Ecologie

Selon ‘Nature’, la crise climatique augmentera le risque de contagion des virus des animaux aux humains

Une enquête publiée dans la revue Nature indique que les dommages environnementaux amèneront d’ici 2070 quelque 3 000 espèces de mammifères à modifier leur habitat et à se mélanger à d’autres animaux, ce qui générera de nouvelles conditions « potentiellement dévastatrices ». Ces transferts se feraient vers des zones à forte concentration humaine, ce qui augmenterait la possibilité que le virus passe des animaux aux humains. L’Afrique et l’Asie sont les endroits les plus compromis, avec des antécédents comme Ebola et le coronavirus.

Ce jeudi, la prestigieuse revue scientifique Nature a mis au jour une enquête qui révèle les dangers que la crise climatique peut générer chez les animaux sauvages. Le rapport annonce que d’ici 2070, environ 3 000 espèces seront redistribuées dans différents habitats, probablement dans des zones de forte concentration humaine, ce qui conduira à 15 000 nouvelles transmissions virales entre espèces.

Cela poserait un plus grand risque que les personnes contractent des maladies transmises par les animaux et augmenterait les chances de développer de nouvelles pandémies.

Les zones les plus compromises seront celles d’Afrique tropicale et d’Asie du Sud-Est, où des situations similaires se sont déjà produites avec Ebola et le coronavirus, car ce sont des zones où la faune et les civils sont majoritairement mélangés.

Le déplacement des espèces entraînera la création de communautés diverses et nouvelles, constituant un « risque potentiellement dévastateur pour l’émergence de nouvelles maladies qui menacent la santé des populations animales et d’éventuelles ramifications pour l’homme ».

Le travail précise que bien que les maladies transmises des animaux aux humains ne doivent pas nécessairement se terminer par des problèmes à grande échelle, comme ce fut le cas avec Covid-19, le plus grand nombre de conditions inconnues augmente la probabilité de dommages futurs à la santé des personnes. .

L’équipe dirigée par Colin Carlson – professeur assistant de recherche au Center for Global Health Science and Security du Georgetown University Medical Center – a expliqué qu’il s’agissait d’une réponse au changement climatique. En outre, ils ont averti que le maintien des températures en dessous de deux degrés pourrait ne pas suffire à empêcher ces mouvements, qui, selon eux, ont probablement déjà lieu et que personne ne s’en aperçoit.

George Albery, l’un des auteurs de l’étude, a exprimé lors d’une conférence de presse virtuelle qu’il est possible que le processus migratoire des animaux et ses conséquences ne puissent être empêchés « même dans le meilleur scénario de changement climatique ».

L’universitaire a suggéré qu’il est nécessaire de mettre en place des systèmes de surveillance pour surveiller les activités des animaux et de construire des infrastructures qui garantissent leur bien-être et, par conséquent, celui des personnes.

En outre, il a également déclaré que les prochaines décennies seront marquées par le plus grand nombre de maladies et les répercussions du changement climatique, qui deviendront la principale raison de l’origine de nouvelles infections, dépassant des problèmes tels que la déforestation, le commerce d’espèces sauvages et l’élevage industriel.

Avec EFE et AP