Ecologie

L’Antarctique a atteint une température record de 18,3°C en 2020

L’Organisation météorologique mondiale a confirmé que la température de 18,3 °C enregistrée en février 2020 dans la région de l’Antarctique est la plus élevée de toute l’histoire du territoire. L’entité a rejeté un autre indicateur, qui dépassait 20 ºC, enregistré quelques jours plus tard en raison d’une altération du compteur.

À la mi-février 2020, les médias de diverses régions du monde ont titré une actualité alarmante : la région de l’Antarctique, située au sud de l’Amérique du Sud, avait dépassé pour la première fois les 20ºC dans les relevés de mesure de l’Organisation. Service météorologique mondial (OMM ).

Cependant, le 1er juillet 2021, l’Organisation a publié une nouvelle déclaration informant que la région avait enregistré un record le 6 février de l’année dernière, mais celui-ci était de 18,3 °C. L’autre, de 20,75 °C et qui faisait la une des journaux du monde, a été considérée par l’organisation comme invalide, après avoir découvert que la mesure était altérée par un bouclier anti-rayonnement placé par une équipe de chercheurs.

Mais bien que le maximum ne soit pas celui alerté par la presse, le directeur de l’OMM, Petteri Taalas, a souligné que les 18,3°C enregistrés ne cessent de révéler une situation critique pour le monde entier. « La péninsule antarctique fait partie des régions de la planète qui se sont réchauffées le plus rapidement, près de 3°C au cours des 50 dernières années. Par conséquent, ce nouveau record de température est cohérent avec le changement climatique que nous observons », a déclaré l’expert.

L’Antarctique, régulateur du climat, des océans et du niveau des mers

Pour l’OMM, qui enregistre les températures en différents points de la terre, il était prioritaire de corriger les informations, en raison de l’importance de lieux comme l’Antarctique ou l’Arctique, situés aux deux pôles. « Les deux [territorios] ils jouent un rôle important dans l’évolution du climat, des océans et de l’élévation du niveau de la mer », a déclaré Taalas, qui a également souligné la nécessité d’augmenter les bases d’observations météorologiques et climatologiques, qui permettent de déterminer l’évolution du climat.

Dans le même ordre d’idées, Celeste Saulo, cheffe du service météorologique argentin et vice-présidente de l’OMM, a pris la parole, qui a souligné la nécessité de continuer à renforcer les systèmes de surveillance : « ce nouveau record montre une fois de plus que le changement climatique nécessite des mesures urgentes (… ) il est essentiel de continuer à renforcer les systèmes d’observation, de prévision et d’alerte précoce pour répondre aux événements extrêmes qui se produisent avec une fréquence croissante en raison du réchauffement climatique. »

Déposer.  La surface d'un énorme iceberg B-15A dans le détroit de McMurdo après la rupture de la plate-forme de Ross en Antarctique en novembre 2000.
Déposer. La surface d’un énorme iceberg B-15A dans le détroit de McMurdo après la rupture de la plate-forme de Ross en Antarctique en novembre 2000. AFP – JOSH LANDIS

La taille de l’Antarctique est presque le double de celle de l’Australie et son climat est froid, sec et venteux. Ce territoire a une température annuelle qui varie entre −10 °C sur la côte et −60 °C dans certaines parties de l’intérieur. La couche de glace qui la forme couvre jusqu’à 4,8 kilomètres d’épaisseur et concentre 90 % de toute l’eau douce de la planète.

Des études scientifiques citées par l’agence de presse AFP suggèrent qu’une augmentation de 2°C de la température actuelle sur le continent pourrait favoriser le dégel au Groenland et à l’ouest de l’Antarctique, ce qui provoquerait une élévation du niveau de la mer de 13 mètres. Si toute la surface de l’Antarctique fondait complètement, son eau élèverait le niveau de la mer de 60 mètres.

Avec l’AFP

gestioninclusive@gmail.com