Ecologie

Les pays sont loin de se conformer à l’Accord de Paris, prévient l’ONU

Les Nations Unies ont présenté un diagnostic sur les engagements climatiques que les parties à l’Accord de Paris ont pris jusqu’à présent. Le rapport montre que, dans l’ensemble, les pays sont bien en deçà de l’objectif de limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 ° C d’ici la fin de ce siècle. Et alors que les gouvernements devaient soumettre des contributions nationales améliorées avant la fin de 2020, moins de la moitié l’ont fait.

Manque d’ambition. Selon les Nations Unies, c’est ce que de nombreux pays ont en commun lorsqu’il s’agit de mener des actions contre le changement climatique. Mais pour éviter une catastrophe, tous les pays, et en particulier les grands émetteurs, devront multiplier leurs défis cette année, souligne l’organisation.

Cette décision est basée sur un rapport publié par l’ONU le vendredi 26 février, qui présente les plans climat de chaque pays pour l’année 2021. Et le diagnostic pose de sérieux défis.

«L’ambition collective est loin de mettre le monde sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris pour limiter le réchauffement climatique», résume Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive des Nations Unies pour le changement climatique. «Il est incroyable de penser qu’au moment même où les nations sont confrontées à une urgence climatique qui pourrait mettre fin à la vie humaine, beaucoup s’accrochent à leur approche de continuer comme si rien», a abandonné Espinosa.

Patricia Espinosa a déclaré que le rapport de synthèse indiquait clairement que "les niveaux actuels d
Patricia Espinosa a déclaré que le rapport de synthèse indiquait clairement que « les niveaux actuels d’ambition climatique sont loin de mettre les nations sur la bonne voie » pour atteindre l’objectif de 1,5 degré. © James Dowson / Reuters

Pour arriver à cette conclusion, l’organisation a calculé le niveau d’ambition de chacune des parties à l’Accord de Paris grâce au NDC ou aux Contributions déterminées au niveau national. Telles sont la feuille de route de l’action climatique avec laquelle chaque pays ayant ratifié l’accord contribuera à la lutte contre le changement climatique. Ils partent d’un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre et comprennent des mesures et des actions d’atténuation, d’adaptation et de mise en œuvre pour y parvenir. Ils doivent être mis à jour tous les cinq ans, avec des objectifs de plus en plus ambitieux.

Ainsi, bien avant la COP26, la conférence des Nations Unies sur le changement climatique, les pays devaient présenter la révision de leurs objectifs et accroître l’ambition dans leurs CDN respectives. Mais en raison de la pandémie, la COP26 a été reportée de 2020 à novembre de cette année, et le rapport ne reflète que les CDN reçus jusqu’au 31 décembre 2020.

Pourtant, seuls 75 pays ont respecté le délai de mise à jour de leurs plans, ce qui représente environ 30% des émissions mondiales. Et les plans livrés ne suscitent pas non plus d’espoir. Les NDC mis à jour pour l’Australie, le Brésil, le Japon, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Russie, Singapour, la Corée du Sud, la Suisse et le Vietnam ne satisfont pas à l’exigence de présenter des augmentations du niveau d’ambition climatique, selon Climate Action Tracker, un organisme indépendant de le rapport d’enquête de l’ONU.

En outre, les plans combinés de tous les pays parviennent à réduire les émissions de moins de 1% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010, a déclaré Espinosa. «Nous entrons collectivement dans un champ de mines, les yeux bandés. La prochaine étape serait un désastre», déclare l’expert.

Un « manque d’urgence scandaleux » des grands émetteurs

Dans l’Accord de Paris, près de 200 pays se sont engagés à maintenir le réchauffement « bien en dessous » de 2 degrés et à s’efforcer d’atteindre un plafond de 1,5 degré. Jusqu’à présent, la planète s’est réchauffée d’environ 1,2 degré, ce qui a conduit à une aggravation des conditions météorologiques extrêmes et à la montée des mers.

• Les pays du G20, le forum international qui rassemble les principales économies du monde, représentent 75% des émissions mondiales, mais en décembre 2020, seuls neuf d'entre eux avaient soumis leurs CDN.
• Les pays du G20, le forum international qui rassemble les principales économies du monde, représentent 75% des émissions mondiales, mais en décembre 2020, seuls neuf d’entre eux avaient soumis leurs CDN. © Irina YARINSKAYA / AFP

« Ce rapport confirme le manque scandaleux d’urgence », a déclaré Aubrey Webson d’Antigua-et-Barbuda, président de l’Alliance des petits États insulaires. «Nous flirtons dangereusement avec le plafond de réchauffement de 1,5 degré que le monde a convenu que nous devrions respecter, et ce sont les petits États insulaires en développement comme le nôtre qui paieront le prix ultime si nous ne le faisons pas.

« Ce qui est impardonnable, c’est le fait que les pays les plus riches du monde, qui représentent 75% des émissions mondiales, n’aient pas fait leur part », a ajouté le chef de l’ONU, António Guterres. En effet, seuls deux des 18 plus grands émetteurs – le Royaume-Uni et l’Union européenne – avaient jusqu’à présent soumis un CDN mis à jour contenant une «forte augmentation» de leurs objectifs de réduction des émissions.

«Avec leurs objectifs climatiques terriblement faibles, les grands émetteurs comme le Japon, l’Australie et le Brésil pèsent sur l’ambition mondiale, alors qu’en fait ils devraient montrer la voie», a déclaré Tasneem Essop, PDG de Climate Action Network. En raison de problèmes méthodologiques, les plans du Brésil et du Mexique pourraient même générer des émissions supplémentaires, suggère le rapport.

En revanche, les plus grands émetteurs mondiaux, dont la Chine, l’Inde et les États-Unis, n’ont pas encore soumis leurs plans climatiques nationaux.

« Ceux qui se sont fixés des objectifs ambitieux l’année dernière – comme la Colombie, l’Argentine et le Royaume-Uni – sont éclipsés par ceux qui sont laissés pour compte », a noté Helen Mountford, vice-présidente du climat et de l’économie au World Resources Institute.

La reprise post-Covid, une opportunité pour changer la trajectoire climatique

Pour conclure sur une note d’espoir, le secrétaire exécutif de l’ONU pour le changement climatique souligne l’opportunité offerte par la reprise du Covid-19 de placer l’action climatique des différents gouvernements au centre des plans de relance. « Si les gouvernements investissent des billions de dollars pour réactiver leurs économies après la pandémie dans des mesures vertes et résilientes au climat, nous avons la possibilité de changer la trajectoire. »

Par ailleurs, une série de nouveaux plans climat pourrait être annoncée le 22 avril, lorsque les États-Unis accueillent un sommet des dirigeants et réactivent le Forum des grandes économies, un groupe de 17 grands émetteurs. Le président Joe Biden a réitéré cette semaine que son pays aurait un plan climatique amélioré pour 2030 «prêt avant le sommet».

Les experts affirment également que la Chine et l’Inde pourraient également y annoncer de nouveaux objectifs, et le Japon prévoit d’augmenter son objectif d’ici 2030 avant la COP26.

Avec Reuters

gestioninclusive@gmail.com