Ecologie

Les dirigeants mondiaux exhortés à « sauver l’humanité »

Le monde doit agir maintenant s’il veut « sauver l’humanité » des impacts catastrophiques du réchauffement climatique. C’est ce qu’a exhorté le secrétaire général de l’ONU aux dirigeants mondiaux, réunis lundi à Glasgow pour la dernière réunion environnementale. Le sommet tant attendu a commencé avec l’hôte Boris Johnson invoquant l’agent secret fictif James Bond, pour exiger que les gouvernements « désamorcent » la bombe à retardement de la crise climatique à laquelle la planète est confrontée.

En ce deuxième jour de la COP26, des dizaines de chefs d’État et de gouvernement ont pris la parole dans la ville écossaise de Glasgow, sous le prétexte de parvenir à des accords rapides mais surtout durables contre l’urgence climatique.

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques rassemble quelque 25 000 personnes, dans l’un des plus grands événements internationaux depuis le début de la pandémie. Il se produit également après une année de conditions météorologiques extrêmes, telles que des sécheresses et des incendies.

La COP, sous l'égide de l'ONU, est le rendez-vous annuel pour débattre et fixer les engagements dans la lutte contre le changement climatique.

La COP, sous l’égide de l’ONU, est le rendez-vous annuel pour débattre et fixer les engagements dans la lutte contre le changement climatique. © Yves Herman / Reuters

Par conséquent, pour les militants écologistes, cette nouvelle conférence devrait représenter un tournant, dans lequel les pays participants s’engagent à augmenter leurs objectifs de réduction des émissions, afin de limiter le réchauffement climatique à au moins 1,5 degrés Celsius.

Cette limite a été fixée par la communauté internationale il y a six ans, dans l’Accord de Paris (COP21). Cet objectif n’est pas atteint, et les projections les plus récentes estiment que le monde va presque doubler, à plus de 2,7 degrés Celsius.

Johnson a comparé la crise climatique aux missions de l’agent 007

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a ouvert le sommet le 1er novembre en appelant à faire de la conférence le « début de la fin » dans la lutte contre le changement climatique.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu’en cas d’échec de la COP26, « tout échouera », soulignant l’urgence pour les dirigeants mondiaux d’agir. © Steve Reigate / AP

Le président, dont le gouvernement accueille les pourparlers, s’est tourné vers la figure du « fils le plus illustre d’Ecosse », l’espion James Bond, pour faire une analogie entre ses aventures fictives et la menace réelle que représente le réchauffement climatique : « Nous sommes presque dans le même position que James Bond, sauf que la tragédie est que ce n’est pas un film. »

« L’humanité joue avec la météo depuis longtemps. Maintenant, il est minuit moins une minute », a-t-il déclaré. Il a également rappelé qu’il était présent lors de la signature des accords de Paris, « mais ces promesses ne seront rien de plus que ‘bla bla bla’ si nous ne faisons pas de cette COP le moment d’être réaliste sur le changement climatique », ont déclaré les Britanniques, faisant écho Les récentes accusations de la militante suédoise Greta Thunberg concernant le « bla bla bla » constant de la part des dirigeants mondiaux.

Le visage du mouvement des jeunes pour le climat – ainsi que de nombreux autres jeunes comme le Colombien Francisco Vera Manzanares – n’a pas manqué à Glasgow pour faire pression sur les dirigeants. Dans une pétition en ligne qui dépasse déjà le million de signataires, il a appelé à une résolution immédiate de l’urgence climatique.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, n’a pas hésité à utiliser des formules catégoriques.

« Assez creusé notre propre tombe », a-t-il ajouté. « Assez de brutaliser la biodiversité, assez de se tuer avec du carbone, assez de traiter la nature comme une latrine » ; le sommet doit agir pour « sauver l’humanité », a déclaré le haut commandement de l’ONU.

Le mot « ambition », sur toutes les lèvres

Le président américain Joe Biden a également utilisé le mot « ambition ». Le président a demandé ce lundi que cet événement climatique soit « le point de départ d’une décennie d’ambition et d’innovation ».

Il a souligné que le changement climatique « n’est pas hypothétique », mais affecte déjà la vie de nombreuses personnes, même dans leur propre pays, sous forme d’incendies incontrôlés, d’inondations ou de sécheresses, sans compter les déplacements dus aux transformations environnementales.

L'Américain Joe Biden, qui proclame le retour de son pays dans les négociations sur le climat, est le principal protagoniste du sommet.

L’Américain Joe Biden, qui proclame le retour de son pays dans les négociations sur le climat, est le principal protagoniste du sommet. © Erin Schaff / Reuters

Lors de son discours, il s’est également excusé publiquement pour la décision de son prédécesseur Donald Trump de retirer la nation de l’Accord de Paris : « Je suppose que je ne devrais pas m’excuser, mais je m’excuse pour le fait que les États-Unis – la dernière administration – se soient retirés. l’Accord, et en quelque sorte il nous a laissés de côté », a-t-il déclaré, avant de conclure que « les États-Unis sont non seulement revenus à la table, mais j’espère qu’ils donnent l’exemple ».

Autre leader exigeant plus d’« ambition », le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a annoncé l’engagement de l’Espagne à augmenter de 50 % sa contribution au Fonds vert pour le climat jusqu’à atteindre 1 350 millions d’euros par an à partir de 2025 (plus de 1 560 millions de dollars) .

Dans une autre annonce de mesures climatiques, le Premier ministre indien Narendra Modi a promis que son pays atteindrait le niveau d’émission nette de carbone zéro d’ici 2070. Bien que son objectif ait 20 ans de retard sur l’objectif global des pays lors du sommet, c’est la première fois que L’Inde a fixé une échéance pour la neutralité carbone.

Modi a également indiqué qu’il visait à ce que la moitié de la consommation énergétique de son pays provienne de sources renouvelables d’ici 2030 : « D’ici 2030, l’Inde réduira l’intensité carbone de son économie de 45 % », augmentant sa mesure initiale de dix points de pourcentage.

Xi Jinping présent uniquement au moyen d’une déclaration écrite

Quant au plus grand producteur d’émissions de gaz à effet de serre sur Terre, la Chine, rien n’indique que des progrès significatifs puissent être attendus après la COP26.

Le président de la puissance asiatique, Xi Jinping, ne sera présent au sommet que par déclaration écrite. D’un autre côté, le rapport attendu sur les nouvelles émissions de la Chine publié la semaine dernière n’était qu’une fraction plus élevé que le précédent.

Ni le président mexicain Andrés Manuel López Obrador ni le Brésilien Jair Bolsonaro n’y participeront depuis l’Amérique latine, malgré le fait que ce dernier ait assisté au sommet du G20, qui s’est terminé dimanche à Rome.

Cependant, Bolsonaro et le ministre de l’Environnement, Joaquim Leite, ont signalé l’objectif climatique de réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre du pays dans l’atmosphère, en plus de neutraliser les émissions de carbone d’ici 2050.

Le dirigeant brésilien a également insisté sur le fait que le Brésil « ne fait pas partie du problème », mais de « la solution » dans la lutte contre cette urgence, dans une vidéo de trois minutes exposée au pavillon brésilien de Glasgow, dans laquelle il n’évoque pas le Amazonie ou déforestation dans le pays.

Avec l’AFP, Reuters, EFE et les médias locaux