Ecologie

Joe Biden et d’autres dirigeants mondiaux se sont rencontrés pour faire avancer les discussions avant la COP26

Joe Biden a rencontré vendredi un petit groupe de dirigeants mondiaux pour préparer les discussions de la COP26 de novembre. Le programme visera la réévaluation des engagements concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la réduction des émissions de méthane.

Le président américain Joe Biden a rencontré virtuellement le 17 septembre les dirigeants de cinq pays (Argentine, Bangladesh, Indonésie, Corée du Sud, Mexique et Royaume-Uni), la Commission de l’Union européenne et les Nations Unies pour faire avancer les discussions sur les prochaines étapes du monde face à l’aggravation du changement climatique.

« Nous devons porter nos ambitions les plus élevées possibles à (COP26 à) Glasgow », a déclaré Biden au début du Forum des grandes économies sur l’énergie et le climat, organisé par la Maison Blanche. Il a prévenu que, sans engagements majeurs de la part des grandes économies, « l’objectif fixé par l’Accord de Paris » deviendrait incontrôlable, un engagement signé par environ 200 pays et où il est promis, entre autres, de limiter l’augmentation de la moyenne température mondiale à 1,5 degré Celsius d’ici la fin du siècle.

Le président de la Maison Blanche a également annoncé qu’il engageait les Etats-Unis « à réduire les émissions de gaz à l’origine de l’effet de serre entre 50 et 52 % en dessous des niveaux de 2005 d’ici 2030 ».

Sans une meilleure action de la part des dirigeants mondiaux, António Guterres, le secrétaire général des Nations Unies a averti que le réchauffement pourrait atteindre 2,7 degrés d’ici la fin du siècle. Cela pourrait déclencher des catastrophes plus choquantes que ce que la planète a connu ces dernières années. Des inondations et des ouragans dévastateurs aux incendies de forêt. « Les chiffres mondiaux des émissions de gaz à effet de serre vont dans la mauvaise direction », a déclaré Patricia Espinosa, chef de l’ONU pour le climat. « Ce que nous avons sur la table ne suffit pas. »

Espinosa a toutefois annoncé avoir reçu des « signaux très positifs » dans les discussions avec certains pays concernant leurs engagements annoncés pour la COP26, qui débutera le 1er novembre de cette année.

Malheureusement, ni la Chine, ni l’Inde, ni la Russie, trois des pays figurant sur la liste des plus polluants, avec les États-Unis et les 27 pays qui composent l’Union européenne, n’ont participé à cette rencontre.

Dans cette photo d
Dans cette photo d’archive du 17 décembre 2020, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, appelle à une réduction « immédiate, rapide et à grande échelle » des émissions de gaz à effet de serre pour freiner le réchauffement climatique. Berlin, Allemagne. © AP – Michael Sohn

Réduire les émissions de méthane, l’autre priorité de Biden

Le président américain a également confirmé qu’ils « travaillaient avec l’Union européenne et d’autres partenaires pour lancer un engagement mondial » visant à « réduire les émissions mondiales de méthane d’au moins 30 % d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2020 ».

Atteindre cet objectif « réduira non seulement rapidement le taux de réchauffement climatique », mais apportera « d’autres avantages très précieux, tels que l’amélioration de la santé publique et de la production agricole », a ajouté Joe Biden, déclarant qu’il était confiant de convaincre davantage de dirigeants d’autres à rejoindre l’initiative sur le méthane.

El metano es el segundo -después del dióxido de carbono (CO2)- mayor gas antropogénico (generado por la actuación humana) que contribuye al calentamiento global, y es responsable de “alrededor de medio grado” centígrado del aumento en la temperatura del planeta según la maison Blanche.

Les États-Unis et l’Union européenne ont fixé cette année les objectifs de réduction d’émissions les plus stricts. Mais les pays responsables d’environ la moitié des émissions mondiales comme la Chine, l’Inde et l’Arabie saoudite ne se sont pas encore prononcés. Alors que le Brésil et le Mexique, autres grands pollueurs, ont déjà soumis leurs engagements actualisés à l’ONU, et selon les analystes, ils entraîneraient des émissions plus élevées que leurs objectifs précédents.

Le président de la COP26, Alok Sharma, a affirmé que s’il n’y a pas d’action de la part de tous les pays, en particulier des plus grandes économies, tous ces efforts risquent d’être vains.

En revanche, ce 29 juillet était connu comme le jour de la dette écologique, c’est-à-dire le jour où toutes les ressources que la terre est capable de produire en un an ont été consommées. Et à partir de ce jour, la surconsommation des ressources naturelles de la terre a commencé, comme les hydrocarbures, les plantes, les produits animaux, entre autres. Ce jour marquait le début des 100 jours avant la COP26.

Avec EFE, AP et Reuters