Economie

Nicaragua : Radiographie d’une économie en déclin

Ces dernières années, l’économie du Nicaragua a été dévastée par la crise politique qui a pris naissance en 2018 dans les réductions des prestations de sécurité sociale, qui ont rapidement conduit à des appels à la démission du président Daniel Ortega.

Le président du Nicaragua, Daniel Ortega, brigue sa réélection aux élections de ce dimanche 7 novembre pour exercer son cinquième mandat, et il le fait avec un pays plongé dans le déclin économique et dépendant des envois de fonds de l’étranger.

Gouverner ce pays de plus de six millions d’habitants est plein de complexités, non seulement d’un point de vue politique, mais aussi économique. Le produit intérieur brut (PIB) s’est affaibli depuis la crise politique qui a débuté en 2018.

Entre 2000 et 2017, le PIB avait augmenté en moyenne de 3,9% par an, grâce aux envois de fonds et aux investissements directs étrangers. Cependant, l’environnement socio-politique difficile, exacerbé par la pandémie, a fait qu’entre 2017 et 2020, le PIB s’est contracté de 8,8% cumulé.

PIB Nicaragua

PIB Nicaragua ©France24

Manuel Orozco, directeur du programme Migration et développement du Dialogue interaméricain, a déclaré à France 24 depuis Washington que « l’effet le plus important est qu’en 2022, le Nicaragua ne pourra pas emprunter de la même manière qu’il le faisait dans le trois dernières années parce que leur capacité de payer diminue ».

Selon l’expert, l’économie locale de ce pays d’Amérique centrale repose sur trois piliers : 35 % du PIB correspond à son activité d’exportation, dont les deux tiers sont absorbés par les États-Unis ; une part similaire correspond à l’économie informelle, tandis qu’environ 20 % de l’économie est alimentée par les envois de fonds.

Faible taux de chômage et informalité généralisée

Avec un taux de chômage qui avoisinait les 5% ces dernières années, le Nicaragua s’en tirerait bien par rapport à d’autres pays d’Amérique latine, comme la Colombie ou le Brésil, où le chiffre est à deux chiffres. Le vrai problème, c’est l’informalité.

Chômage au Nicaragua

Chômage au Nicaragua ©France24

Enrique Sáenz est un économiste et analyste politique vivant en exil à San José, au Costa Rica, qui a expliqué que les chiffres officiels de la Banque centrale de juin montrent que 45% de la main-d’œuvre était sous-employée, ce qui au Nicaragua Il est défini comme « le population qui travaille un jour et un jour et les personnes qui gagnent moins que le salaire minimum ».

Il a ajouté que « 5% ou un peu plus sont en chômage ouvert, et 13% dans une condition particulière, qui sont des travailleurs non rémunérés. Cela représente environ 63 % de l’effectif ».

Quant au taux de pauvreté, c’est-à-dire un revenu inférieur à 3,2 dollars par personne et par jour, 14,6 % de la population en souffre, selon l’Institut national de l’information et du développement, près d’un point au-dessus de 2019, avant le début de la pandémie. .

France 24

France 24 ©France24

Avec un PIB affaibli et une crise politique qui ne montre aucun signe de fin, l’économie nicaraguayenne place désormais ses espoirs dans les envois de fonds, responsables de près d’un cinquième du PIB, l’un des pourcentages les plus élevés d’Amérique latine.

Entre 2017 et 2020, les transferts d’argent depuis l’étranger ont augmenté de 33% pour atteindre 1,85 milliard de dollars, selon la Banque mondiale. Cela signifie que l’augmentation du nombre de Nicaraguayens vivant à l’étranger peut servir de soupape d’échappement face à la crise.

Envois de fonds au Nicaragua

Envois de fonds au Nicaragua ©France24

France 24 avec Reuters, EFE et AP