Ecologie

Que fait le Royaume-Uni pour contrôler son impact sur le changement climatique ?

En tant qu’hôte de la COP26, il s’est concentré sur la prise de mesures nationales avec effet dans un proche avenir qui lui permettront d’atteindre l’objectif de zéro émission de carbone d’ici 2050 et de « faire pression » sur les autres dirigeants mondiaux pour qu’ils agissent rapidement.

Boris Johnson a terminé deux ans en tant que Premier ministre. Au niveau national, il est le protagoniste de multiples polémiques, mais au niveau international, peu ont eu la chance de mener des scénarios multilatéraux comme le G7 et la COP26.

À partir de là, il a cherché à promouvoir un agenda plus vert et, accessoirement, à donner à son pays une place de leader dans le monde.

Le Royaume-Uni, dans la présidence provisoire de la COP26, a fondé sa stratégie, qu’il met en œuvre au niveau local et cherche à étendre au niveau mondial, sur quatre enjeux : réduire l’utilisation du charbon pour produire de l’énergie, convertir l’essence en voitures électriques, allouer des ressources millionnaires pour soutenir les pays en développement dans la lutte contre le changement climatique et planter des arbres.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson plante un arbre lors de sa visite dans une école à Armagh, en Irlande du Nord, le 21 octobre 2021

Le Premier ministre britannique Boris Johnson plante un arbre lors de sa visite dans une école à Armagh, en Irlande du Nord, le 21 octobre 2021 Piscine Paul Faith / AFP

Sans aucun doute, l’objectif de réduction des émissions à zéro d’ici 2050 nécessite des transformations profondes qui doivent être opérées immédiatement. Un premier objectif est de réduire de 78 % ses émissions d’ici 2035.

« Nous éliminerons l’utilisation d’énergie à partir du charbon d’ici 2024 et d’ici 2030, nous mettrons fin à la vente de nouveaux véhicules diesel et essence », a déclaré le président de la COP26, Alok Sharma.

L’Écosse et le Royaume-Uni, à la pointe de la transformation

En tant que région avec les champs pétrolifères du pays qui est devenue une source majeure de revenus, l’Écosse a déjà commencé à s’orienter vers la transition des combustibles fossiles vers des combustibles plus verts et plus respectueux de l’environnement. Elle a progressé, notamment dans la production d’énergie éolienne offshore.

Selon la BBC, la production éolienne a une capacité d’environ 10 GW, que le gouvernement a promis de quadrupler d’ici 2030.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, à droite, aide à placer un panneau solaire dans un cadre lors d'une visite au parc éolien Scottish Power Carland Cross à Newquay, Cornwall, Angleterre, le mercredi 9 juin 2021.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, à droite, aide à placer un panneau solaire dans un cadre lors d’une visite au parc éolien Scottish Power Carland Cross à Newquay, Cornwall, Angleterre, le mercredi 9 juin 2021. AP – Jon Super

La législation doit également être mise en œuvre pour garantir ces transformations profondes que doivent subir non seulement les industries mais le grand public.

Selon la porte-parole de Johnson pour la COP26, Allegra Stratton, le Royaume-Uni a réduit sa consommation de charbon pour l’électricité de 20 % en 2012 à 1,5 % aujourd’hui et l’objectif est de zéro d’ici 2024.

Le Royaume-Uni a également offert 2 milliards de livres sterling (environ 2 738 millions de dollars) aux pays en développement pour mettre fin à l’utilisation du charbon, considéré comme le combustible le plus sale pour sa quantité d’émissions.

Le gouvernement affirme que près de 40 % de la production d’électricité du pays provient d’énergies renouvelables.

Nouveaux systèmes de chauffage en Angleterre et au Pays de Galles

Avant l’inauguration de la COP26, le gouvernement a lancé un plan de subventions pour que les foyers d’Angleterre et du Pays de Galles puissent remplacer, à partir d’avril 2022, leurs systèmes de chauffage, nécessaires pour l’hiver, par des systèmes plus écologiques.

Chaque ménage recevra 5 000 livres, soit près de 7 000 dollars, et devra mettre un surplus.

