Ecologie

« Faites partie de la solution », à l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique

Le 22 mai est la journée commémorative de la biodiversité de la planète Terre. Sa conservation est essentielle à la vie et à la prévention des maladies, mais aucun des objectifs mondiaux de la dernière décennie pour sa préservation n’a été atteint. L’Amérique latine possède certains des pays les plus riches en biodiversité au monde, en partie grâce à l’Amazonie, le principal poumon de la planète.

La perte de biodiversité peut provoquer des zoonoses, des maladies transmises de l’animal à l’homme. Quelque chose qui semble familier, au milieu de la pandémie du virus Covid-19.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que le coronavirus était probablement transmis des chauves-souris à l’homme, via un troisième animal. Les données scientifiques montrent que 60% des maladies infectieuses humaines apparues entre 1990 et 2004 sont d’origine animale.

Dans ce contexte, avec le slogan «Je fais partie de la solution», les Nations Unies célèbrent ce 22 mai, la Journée internationale de la diversité biologique. La biodiversité est l’ensemble des plantes, des animaux et des micro-organismes, ainsi que les espèces, les variétés, les races, les écosystèmes et leurs environnements.

Des voix célèbres du monde entier se sont jointes à l’appel pour la protection de la biodiversité. Parmi ces personnes se distingue la chef de file de l’environnement, Greta Thunberg, qui a laissé une vidéo sur Twitter pour commémorer la journée. Il l’a fait avec un message puissant:

« Notre relation avec la nature est rompue. Mais les relations peuvent changer. Lorsque nous protégeons la nature, nous sommes la nature qui se protège elle-même. »

Dépendance à la biodiversité et danger de sa détérioration

Les données de l’ONU montrent que le poisson fournit 20% des protéines animales à environ 3 milliards de personnes; les plantes sont responsables de plus de 80% de l’alimentation humaine; De plus, 80% des habitants du monde rural dépendent des plantes pour avoir des médicaments traditionnels.

D’autres données, également de l’ONU, montrent le contraste entre l’importance et la détérioration de la biodiversité. Un million d’espèces d’animaux et de plantes sont en danger d’extinction, tandis que les données de l’organisation World Wildlife Fund montrent que depuis 1970, les espèces de vertébrés ont été réduites de 60%.

Photographie montrant le parc national de Palo Verde, à San José, Costa Rica.
Photographie montrant le parc national de Palo Verde, à San José, Costa Rica. © Jeffrey Arguedas / EFE

La biodiversité est essentielle pour obtenir des ressources telles que l’eau, la nourriture, les médicaments, les vêtements, le carburant, les abris et l’énergie. Au contraire, parmi les causes de sa détérioration figurent la démographie, le changement climatique, la pollution et les espèces envahissantes.

Le gouvernement envisage de préserver la diversité biologique

Entre 2011 et 2020, un plan stratégique pour la diversité biologique a été réalisé, promu par la Convention sur la biodiversité biologique, composée de 195 pays et de l’Union européenne. Ses résultats seront évalués en octobre, lors de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité # COP15. Cependant, António Guterres, secrétaire général de l’ONU, a assuré qu ‘ »aucun des objectifs mondiaux en matière de biodiversité n’a été atteint d’ici 2020″.

Au cours de cette décennie, il y aura deux nouvelles opportunités: en 2021, commence la Décennie des sciences océaniques au service du développement durable et la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes.

Image d'une tortue relâchée à Buenaventura, Colombie.
Image d’une tortue relâchée à Buenaventura, Colombie. © Ernesto Guzmán Jr / EFE

Le vendredi 21 mai, à la veille de la Journée internationale de la diversité biologique, les ministres de l’environnement du G7 ont convenu de respecter l’objectif dit «30×30». C’est une initiative du Costa Rica et d’autres pays, qui a vu le jour en 2019 à l’Assemblée générale des Nations Unies. Le plan envisage de protéger au moins 30% de la surface terrestre et marine d’ici 2030; actuellement 15% des terres et 7% de la mer sont protégés.

L’Amérique latine, une région de référence mondiale en matière de biodiversité

L’Amérique latine compte six des pays les plus riches en biodiversité au monde, dont la Colombie, le Brésil et l’Équateur, selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement. En fait, 60% de la vie terrestre, marine et d’eau douce du monde se trouve en Amérique latine, grâce à l’Amazonie, en plus de la variété des climats et des écosystèmes de la région. Selon le WWF, l’Amazonie est une réserve écologique fondamentale pour toute la planète.

Le Brésil compte 2,4 millions d’espèces, ce qui représente entre 15 et 20% de la biodiversité mondiale. De plus, il contient 20% de l’eau douce du monde. La Colombie, pour sa part, possède 10% de la biodiversité mondiale; tandis que l’Équateur compte 9% d’espèces de grenouilles et plus de 400 espèces de mammifères.

Cependant, le Fonds mondial pour la nature a mis en garde contre le déclin alarmant de la biodiversité en Amérique latine. Entre 1970 et 2016, 94% de la diversité biologique a été perdue, une étude basée sur le suivi et l’étude de 21 000 espèces.

gestioninclusive@gmail.com