementales communes.

Les forêts, poumons du monde

Plus de 100 pays ont signé l’accord promu par le gouvernement britannique pour mettre fin à la déforestation d’ici 2030.

Bien qu’il ne soit pas juridiquement contraignant, il s’agit d’une étape très importante car l’accord couvre 85 % des forêts du monde.

La Chine et le Brésil figurent parmi les signataires. La déforestation au Brésil aurait atteint des niveaux records depuis 2008.

Réduire l’utilisation du méthane

Les États-Unis et l’Union européenne ont promu l’accord pour commencer à freiner l’utilisation de ce gaz, 80% plus polluant que le CO2 lui-même et responsable de 25% des gaz à effet de serre.

D’ici 2030, les plus de 80 pays signataires se sont engagés à réduire leur utilisation de 30 %.

Au-delà du pétrole et du gaz

Le Costa Rica et le Danemark, l’un des plus grands producteurs de pétrole d’Europe, mènent l’alliance historique pour mettre fin à la production d’hydrocarbures.

Dans ce document, signé par 10 autres pays et villes comme la France et la Suède, ils s’engagent avec leur volonté politique à ne même pas continuer à délivrer des licences ou à explorer de nouveaux champs pétroliers.

Bien que les géants producteurs d’hydrocarbures ne l’aient pas signé, c’est un grand pas dans la bonne direction.

L’Amérique latine, territoire de biodiversité, revendique sa place

L’Équateur a annoncé l’extension d’une réserve marine de 60 000 kilomètres dans les îles Galapagos, en plus des 130 000 kilomètres dont ils disposent déjà. Ceux-ci ont 95% d’espèces uniques.


Le président de l’Équateur, Guillermo Lasso, a déclaré que la conservation aux Galapagos se fera par échange de dette, ce qui ouvre toute une gamme de possibilités pour obtenir des ressources pour la conservation écologique.

Pour leur part, la Colombie, le Costa Rica, le Panama et l’Équateur ont convenu de créer le plus grand corridor marin de l’hémisphère occidental pour protéger les espèces marines uniques de ces eaux.

Au cours de ce sommet de deux semaines, des scientifiques, des experts et des politiciens ont défini la feuille de route pour sauver la planète. Tout le monde semble savoir de quel côté est. Il est temps de commencer à le visiter.