L’annonce a suscité la polémique car le pays compte environ 23 millions de ces chars qui doivent être remplacés, mais cette subvention ne couvrira que 90 000, en trois ans.

Des voitures plus vertes d’ici 2030

Le plan est que d’ici 2030, ils cesseront de vendre de nouvelles voitures qui nécessitent de l’essence ou du diesel. « L’attente et l’espoir sont 2035 », a reconnu Stratton.

En septembre, les ventes de voitures entièrement électriques ont atteint des niveaux records avec 33 000. Ce chiffre, souligne ‘The Guardian’, est proche des ventes pour l’ensemble de 2019.

Ce comportement aurait pu être motivé par la crise qui a provoqué la pénurie d’essence en raison du manque de chauffeurs pour la distribuer et d’un changement de conscience chez les acheteurs.

Cependant, il n’existe toujours pas de politique gouvernementale qui motive et encourage l’achat de ce type de véhicule.

Un bus à impériale à hydrogène, à Ellon dans l'Aberdeenshire, en Écosse, le 5 novembre 2020

Un bus à impériale à hydrogène, à Ellon dans l’Aberdeenshire, en Écosse, le 5 novembre 2020 Michal Wachucik AFP / Archives

Le plan gouvernemental prévoit également des ressources millionnaires pour l’installation de points de recharge sur davantage de voies publiques pour les voitures électriques.

En plus d’assurer une transformation verte de l’industrie du transport, notamment aérien.

Projets avec captage d’hydrogène et de carbone

Pour réussir cette transition nécessaire et réussie des énergies fossiles vers les énergies renouvelables, le Gouvernement a annoncé la création d’un fonds pour encourager et développer l’économie de l’hydrogène.

Pour cette raison, elle financera sept projets pilotes de transport d’hydrogène et allouera 19,5 millions de livres sterling (environ 26,7 millions de dollars) pour développer la technologie permettant de capter le dioxyde de carbone avant qu’il n’arrive ou soit déjà dans l’atmosphère et de le stocker sous terre.

« Nous voulons être le Qatar de l’hydrogène », a déclaré Boris Johnson.

« L’hydrogène a été un carburant très puissant car lorsqu’il brûle, il ne laisse aucune émission », explique le directeur de l’Institut de transition énergétique de l’Université Robert Gordon, Paul de Leeuw.

Le monde mise de plus en plus sur l'hydrogène vert, qui est généré par électrolyse à partir d'énergies renouvelables telles que le solaire, l'hydroélectricité et l'éolien

Le monde mise de plus en plus sur l’hydrogène vert, qui est généré par électrolyse à partir d’énergies renouvelables telles que le solaire, l’hydroélectricité et l’éolien Tobias SCHWARZ AFP / Archives

Les experts soulignent que la transition ne peut se faire du jour au lendemain et que les pays en développement auront besoin non seulement de ressources mais aussi de technologie pour y parvenir.

« Le moyen de parvenir à une transition en douceur est de continuer à faire pression pour réduire la consommation, mais en même temps d’encourager le développement de davantage d’énergies renouvelables », a déclaré Alexander Kemp, professeur d’économie pétrolière à l’Université d’Aberdeen.

Mais le directeur d’Aberdeen Climate Action, Erik Dalhuijsen, estime que « le Royaume-Uni fait un excellent travail avec des promesses creuses ».

« Il délivre toujours de nouvelles licences d’exploration et de développement de production de pétrole et de gaz, ce qui contredit complètement toutes les déclarations » respectueuses du climat « du gouvernement. L’Ecosse n’a pas son mot à dire sur ces licences ».

Faire pression sur les dirigeants pour qu’ils parviennent à des accords

À la COP26, nous verrons un Premier ministre qui cherchera à convaincre plus de 120 dirigeants, attendus au sommet, de franchir le pas définitif qui change le rythme de la catastrophe climatique de la planète.

Il a déjà commencé à faire pression sur différents dirigeants par la voie diplomatique et par téléphone pour maintenir l’Accord de Paris en vie.

Cependant, à la veille de l’inauguration de la COP26, il a avoué sa crainte que le sommet n’atteigne pas les progrès nécessaires.