Première modification: Dernière modification:

Le cycliste colombien, premier latino-américain à remporter le titre du Tour de France en 2019, a déclaré alors qu'il était mis en quarantaine dans son pays que "ce serait grave pour le cyclisme" que les trois épreuves des grandes étapes ne pourraient pas avoir lieu.

Le monde du sport est en suspens en raison de la suspension de tout son calendrier en raison de l'épidémie du coronavirus dans plus de 180 pays. Le cyclisme sur route a été l'un des sports particulièrement touchés, car le Giro d'Italia, prévu pour mai, a été suspendu pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, et le Tour de France, où Egan est dans le doute, est dans le doute. Bernal défendrait son titre.

Le cycliste colombien de 23 ans, qui fait partie de l'équipe Ineos, a expliqué que ce qui se passera avec ces courses, ainsi que la Vuelta a España, prévue pour septembre, dépendra "beaucoup de la façon dont se déroule le problème des coronavirus", mais cela pour cyclisme, "si nous ne courons pas les trois grands, ce sera très grave", a-t-il déclaré.

"Nous ne savons pas combien de temps nous serons en quarantaine, mais à un moment donné, cela prendra fin. Le monde s'arrête maintenant mais doit à nouveau tourner, et le sport aussi", a expliqué le pilote sur ses réseaux sociaux. "De nombreux sponsors investissent de l'argent et sont concernés, je ne pense pas qu'ils soient heureux s'ils paient et ne courent pas les grandes courses. Mais si vous ne pouvez pas courir parce que ça ne s'améliore pas, il n'y a rien à faire. J'espère pour le cyclisme qu'ils sont contestés "

En revanche, le champion colombien, lauréat du prestigieux prix Laureus pour l'athlète révélation de 2019, a évoqué le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, où il allait faire partie de la délégation colombienne. "Je pense que c'est pour le mieux. Si les Jeux avaient lieu, tout le monde n'atteindrait pas son niveau. Cette pause nous affecte tous", a déclaré Bernal.

Image de fichier du cycliste colombien Egan Bernal, de l'équipe Ineos, lors de la vingtième étape du Tour de France, le 27 juillet 2019.
Image de fichier du cycliste colombien Egan Bernal, de l'équipe Ineos, lors de la vingtième étape du Tour de France, le 27 juillet 2019. © Anne-Christine Poujoulat / AFP

Et c'est que ce qui inquiète le plus les sportifs de haut niveau, c'est justement de conserver l'état de forme physique et mentale, car au milieu de la quarantaine obligatoire la préparation n'est pas la même. "Pour le Tour de France, s'ils le font en juillet, de nombreux cyclistes donneront des surprises, car certains favoris risquent d'échouer, car la préparation n'est pas la même", a expliqué le cycliste colombien.

Se référant spécifiquement à sa préparation physique, Bernal a déclaré qu'il s'était bien entraîné pour jouer à Paris-Nice, une course dans laquelle ni lui ni son équipe, l'équipe Ineos, n'ont finalement participé au deuil de la mort de Nicolas Portal, qui Il est décédé subitement à l'âge de 40 ans d'un arrêt cardiaque le 3 mars.

Malgré cela, et après l'annulation de plusieurs classiques d'une semaine et d'une journée en raison de l'épidémie du coronavirus, Bernal affirme qu '"il avait un pic de forme, mais ensuite je suis arrivé en Colombie et nous avons commencé à contourner la quarantaine, mais Avec mon entraîneur, nous avons décidé que la meilleure chose était de se reposer (…) Maintenant, je roule une heure ou une heure et demie et quand nous reprendrons la route, j'améliorerai bien l'arrière-plan pour que je puisse bien aller au Tour de France s'il est fait. "

Sur la possibilité que le Tour se fasse sans public, ce que plusieurs ont rejeté, comme Julian Alaphillipe, un cycliste français qui a été la grande révélation de l'édition 2019 au cours de laquelle Bernal a été consacré champion final, le Colombien n'a pas montré plus grande préoccupation.

En ce qui concerne la crise mondiale causée par la pandémie de coronavirus, Bernal a précisé que "ce n'est pas quelque chose qui affecte uniquement les riches, nous sommes tous touchés, nous devons rester calmes. À un moment donné, le gouvernement et le monde trouveront un moyen que nous pouvons laisser. C'est quelque chose de très grave, nous devons être prudents en prenant soin de nous-mêmes ", a-t-il conclu.

Avec EFE