Ecologie

L’Agence internationale de l’énergie prévoit des émissions de CO2 record en 2023 après le Covid-19

L’instance de l’OCDE estime que les mesures projetées par les gouvernements pour surmonter la pandémie de coronavirus conduiront la planète à un degré de contamination sans précédent. L’agence souligne que les chiffres actuels des investissements dans les énergies propres sont insuffisants.

« Nous estimons que la mise en œuvre complète et opportune des mesures de relance économique annoncées à ce jour entraînerait une escalade des émissions de CO2 à des niveaux records en 2023, et continuera d’augmenter par la suite. » La projection a été publiée mardi 20 juillet par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), rattachée à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Selon l’entité parisienne, les plans de relance face à la pandémie de Covid-19 peuvent générer des records de gaz à effet de serre sans précédent. De plus, l’AIE a prévu que les chiffres d’investissement actuels dans l’énergie propre, qui totalisent environ 380 000 millions de dollars, n’équivalent qu’à 2% des 16 000 milliards de dollars que le Fonds monétaire international calcule comme le total des plans de relance.

C’est ainsi que le directeur de l’agence l’a exprimé : « Nous venons de lancer le nouveau suivi de la reprise durable de l’IEA pour mesurer comment les réponses des gouvernements à la crise de Covid-19 affectent les investissements dans les énergies propres et les émissions de CO2. le soutien va aux transitions énergétiques propres. »


Les investissements dans les énergies propres sont insuffisants pour les objectifs de l’Accord de Paris

« Les sommes d’argent, tant publiques que privées, qui sont mobilisées à l’échelle mondiale pour les plans de relance sont bien en deçà de ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques internationaux », a déclaré le directeur de l’Agence, Fatih Birol. L’AIE fait référence aux objectifs de l’Accord de Paris.

Selon le plan de relance durable de l’AIE, que l’AIE a développé conjointement avec le FMI en 2020, les gouvernements devraient investir environ 1 000 milliards de dollars par an entre 2021 et 2023 pour se mettre en conformité avec l’Accord de Paris. Selon l’AIE et le FMI, ce niveau d’investissement stimulerait également l’économie et créerait des millions d’emplois.

Le directeur de l’Agence a ajouté que les pays « doivent aller plus loin pour diriger les investissements dans les énergies propres ». Selon Birol, cet effort doit envisager un avenir au-delà de la période de reprise « pour orienter le monde vers un schéma d’émissions nettes zéro d’ici 2050 » qui, a-t-il dit, « est étroit, mais toujours réalisable », s’il est agi immédiatement.

L’AIE ne voit pas de meilleures perspectives pour l’énergie propre après 2023

En mai, l’agence a suggéré que le monde ne devrait pas continuer à investir dans des projets basés sur les combustibles fossiles s’il voulait atteindre zéro émission nette d’ici 2050. D’ici 2023, le monde devrait atteindre 3,5 milliards de tonnes d’émissions supérieures à ce qui est nécessaire. atteindre cet objectif.

L’AIE met également en garde contre l’écart d’investissement qui existe entre les économies les plus avancées et les économies « émergentes ».

« Alors que les plans de relance ont contribué à stimuler les investissements dans les énergies propres, de fortes disparités géographiques dans les dépenses apparaissent. Les dépenses consacrées à la relance durable sont beaucoup plus faibles dans les économies émergentes et en développement, où les investissements dans les énergies propres sont les plus nécessaires.


Sur les 380 000 millions de dollars qui seront investis dans les énergies propres dans le cadre des plans de relance, les deux tiers seront investis d’ici 2023. Le reste des ressources sera déployé dans une moindre mesure jusqu’en 2030, ce qui signifie que les plans énergétiques propres diminueront dans le reste de la décennie et, à la fin de cette période, équivaudront à moins d’un vingtième de ce qu’elles représentaient en 2021.

Avec Reuters