Economie

Quel sera l’impact de la hausse historique des taux d’intérêt aux États-Unis sur l’Amérique latine ?

Pour les experts, les principaux risques d’une hausse agressive des taux d’intérêt aux États-Unis pourraient se traduire par une fuite des capitaux, un raffermissement du dollar, des crédits plus chers et donc un ralentissement de l’économie de la région.

Cette semaine, Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale des États-Unis, populairement connue sous le nom de Fed, a déclaré que l’émetteur envisageait d’autres augmentations d’un demi-point des taux d’intérêt, comme celle annoncée mercredi, ce qui signifiait la plus forte hausse de plus de deux décennies.

Powell a déclaré lors de la conférence de presse que « des augmentations supplémentaires de 50 points de base devraient être sur la table » lors des prochaines réunions de l’instance et a exclu des augmentations de 0,75 ou d’un point entier. Après deux ans avec la valeur de l’argent proche de 0 pour atténuer l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’économie, le taux d’intérêt officiel aux États-Unis se situe désormais entre 0,75% et 1%.

Powell est convaincu que son virage vers des politiques monétaires restrictives ne portera pas un coup excessif à l’activité économique du pays, et il l’a justifié par la vigueur du marché du travail et la bonne situation financière des ménages et des entreprises.

Mais pour les économistes, les risques d’une hausse agressive se traduiront par un ralentissement économique. « La répercussion pour les Etats-Unis d’une politique plus agressive va avoir un impact sur le ralentissement du rythme de la croissance économique dans les six à neuf prochains mois », explique Gustavo Neffa, directeur de la recherche pour les commerçants, RFT.


La hausse des taux annoncée par la Fed cette semaine est la plus élevée depuis plus de deux décennies.
La hausse des taux annoncée par la Fed cette semaine est la plus élevée depuis plus de deux décennies. ©France 24

Les coups pour l’Amérique latine

Pour Neffa, le coup le plus dur pour l’Amérique latine viendra de la chute du prix des obligations et d’une éventuelle fuite des capitaux.

« Nous constatons peut-être également un impact très important sur les marchés avec la baisse du prix des obligations. Dans un régime à revenu fixe, la hausse des taux implique des baisses du prix des obligations qui ont affecté de manière significative tous les émetteurs ayant une cote de crédit inférieure, comme l’Amérique latine en général », a-t-il ajouté.

De nombreux investisseurs dans des scénarios comme celui-ci déplacent leur capital d’un pays à l’autre et cherchent refuge dans le dollar, dépréciant le reste des devises et affectant le pouvoir d’achat des gens.

« C’est le troisième volet d’une politique monétaire plus dure. Cela a commencé par la réduction du rythme des achats d’obligations, puis le processus d’augmentation des taux d’intérêt a commencé, et troisièmement, une fois que ce processus de « dégradation » ou de rachat d’obligations a été achevé, le processus inverse a commencé, la Réserve a commencé à annoncer une réduction de la bilan. Le montant d’argent de la Fed va baisser. Cela durera jusqu’à la fin de 2023 », a déclaré Neffa.

Ce vendredi, le bon du Trésor à 10 ans de référence aux Etats-Unis a atteint un rendement de 3,12% pour la première fois depuis 2018, ceci après l’annonce de la hausse des taux d’intérêt d’un demi-point pour juguler l’inflation.

Des hypothèques aux prêts étudiants, les rendements des obligations à 10 ans doublent en seulement 5 mois, passant de 1,496 % à la fin de l’année dernière.

« Un marché haussier monte les escaliers, tandis qu’un marché baissier prend l’ascenseur. Autrement dit, lorsqu’il s’agit d’actions, de taux d’intérêt ou de prix des matières premières, vous choisissez généralement de monter les escaliers parce que les investisseurs ne se contentent pas de faire des prévisions basées sur le lendemain ou la semaine prochaine, ils font des prévisions basées sur l’année prochaine ou plus », a déclaré Sam Stovall, directeur de la stratégie d’investissement pour CFRA Research.

« Je pense que les gens pensent : ‘C’est en fait un bon signe’ que la Fed ait relevé les taux d’intérêt ; ils pensent que l’économie peut supporter des taux d’intérêt plus élevés et, en même temps, cela renforce le dollar », a souligné l’expert.

Mais plusieurs analystes ne sont pas d’accord avec les actions de la Fed, estimant que l’émetteur a tardé à relever les taux d’intérêt pour freiner l’inflation. « Le marché a commencé à critiquer ouvertement Powell. La Réserve fédérale est en retard sur la courbe, c’est-à-dire qu’elle va après les faits au lieu de les anticiper. C’est la pire chose qui puisse arriver à une banque centrale pour que sa politique monétaire soit efficace », conclut Neffa.

avec EFE