Première modification:

L'Organisation des Nations Unies estime que le produit intérieur brut (PIB) mondial pourrait perdre 2,8 points de pourcentage en raison du tourisme au milieu de la crise de Covid-19, et qu'au moins 120 millions d'emplois sont menacés.

Au moins 320 milliards de dollars américains perdus au cours des cinq premiers mois de l'année en raison du tourisme mondial, une industrie qui génère au moins un emploi sur dix dans le monde.

Cela a été estimé mardi 25 août 2020 par un rapport des Nations Unies (ONU), dont le secrétaire général, António Guterres, a estimé que la situation Covid-19 laisse plus de 120 millions d'emplois en danger.

Le tourisme est le troisième secteur d'exportation de l'économie mondiale, juste derrière les carburants et les produits chimiques. En 2019, il représentait 7% du commerce mondial.

Cependant, en raison de la pandémie et des restrictions de mobilité dans la plupart des pays, les voyages touristiques internationaux ont diminué de plus de la moitié et les revenus ont chuté, générant un «choc majeur» pour les pays développés les plus riches et un véritable urgence "pour les pays en développement, en particulier de nombreux petits États insulaires en développement et pays africains", selon le rapport.

Pour certains de ces pays, le tourisme représente plus de 20% de leur PIB, a expliqué le directeur.

Sandra Carvao, responsable de l'information commerciale et de la compétitivité à l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies, a déclaré que les 320 milliards de dollars perdus entre janvier et mai représentent trois fois ce qui avait été perdu en 2009 au plus fort de la dernière crise financière mondiale. La perte à partir de juin n'a pas encore été estimée.

Les petites entreprises (qui soutiennent 80% du tourisme mondial) sont particulièrement vulnérables, a été l'une des conclusions des Nations unies dans le rapport présenté mardi.

Avec EFE et AP