Première modification: Dernière modification:

L'Union Cycliste Internationale (UCI) a officialisé que la soi-disant Grande Boucle sera retardée de deux mois en raison de la pandémie de Covid-19, tandis que le Giro d'Italia et le Tour d'Espagne n'ont pas été annulés mais les dates auxquelles ils sont encore inconnus. va célébrer.

Le Tour de France a été le seul événement majeur du calendrier sportif 2020 à n'avoir pas annoncé sa suspension ou son annulation en raison de la pandémie de coronavirus. Cependant, comme beaucoup le prévoyaient, la compétition ultime en cyclisme sur route a dû être reportée.

Après le discours du président français Emmanuel Macron, où il a indiqué qu'il n'y aurait pas d'événements massifs dans son pays avant au moins le mois de juillet, toutes les composantes du monde du cyclisme se sont réunies pour prendre des lettres sur la question et ce 15 avril l'Union Ciclista Internacional (UCI) a décidé que le Tour se tiendrait entre le 29 août et le 20 septembre, comme proposé par ses propriétaires, au lieu de la date initiale prévue pour le 27 juin et jusqu'au 19 juillet.

L'organisme directeur du cyclisme a assuré dans un communiqué qu'il tiendra les dates des Coupes du monde de cyclisme sur route, du 20 au 27 septembre dans la ville suisse d'Aigle-Martigny, et que le Giro d'Italia, qui précédera la Retour en Espagne. Cependant, pour ces deux grands tours de trois semaines, l'UCI n'a pas précisé de dates exactes, ainsi que pour d'autres courses et classiques qui, selon elle, tenteront de se retrouver sur le calendrier dans les prochains jours.

Le président de l'UCI, David Lappartient, s'est justifié dans une vidéo ayant privilégié le Tour dans la relocalisation du calendrier en raison de la pertinence de cette course pour le monde du cyclisme. "C'est essentiel pour chacun d'eux", a déclaré Lappartient, qui a apprécié l'effort pour trouver un accord commun autour de la relocalisation du Tour sur le calendrier.

"Garder ce test dans les meilleures conditions a été considéré comme capital compte tenu de sa position centrale dans l'économie cycliste et de son exposition, notamment pour les équipes qui y ont une visibilité incomparable", a expliqué l'UCI dans votre libération.

Le Tour de France sera la priorité, mais l'idée de l'UCI est de conserver autant de preuves que possible si la pandémie le permet

Jouer le Tour de France est la priorité de tous dans le cyclisme, principalement en raison de la visibilité et de l'injection économique que cela signifie pour leur subsistance. Les sponsors investissent souvent dans des équipes cyclistes pour une exposition télévisée étendue, et la Grande Boucle est l'un des événements sportifs les plus regardés au monde après les Jeux olympiques d'été et la Coupe du monde de football.

Pour cette raison, les organisateurs du Tour avaient travaillé ces derniers jours sur l'hypothèse de reporter la course et avaient laissé entendre que la jouer à la fin de l'été était la seule date possible. L'UCI a décidé mercredi également de prolonger la suspension des compétitions jusqu'au 1er juillet au moins et de reprogrammer les championnats nationaux le week-end des 22 et 23 août, juste avant le lancement du Tour dans la ville méditerranéenne de Nice. En fait, le calendrier et l'itinéraire du Tour ne seront pas modifiés.

Leonardo Niño: "Le Tour de France est essentiel pour le monde du cyclisme"

Des "monuments" à vélo comme le Milan-San Remo, le Tour des Flandres, le Paris-Roubaix, le Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie, suspendus en raison du coronavirus, seront reprogrammés tout au long de la saison "à des dates encore à définir", selon l'UCI.

L'UCI a indiqué qu'elle tentera d'organiser "autant de tests que possible". Il a assuré qu'il planifierait un nouveau calendrier, qui inclura également les tests féminins, avant le 15 mai prochain, bien qu'il ait rappelé qu'il sera "conditionné par la situation sanitaire mondiale" par Covid-19. Cela déterminera non seulement la date mais aussi la préparation physique des coureurs pour arriver dans des conditions optimales à la compétition.

D'autre part, il a assuré qu'ils étaient parvenus à un accord avec les associations de coureurs et d'équipes pour établir un cadre qui permette la survie des formations en difficulté financière, en préservant les droits de leurs cyclistes et de leur encadrement.

Avec EFE et Reuters