Sport

Pidcock remporte l’étape 12 sur la mythique Alpe d’Huez ; Vingeard est toujours en jaune

Le Britannique a remporté l’emblématique section de montagne, réalisant sa deuxième conquête en tant que cycliste professionnel. L’homme des Ineos Grenadiers a résisté dans la fuite et a laissé ses poursuivants sur la route avec une attaque rapide à laquelle personne n’a pu résister. Dans la lutte pour le maillot jaune, Pogacar a attaqué et a été fort, mais n’a pas pu battre Jonas Vingaard une seconde. Nairo Quintana a eu une bonne participation, mais a souffert de l’usure et a perdu une place au général.

L’étape 12 du Tour de France s’est à nouveau déroulée en haute montagne. Il s’agissait cette fois des 165,5 kilomètres qui reliaient Briançon à la mythique Alpe d’Huez, avec des montées raides et épuisantes. Avec cette difficulté, c’est Tom Pidcock qui est devenu un vainqueur retentissant.

Le jeune Britannique a bouclé un parcours solide après avoir conservé l’échappée et laissé ses poursuivants derrière lui avec une attaque puissante que le Sud-Africain Louis Meintjes n’a pas pu suivre, terminant en escorte à 48 secondes. La troisième place est revenue au vétéran, également du Royaume-Uni, Chris Froome, déjà à plus de deux minutes.

Ce triomphe dans les Alpes françaises est le couronnement le plus important de la courte carrière du coureur de 22 ans originaire de Leeds, qui a également remporté le prix du plus combatif du jour. C’est sa deuxième participation à un tournoi majeur (il était à la Vuelta de España l’an dernier) et il a été champion olympique de VTT.

Après la compétition, Pidcock a fondu dans une étreinte de félicitations de son compatriote Geraint Thomas, le prédécesseur en tant que vainqueur de ce sommet légendaire.

« Je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas si j’essayais trop fort. C’était incroyable, une expérience folle », a déclaré le Britannique, qui est désormais le plus jeune cycliste de l’histoire à avoir gagné à l’Alpe d’Huez, battant le Colombien Luis Herrera, qui détenait ce record après sa victoire en 1984.

L’Anglais a assuré qu’il est « ambitieux » et que cette année il est sur le Tour de France « pour apprendre », mais a averti que son objectif est plus grand. « J’ai déjà gagné une étape, j’ai rempli cet objectif. À l’avenir, je veux venir avec d’autres objectifs », a-t-il souligné.

L’autre focus de la journée était sur le peloton des favoris, où s’ouvrait un nouveau chapitre dans la lutte pour le maillot jaune avec la première tentative de revanche de Tadej Pogacar.

Malgré le fait que le Slovène n’a pas pu échapper au contrôle que l’équipe Jumbo-Visma a soulevé, il a donné un message d’intégrité avec une séquence d’attaques dans les derniers kilomètres vers la ligne d’arrivée. Ce duel avec le Danois Jonas Vingaard promet d’avoir de nouveaux chapitres dans les prochaines étapes.

Le principal domestique du maillot jaune était l’Américain Sepp Kuss qui a donné le ton au peloton dans les derniers kilomètres. De son côté, Wout van Aert a fait de même au début ; tandis que Primoz Roglic, l’un de ceux qui sont arrivés en France avec des aspirations au titre et qui se consacre désormais au travail d’équipe, a subi l’usure mercredi et était loin des feux de la rampe.

A quatre kilomètres de l’arrivée, Pogacar a tenté deux fois de se détacher du peloton, mais les deux fois il a été neutralisé par Vingaard. Déjà sur la ligne d’arrivée, l’homme des Emirats Arabes Unis a sprinté dur en cherchant à déduire au moins des secondes, mais il n’a pas réussi non plus.

« Pour ma première journée en jaune dans ma carrière, ce fut une journée exceptionnelle. L’usure du jour m’a été meilleure dans la dernière montée, ça me va quand l’arrivée est moins explosive », a déclaré Vingaard, qui a souligné qu’il était « aussi fort que Pogacar ».

Le Slovène a confirmé son statut de combattant maintenant qu’il court par derrière dans la quête du vainqueur du Tour de France. « Il reste beaucoup de choses et je suis prêt pour la bataille », a-t-il averti.

« Après la séance d’hier, je n’étais pas confiant. J’avais besoin de le récupérer et j’aurais aimé être un peu mieux ce jour-là. Vingeard est un cycliste très fort. »

Nairo Quintana a abaissé la performance et une place dans le tableau

Le Colombien qui a terminé deuxième hier et a été le protagoniste de l’étape, ce jeudi n’a pas pu répéter. Bien qu’il ait été avec les favoris pendant presque tout le parcours, les derniers kilomètres ont été difficiles et il n’a pas pu tenir le rythme.

Du coup, Nairo termine 14ème et concède 1h11 » à Vingaard, Pogacar et le reste du peloton au classement général. Désormais, l’homme de Boyacá est sur la sixième marche, à près de quatre minutes du Danois.

Quintana a souligné « la vitesse à laquelle le port a augmenté » et « l’incroyable force des coureurs, qui augmente chaque année ». « Pour les cyclistes de mon âge ou de celui de Froome, adapter le corps à ces nouvelles performances est difficile », a-t-il expliqué.

La haute montagne est revenue pour éloigner les participations des principaux centres d’intérêt de Daniel Martínez et Rigoberto Urán. Le premier est arrivé 51e, à près de 20 minutes de distance ; le second, 82° à un peu moins de 28′.