Ecologie

Le monde commémore la Journée mondiale des océans au milieu des menaces qui pèsent sur sa diversité

Sous le nom de « L’océan : vie et moyens de subsistance », l’Organisation des Nations Unies célèbre la Journée mondiale des océans, une date fixée pour que chaque 8 juin, par résolution de l’Assemblée générale de cet organe, fasse prendre conscience des menaces qui existent sur la élément qui occupe 70 % de la surface de la Terre.

En 2021, la deuxième fois que la célébration doit avoir lieu virtuellement en raison de la pandémie de Covid-19, la date coïncide avec le début de la Décennie des Nations Unies des sciences océaniques pour le développement durable, qui a débuté le 1er janvier 2021 et se déroulera jusqu’à 2030.

Pour l’ONU, qui a procédé cette année à la commémoration par l’intermédiaire de sa Division des affaires maritimes et du droit de la mer du Bureau des affaires juridiques en plus de la collaboration de l’ONG « Oceanic Globade », les océans sont considérés comme des organes de l’eau qu’ils servent de nourriture à la biodiversité marine.

De plus, l’organisme souligne que les océans sont considérés comme une partie fondamentale de la biosphère et reconnaît leur capacité à produire 50 % de l’oxygène de la Terre, c’est pourquoi ils sont considérés comme les « poumons de la planète ».

Malgré ses bienfaits, les océans ont besoin de soutien

Pour les Nations Unies, qui ont fixé la date en 2009, le but de la journée est d’informer et d’éduquer le public sur l’impact des actions humaines sur les océans. Il cherche également à développer un mouvement global de citoyens ou à fédérer une grande partie de la population mondiale dans un projet de gestion durable des océans de la planète.

Et c’est que l’organisme, au-delà de la préoccupation qui existe pour les dommages constants qui affectent les océans, reconnaît que ces espaces sont une source de protéines pour des milliards de personnes, sans compter qu’il est une source d’emploi avec des projections d’au moins 40 millions de personnes employées par les industries océaniques d’ici 2030.

Cependant, au sein de l’organisation multilatérale, l’utilisation aveugle des ressources marines suscite des inquiétudes. Le rapport exécutif présenté dans le cadre de la date souligne que « 90% des grandes populations de poissons sont épuisées, 50% des récifs coralliens détruits et une extraction qui dépasse ce que l’océan peut remplacer ».

« L’océan : la vie et les moyens de subsistance » est le thème de la Journée mondiale des océans 2021, ainsi qu’une déclaration d’intention qui lance une décennie de défis pour atteindre l’objectif de développement durable 14, qui est « conserver et utiliser dans les océans, les mers et les ressources marines seront durables d’ici 2030 », indique le document.

Un pêcheur marche dans l'eau en pêchant lors de la Journée mondiale des océans au large de Jakarta, en Indonésie, le 8 juin 2021.
Un pêcheur marche dans l’eau en pêchant lors de la Journée mondiale des océans au large de Jakarta, en Indonésie, le 8 juin 2021. © Willy Kurniawan / Reuters

De plus, au-delà de l’inquiétude révélée par l’utilisation aveugle des ressources marines, qui s’est accrue ces dernières années, la crainte de la détérioration de la vie marine et de la contamination des plans d’eau due à l’accumulation de grosses tonnes de plastique.

« La deuxième évaluation mondiale des océans qui vient d’être publiée a révélé que par nos propres actions, nous compromettons de nombreux avantages que l’humanité tire des océans. À l’heure actuelle, nos mers se noient dans le plastique qui se trouve dans les atolls les plus reculés et dans les tranchées les plus profondes », a indiqué António Guterres, secrétaire général de l’ONU lors de l’événement.

Actions à suivre pour protéger les océans

Un aspect sur lequel plusieurs experts s’accordent est que, malgré la détérioration actuelle et l’extraction abondante de fruits de mer, l’humanité est à temps pour sauver les océans.

Dans le monde, il existe diverses initiatives visant à sauver et à protéger l’environnement, mais celles-ci doivent être transférées, ou en théorie, appliquées différemment sur les océans et les mers.

Selon l’agence de presse EFE, l’avenir de la conservation des océans passe par un coup de pouce aux projets de carbone bleu à travers le monde, qui permettent la gestion efficace des précieux écosystèmes côtiers avec des fonds économiques de ceux qui veulent ou ont besoin de compenser vos émissions.

De même, la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable a pour objectif de renforcer la coopération internationale pour développer la recherche scientifique et les technologies innovantes capables de relier les sciences océaniques aux besoins de la société moderne.

Le rapport présenté par les Nations Unies, cité par l’agence de presse Reuters, souligne que les objectifs de développement durable ne doivent pas être basés sur l’utilisation de la nature, même si elle est durable. et il doit être modifié par une approche qui conduit l’homme à faire partie de la nature, et non à la posséder.

Avec EFE et Reuters

gestioninclusive@gmail.com