Ecologie

L’Amérique latine et les Caraïbes se conforment-elles à la reprise verte post-Covid-19 ?

L’ONU et l’Université d’Oxford ont lancé un outil pour suivre toutes les politiques de relance après la pandémie de Covid-19. L’objectif est de savoir si les gouvernements tiennent leurs promesses de reconstruire mieux et plus vertement et, pour l’instant, les résultats ne sont pas encourageants : globalement, seuls 19% des investissements de fonds pour la reconstruction ont été réalisés dans des secteurs durables. Le chiffre, en Amérique latine et dans les Caraïbes, tombe à 2,2 %.

Si vous vous êtes déjà demandé à quoi les gouvernements de vos pays dépensent l’argent de leur programme de reconstruction post-Covid-19, vous pouvez maintenant le découvrir. Au moins en termes de politiques de relance durable. Le Programme des Nations Unies pour l’environnement et le projet de relance économique de l’Université d’Oxford ont lancé le LAC Tracker, ou tracker pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

L’outil est mis à jour chaque semaine avec les données fournies par les gouvernements des 33 pays de la région. C’est une bonne nouvelle pour la transparence financière dans ces pays, qui ont été les plus durement touchés par la pandémie : un décès sur quatre dû au Covid-19 s’est produit en Amérique latine et dans les Caraïbes.


Si le lancement de ce tracker est source de joie, les chiffres qu’il affiche ne le sont pas : sur les 318 000 millions de dollars annoncés dans la région pour investir dans des politiques et des packages de sortie de crise sanitaire, les gouvernements n’ont investi que 2,2 % dans des industries ou des solutions durables sur le plan environnemental.

Ce pourcentage, qui s’élève à 19% au niveau mondial, reflète un manque d’orientation des ressources pour faire face à la triple crise environnementale à laquelle nous sommes confrontés : la crise climatique, la perte de biodiversité et la crise de la pollution. Dans une interview accordée à France 24, Brian O’Callaghan, responsable du projet de relance économique de l’université d’Oxford, souligne qu’en faisant cela, les pays « mettent en péril leur prospérité future ».

En Amérique latine et dans les Caraïbes, la plupart des ressources ont été consacrées à des plans de sauvetage pour maintenir les entreprises à flot et préserver la vie des gens. Seuls la Jamaïque, le Panama, le Brésil et la Colombie entrent pour l’instant dans la liste des pays qui ont pris des mesures prometteuses vers une reconstruction post-Covid-19 durable.


Les investissements de relance « doivent être avant-gardistes »

Pour Piedad Martín, directeur par intérim du Programme des Nations Unies pour l’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes (PNUE), il faut que cet argent des plans de relance ne reste pas dans un investissement à court terme, basé sur les mêmes industries polluantes habituelles. Selon elle, « il est très important que cet effort ne soit pas une simple dépense et soit un investissement dans l’avenir qui assure que nous respectons les accords de Paris ».

De l’ONU, ils voient « avec une grande inquiétude que les politiques économiques continuent de donner la priorité aux investissements dans les mêmes secteurs qui ont causé la crise sanitaire et climatique ». Ceci, malgré le fait que, selon l’Organisation internationale du travail (OIT), la décarbonisation générera 15 millions d’emplois dans la région latino-américaine.

Le PNUE demande également que les jeunes soient inclus dans la prise de décision, car ce sont eux qui ont le plus souffert de la pandémie en termes d’opportunités réduites et qui ressentiront le plus les effets du changement climatique.

Oxford et l’ONU rappellent que tous les pays n’ont pas la même capacité d’investissement. Alors qu’en Amérique latine et dans les Caraïbes, les dépenses de relance post-pandémie ont été de 490 dollars par personne, dans les économies les plus développées, elles ont été de 12 700 dollars. Une différence abyssale, mais pas volontaire.

En effet, le ministre costaricien de l’environnement, s’adressant à France 24, a reconnu que l’Amérique latine a encore beaucoup à faire pour mener à bien une reprise durable. Cependant, il a rappelé que la pandémie a montré que l’argent est là et que les pays les plus polluants doivent être plus solidaires, tandis que les pays bénéficiaires des fonds doivent être cohérents avec leur investissement.

Cet outil, né du Global Recovery Laboratory en tant que tracker régional, est accessible au public, pour l’instant avec des résultats préliminaires, sur le site recuperacionverde.com.

gestioninclusive@gmail.com