Ecologie

Conclusions de la COP26 : une dispute de mots qui a réduit les actions climatiques

Le Pacte climatique de Glasgow est historique car pour la première fois il fait référence aux énergies fossiles. La version finale s’engage sur une réduction progressive du charbon, même si un premier projet parlait d’éliminer cette source d’énergie, la plus polluante. Nous examinons ici la finance verte, le soi-disant « dialogue de Glasgow » et les pactes visant à freiner la déforestation et à réduire le méthane. Notre envoyé spécial pour la COP26, Marina Colorado, en tant qu’invité.

Le Sommet des Nations Unies sur le climat à Glasgow marque une étape importante. Pour la première fois dans ce genre de réunion, les dirigeants de près de 200 pays sont parvenus à un accord pour commencer à réduire les énergies fossiles, notamment le charbon, qui est le plus polluant.

Or, la proposition initiale, du 10 novembre, ne parlait pas de réduire mais d’éliminer le charbon. Ces propos ont changé à la dernière minute, sous la pression principalement de la Chine et de l’Inde, qui sont les deux pays qui produisent le plus de charbon au monde. Cela a fait de la version finale du Pacte climatique de Glasgow une « élimination progressive de l’énergie au charbon et la suppression progressive des subventions inefficaces aux combustibles fossiles ».

Une autre question qui a changé dans la forme et, avec elle, la substance de ce qui était aspiré était en termes de financement climatique. Les nations insulaires ont proposé de créer un mécanisme distinct pour financer la restauration des pertes et dommages causés par le changement climatique. Le G77, qui est une coalition de l’ONU de 134 pays en développement plus la Chine, a soutenu la proposition.

Mais les États-Unis et l’Union européenne s’y sont opposés, craignant que les pays en développement puissent exiger une compensation pour la pollution historique que les nations les plus riches ont produite à travers leur industrialisation.

Finalement, la proposition n’a pas été acceptée et le Pacte n’a parlé que d’un « Dialogue de Glasgow », avec lequel ils aspirent à débattre au cours des deux prochaines années de la manière dont ces finances peuvent être.

Cela a généré des désaccords au sein du Groupe des pays les moins avancés. Dans une déclaration, ils ont répondu : « Nous sommes déçus que le mécanisme des pertes et dommages de Glasgow ne soit pas inclus dans la décision finale. Notre peuple subit déjà une avalanche croissante de pertes et de dommages causés par le changement climatique. Nous entendons une large reconnaissance de cette injustice, mais il y a eu un échec pour y remédier. »

Ainsi, les mots ont largement déterminé plusieurs des résultats finaux du Sommet sur le climat.