Première modification: Dernière modification:

Après le jour où la valeur du baril a clôturé à 13,78 $, le marché du pétrole brut a enregistré une reprise mercredi dans un climat d'incertitude en raison de l'impact financier causé par la propagation de l'épidémie de Covid-19.

Avec une reprise de 19%, le prix du pétrole intermédiaire du Texas (WIT) s'est amélioré dans ses indicateurs après la journée de mardi, dans laquelle la valeur du baril a clôturé à 13,7 $, tandis que le Brent de référence est passé à 20,39 $, 6,92% de plus que 24 heures avant.

Ce rebond intervient au milieu de l'impact que la baisse de la demande a eu sur le marché du pétrole brut en raison de la crise provoquée par la propagation du coronavirus dans le monde.

Un échantillon de volatilité: le choc historique du 20 avril lorsque le prix du pétrole WTI coté à New York pour livraison en mai a perdu plus de 300% de sa valeur par rapport à la clôture de vendredi et s'est terminé en valeurs négatives pour la première fois en son histoire: -37,63 dollars le baril.

La baisse des ventes de pétrole est aggravée par l'épuisement de la capacité de stockage des sociétés minières. Cependant, comme en témoignent ce 22 avril les indicateurs de fonctionnement du New York Mercantile Exchange (Nymex), les contrats de livraison de WTI au cours du mois de juin ont gagné 2,21, par rapport à la date précédente , qui ouvre une lumière sur votre parcours professionnel.

L'espoir enflammé par le rebond des prix du soi-disant "or noir"

Jusqu'ici en 2020, les prix du pétrole au Texas ont subi une baisse de près de 70%, donc la hausse des stocks ce mercredi marque une bonne journée face aux pertes qui s'étaient accumulées ces dernières semaines.

Bien qu'au mois de janvier, le baril ait coûté 60 $, un chiffre qui est au moins 40 $ supérieur à la reprise enregistrée aujourd'hui, le rebond à ce prix est célébré pour avoir représenté l'un des montants les plus stables par rapport au Un prix négatif qui a conduit les compagnies pétrolières à devoir payer leurs acheteurs pour qu'ils reçoivent le pétrole brut sur leurs sites de collecte.

L'un des effets déclenchés par le rebond susmentionné a été celui de la hausse présentée à la Bourse de Sao Paulo, qui a progressé de 2,17% dans son indice Bovespa, dans le cadre de ce qui a été décrit par les agences de presse internationales comme EFE comme un "léger souffle d'optimisme" au milieu de l'urgence sanitaire qui fait déjà 182 740 morts dans le monde, selon le registre de l'Université Johns Hopkins.

La menace de saturation des entrepôts pétroliers

Le manque de demande ajouté à la continuité de la production a conduit les entreprises du secteur à atteindre le sommet de leur capacité de réserve, ce qui est considéré par les experts comme le plus gros problème de l'industrie: la saturation.

Techniquement, les réserves de pétrole aux États-Unis ont augmenté de 15 millions de barils entre le 10 et le 17 avril, de sorte que le principal point d'expédition de pétrole brut dans le pays, situé en Oklahoma, atteindra son maximum capacité de stockage en quelques semaines.

La baisse des achats de pétrole brut est entretenue par la paralysie provoquée par l'épidémie car, sans pouvoir continuer à fonctionner, les raffineries, les usines et les compagnies aériennes cessent d'exiger le produit, de sorte que seule la réactivation des activités productives pourrait rendre la stabilité de ce marché.

La pression de Trump contre le golfe Persique

La récupération du WTI et du Brent est donnée dans le cadre d'un nouvel ordre du président américain Donald Trump à la marine de son pays de "détruire" les navires iraniens qui viennent harceler les navires de son pays dans les eaux du Golfe Persan.

Dans son compte Twitter officiel, le président a confirmé l'ordre, qu'il a donné une semaine après que le Pentagone a annoncé que 11 navires des Gardiens de la révolution iraniens s'approchaient de navires américains dans la zone susmentionnée dans une série de "mouvements dangereux". .

Aux yeux de divers analystes financiers, le nouvel ordre du magnat républicain est interprété comme une sorte de "mouvement géopolitique" dans un domaine crucial pour l'approvisionnement en pétrole.

Avec EFE et Reuters