Ecologie

La pandémie a réduit la production de plastique, mais le coût environnemental reste élevé

L’association européenne des producteurs de plastique PlasticsEurope a assuré que la production mondiale de plastique avait chuté de 0,3% en 2020 en raison de la pandémie de coronavirus. L’événement n’a été enregistré que trois fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le chiffre est encourageant, mais il reste préoccupant. Selon Eric Quenet, directeur de l’association européenne des producteurs de plastique PlasticsEurope, la planète a produit « 367 millions de tonnes de plastique en 2020, contre 368 millions de tonnes en 2019 ».

Les deux autres revers de la production de plastique dans le monde ont eu lieu en 1973, avec la crise pétrolière, et en 2008, avec la crise des subprimes.

Pendant la crise sanitaire actuelle, Quenet assure qu' »on a beaucoup parlé d’une augmentation de la consommation de plastique médical », et c’est évident, avec l’augmentation de l’utilisation des gants et masques en plastique, ainsi que des masques. ces déchets ont atteint la mer, « mais le plastique médical ne représente que 1,5 à 2 % des volumes totaux de plastique », précise le directeur de PlasticsEurope.

À la suite de la crise sanitaire de Covid-19, l’Europe a connu une baisse de 5,1% de la production mondiale de plastique. En 2020, le Vieux Continent a fabriqué 55 millions de tonnes de nouveaux plastiques.

En Amérique du Nord, le volume de plastique a augmenté en une décennie (70 millions de tonnes en 2020 contre 53 millions de tonnes en 2010), mais le pourcentage de la production mondiale est resté à 19% en 2020 (en 2010 était de 20%).

Si nous allons en Chine, la production de plastique a augmenté de 1% en 2020, selon l’association. Et en Amérique latine, les chiffres variaient à peine de 5 % en 2010 à 4 % en 2020.

Pour Marco Lambertini, PDG de WWF-International, « le plastique n’est pas intrinsèquement nocif. C’est une invention artificielle qui a généré des avantages importants pour la société. Malheureusement, la façon dont les industries et les gouvernements ont traité le plastique et la façon dont la société l’a transformé en un produit jetable à usage unique a transformé cette innovation en une catastrophe environnementale mondiale. »

Quand le plastique met mal à l’aise

Pour beaucoup, les rues de leur ville deviennent une décharge car il est plus important pour eux de se débarrasser rapidement des déchets plastiques que de les conserver jusqu’à ce qu’ils trouvent une poubelle.

Cette action simple n’est qu’un exemple de ce qu’il ne faut pas faire là où vous vivez, ou là où vous vivez avec d’autres personnes. Et quand il s’agit de la planète que nous partageons, le problème prend une autre ampleur, lorsque les grandes industries qui produisent des objets en plastique deviennent ce grand monstre qui fabrique et vend, que nous consommons et jetons. Mais cette fois, ce n’est pas la rue qui est le dépotoir, mais les mers et les océans.

Selon une étude publiée dans la revue Nature Sustainability, en moyenne, 80% des objets trouvés dans les mers sont en plastique, en particulier des sacs, des bouteilles, des récipients alimentaires, des couverts et des emballages : « la plus grande proportion de plastique se trouve à la surface. les eaux, suivies des côtes, tandis que les lits des rivières présentent le pourcentage le plus faible de ces objets », indique l’article.

Dans une autre étude menée par des scientifiques de l’Université de Cadix (UCA), en Espagne, ils assurent que, sur 11 pays analysés en Europe, la Turquie (la nation eurasienne) est le plus grand émetteur de déchets en mer, suivie par l’Italie, le Royaume-Uni, et l’Espagne et la Grèce.

« Nos résultats montrent que les pays qui sont censés avoir les meilleures stratégies de gestion des déchets ne sont pas capables d’empêcher les plastiques d’atteindre leurs cours d’eau et leurs mers », explique Daniel González de l’UCA.

Et si le plastique dans la mer inquiète les écologistes et les militants écologistes, le commerce de la ferraille doit en faire autant. Depuis que la Chine a renoncé à importer des déchets produits à l’étranger en 2018, la Roumanie et la Bulgarie, ainsi que la Turquie, sont devenues les décharges pour les déchets produits dans les pays riches de l’Union européenne (UE).

« Les trafiquants de déchets ont trouvé en Europe de l’Est un marché pour les déchets d’Europe occidentale », a déclaré le commissaire Cristian Coje, de la Garde environnementale roumaine, cité par EFE.

Des machines à laver aux téléviseurs en passant par les téléphones portables et les pièces de voiture en plastique provenant des entreprises sont brûlées à l’air libre et cela finit par polluer le ciel de l’Europe de l’Est. L’affaire est rentable pour ces nations, puisque les trafiquants qui transportent les ordures proposent de s’en débarrasser pour moins d’argent qu’ils ne paieraient pour les déposer dans les usines de recyclage de leur pays.

Avec EFE, Reuters et les médias locaux