Ecologie

C’est ainsi que l’accord Escazú entre en vigueur en Amérique latine

Il s’agit du premier traité régional sur l’environnement et du premier au monde à discuter de protections spécifiques pour les défenseurs de l’environnement. Bien que la tâche de le créer ait commencé en 2012, ce n’est que jusqu’au 22 avril 2021 que sa mise en œuvre a officiellement commencé et il ne sera appliqué que dans les 12 pays d’Amérique latine et des Caraïbes qui l’ont ratifié.

Le plus important pacte latino-américain sur l’environnement a commencé à régner le jour de la Terre, le 22 avril. Son nom officiel est Accord régional sur l’accès à l’information, la participation du public et l’accès à la justice en matière d’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes; bien qu’il soit connu sous le nom d’Accord Escazú car c’est dans cette ville du Costa Rica où il a été adopté pour la première fois.

Comme son nom l’indique, ce traité international repose sur trois piliers: le droit d’accès à l’information environnementale, la participation du public aux processus décisionnels environnementaux et l’accès à la justice en matière d’environnement. De plus, c’est le seul accord au monde qui aspire à accorder des protections spéciales aux défenseurs des droits humains qui se consacrent aux questions environnementales.

Sur ce dernier point, des organisations comme l’ONU, notamment à travers la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) ont soutenu ce pacte.

«Il s’agit d’une réalisation historique pour la région et pour le monde (…) Alors que nous continuons à lutter contre les effets dévastateurs de Covid-19 et à intensifier les efforts pour endiguer la triple crise du changement climatique, l’effondrement de la biodiversité et la contamination de l’environnement naturel, l’entrée en vigueur de l’Accord d’Escazú est source d’espoir et d’inspiration et prépare le terrain pour une reprise durable et résiliente », a déclaré António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies.

Mais loin d’avoir un soutien unifié, la voie de l’entrée en vigueur de l’Accord d’Escazú a été pleine d’opposition politique et économique. Un aperçu rapide de cette situation peut être vu dans les chiffres: sur 33 pays d’Amérique latine et des Caraïbes, 24 ont signé l’accord et seulement 12 l’ont ratifié. Comme pour tous les traités internationaux, les pays doivent le ratifier pour que ledit texte devienne loi sur leur propre territoire.

Ce sont les 12 pays d'Amérique latine et des Caraïbes qui ont ratifié l'Accord d'Escazú, le premier pacte régional sur l'environnement et le premier au monde à inclure des protections pour les défenseurs de l'environnement.
Ce sont les 12 pays d’Amérique latine et des Caraïbes qui ont ratifié l’Accord d’Escazú, le premier pacte régional sur l’environnement et le premier au monde à inclure des protections pour les défenseurs de l’environnement. © France 24

Et s’il n’y a pas de nombre minimum de ratifications, l’accord ne peut pas être mis en œuvre, même pas dans les pays qui le soutiennent. Telle était la réalité à laquelle le pacte Escazú a été confronté pendant plus de deux ans. Le traité a été adopté le 4 mars 2018 et le 27 septembre de la même année, les nations qui voulaient le signer ont commencé à le signer. Mais ce n’est que le 22 janvier 2021 que les 11 pays ayant ratifié, au moins nécessaires à l’entrée en vigueur du pacte, ont été achevés.

Tous ces temps n’incluent pas la préquelle des négociations. La première déclaration à partir de laquelle les bases de l’accord Escazú ont émergé a été faite en 2012, lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable à Rio de Janeiro. L’événement, qui s’appelait Rio + 20, a été le point de départ de la création des objectifs de développement durable et a également donné force à un concept qui avait été soulevé il y a vingt ans: le principe 10.

Ce principe vise à garantir que toutes les personnes aient accès à l’information, participent à la prise de décision et aient accès à la justice en matière d’environnement. Tout cela pour garantir le droit à un environnement sain et durable.

Ce qui était nouveau à Rio + 20, c’est que les gouvernements du Chili, du Costa Rica, de la Jamaïque, du Mexique, du Panama, du Paraguay, du Pérou, de la République dominicaine et de l’Uruguay ont donné une impulsion au principe 10 en exigeant un nouveau mécanisme pour protéger ce droit. Et c’est à partir de là que l’accord Escazú est né.

Les politiciens et les hommes d’affaires qui s’opposent à l’accord d’Escazú allèguent des violations de souveraineté

Le problème est que de nombreux hommes politiques et hommes d’affaires considéraient avec méfiance les garanties d’accès à l’information accordées par ce pacte. L’un des arguments les plus entendus à travers le continent était qu’il violait la souveraineté de chaque nation en accordant de nouvelles normes, qui sont plus garanties pour les défenseurs de l’environnement. Cependant, d’un autre côté, ils ont répondu que l’Accord Escazú reconnaît la législation nationale comme une condition préalable pour pouvoir fonctionner.

Parmi les secteurs qui se sont le plus opposés, il y avait plusieurs syndicats de différents pays. Pour reprendre les mots d’Alicia Bárcenas, secrétaire exécutive de la CEPALC, il existe «un lobby des entreprises» de la part de ceux qui pensent que le pacte les empêchera d’aller de l’avant avec leurs affaires.

«Je leur dirais qu’ils ne devraient pas les voir comme ça car, au fond, quand les communautés sont contre un projet, avec ou sans l’accord Escazú, elles ne le laisseront pas passer et l’investissement sera perdu. Ce que dit cet accord, c’est qu’il doit y avoir une consultation préalable dans les communautés et qu’il faut leur donner la participation et l’accès à l’information pour que les choses se fassent de la meilleure façon possible. Non pas qu’ils ne soient pas terminés, mais qu’ils soient améliorés », a déclaré Bárcenas.

Malgré la défense féroce, la plupart des gouvernements et des congrès de la région ont décidé de ne pas ratifier le traité. Paradoxalement, le Chili et le Costa Rica sont sur la liste des gouvernements qui ont tourné le dos à l’accord, malgré le fait que les deux pays sont ceux qui ont initialement conduit son approbation.

Selon le rapport de Global Witness, la Colombie est le pays où le plus de défenseurs de l'environnement tuent.
Selon le rapport de Global Witness, la Colombie est le pays où le plus de défenseurs de l’environnement tuent. © France 24

Le plus inquiétant à ce sujet est que les pays qui comptent le plus grand nombre de défenseurs de l’environnement assassinés restent en dehors de l’Accord d’Escazú. Selon le rapport le plus récent de l’organisation Global Witness, les deux tiers des meurtres de défenseurs de la terre et de l’environnement dans le monde en 2019 ont été perpétrés en Amérique latine. La Colombie est le pays le plus dangereux pour ces dirigeants, puisqu’ils y ont tué 64 défenseurs de l’environnement de la 212 homicides confirmés dans le monde.

La triste liste est composée du Brésil, du Mexique, du Honduras, du Guatemala et du Venezuela. Aucun d’entre eux n’a ratifié l’Accord d’Escazú, à l’exception du territoire aztèque. Face à cette situation, tant Guterres que Bárcenas insistent sur le fait qu’il est nécessaire que tous les pays latins ratifient le traité international pour donner plus de garanties aux défenseurs de l’environnement.