Ecologie

Le Sumapaz páramo : le plus grand producteur d’eau au monde se trouve en Colombie

Une équipe de France 24 a visité la lande de Sumapaz, la plus grande au monde du genre, et a été témoin de la beauté de ce lieu, mais aussi des dangers auxquels il est confronté au niveau environnemental.

La Colombie est l’un des pays les plus riches au monde en termes de biodiversité. La flore et la faune variées de la nation sud-américaine en font un paradis environnemental.

Dans la partie orientale de la cordillère des Andes, la plus longue de la planète au niveau continental et qui traverse la Colombie, se trouve le Sumapaz páramo, un écosystème nuageux de haute montagne qui n’existe qu’au Costa Rica, Panama, Colombie, Venezuela, Équateur, Pérou et la Bolivie.

Le Sumapaz páramo est le plus grand du monde en son genre. Il a 333 420 hectares d’extension, dont 142 112 hectares sont protégés par l’État sous la figure du Parc Naturel National de Sumapaz.

Cet écosystème couvre environ 43% du plus grand complexe de paramos au monde et est situé entre les départements de Meta, Huila, Cundinamarca et le sud de la ville de Bogotá, la capitale colombienne.

Ce páramo est unique, car c’est l’une des sources d’eau les plus importantes d’Amérique latine. Les processus naturels qui s’y déroulent lui permettent d’être une source de ressources en eau pour des millions de Colombiens.

France 24 s’est entretenu avec Raquel, Sandra, David, Darío et d’autres Colombiens qui œuvrent pour la protection du Sumapaz páramo, un joyau environnemental qui a vécu pendant de nombreuses années sous l’ombre de la guerre et qui est aujourd’hui convoité par les amoureux de la nature.

Champ avec fraijelones dans le paramo de Sumapaz, Colombie.
Champ avec fraijelones dans le paramo de Sumapaz, Colombie. ©France24

Le lieu sacré des Indiens Muisca

Sanctuaire de la flore et de la faune, le Sumapaz páramo a été décrit par de nombreux amoureux et connaisseurs des questions écologiques. Pour les Indiens Muisca et Sutagao, c’était un lieu sacré qui était leur demeure avant l’arrivée des Espagnols en Amérique du Sud.

« À l’époque où les Muiscas habitaient les parties inférieures du páramo de Sumapaz, ils considéraient cet endroit comme un site sacré. Ils sont venus au páramo uniquement et exclusivement pour effectuer des paiements ou des cérémonies de gratitude », explique Raquel Fajardo, gardes du parc du parc naturel national de Sumapaz.

Pendant la période de conquête et de colonie, les terres qui étaient sacrées pour les communautés qui y vivaient ont commencé à avoir des propriétaires. Les Espagnols ont commencé à former leurs villes et, petit à petit, de nombreux indigènes mouraient à cause des maladies apportées par les colonisateurs.

Au fil des années, les nouveaux grands domaines cèdent la place à la production et à l’exploitation agricoles. La ville de Bogotá s’est également considérablement agrandie, ce qui a généré de nouvelles colonies autour d’elle.

Avis dans le parc naturel national de Sumapaz, Colombie.
Avis dans le parc naturel national de Sumapaz, Colombie. ©France24

Les années noires à Sumapaz

Dans les années 1950, de nombreuses familles paysannes de différentes régions de Colombie se sont réfugiées dans diverses régions du páramo, fuyant les violents affrontements entre les membres des partis conservateur et libéral de l’époque.

« Il y a eu une colonisation de la lande par des paysans déplacés par le temps des violences dans notre pays. Actuellement, ce sont des familles qui possèdent des terres dans des zones aujourd’hui déclarées parc naturel national de Sumapaz », explique Raquel.

En 1977, le gouvernement colombien a déclaré 142 112 hectares du páramo comme parc naturel national de Sumapaz, afin de protéger ce territoire. Aujourd’hui, cette zone n’a pas de vocation écotouristique, c’est pourquoi elle n’est pas ouverte au public.

Quelques années plus tard, dans les années 1980, l’ancienne guérilla des FARC a commencé à s’installer sur les terres de Paramunas dans leur plan raté de lancer une marche militaire vers Bogotá. Le groupe d’insurgés considérait Sumapaz comme la porte d’entrée de la capitale car elle était géographiquement très proche.

Par conséquent, Sumapaz n’a eu aucun touriste ou visiteur local pendant plusieurs décennies. Les miliciens des FARC et les soldats de l’armée colombienne ont maintenu des affrontements constants, les paysans de la région étant les plus touchés pendant le vaste conflit armé.

Sandra Peñalosa, une habitante du village d’Arrayanes, se souvient de ces années où elle a dû fuir avec sa famille de San Juan de Sumapaz à cause du conflit armé.

« Il y a vingt-quatre ans nous sommes arrivés au village d’Arrayanes, mes parents venaient de San Juan à cause de la violence qui était très forte à cette époque. Le changement a été important et bon pour nous. Mon mari est originaire de cette région et sa famille aussi. Ils ont dû subir des violences, mais moins fortement. Nous sommes arrivés pendant ce temps-là, mais ce n’était pas aussi fort qu’à San Juan de Sumapaz », raconte Sandra.

Sandra Peñalosa, habitante du village d'Arrayanes, Colombie.
Sandra Peñalosa, habitante du village d’Arrayanes, Colombie. ©France24

En 2016, le gouvernement colombien et les FARC ont signé un accord de paix. La grande majorité des guérilleros ont déposé leurs armes et ont commencé à se réinsérer dans la société. Ce chapitre de l’histoire a changé le visage de la Colombie au niveau national et international, ainsi que celui de Sumapaz, qui n’était plus considéré comme un territoire hostile.

La friche n’était plus un champ de bataille, cependant, il y a maintenant d’autres dangers qui menacent cet écosystème. Les monocultures, le brûlage des terres pour la production agricole et animale, les plantes envahissantes et le tourisme de masse sont quelques-unes des menaces dont souffre cet endroit.

Cultures biologiques : l’alternative que peu d’agriculteurs souhaitent mettre en œuvre

La grande majorité des habitants du Sumapaz páramo et des environs sont des paysans qui vivent de l’agriculture.

Selon certains écologistes, cet endroit est en danger car l’activité agricole et l’utilisation de produits agrochimiques, notamment dans les cultures de pommes de terre, affectent la qualité de la terre et la pureté de l’eau.

Sandra Peñalosa est la présidente de l’action communautaire du village d’Arrayanes. Au fil du temps, il est devenu une voix d’avertissement pour ses voisins, qu’il essaie de sensibiliser pour que les frontières agricoles ne continuent pas à s’étendre et, ainsi, protègent les processus naturels qui s’y déroulent, comme la production d’eau à partir de le frailejón, la plante phare de la lande.

Cette paysanne colombienne développe plusieurs projets écologiques dans sa maison afin de trouver des alternatives pour réduire les dommages causés à l’écosystème paramun. L’un d’eux est une culture de fraises biologiques qui n’a pas besoin de produits chimiques et qui est arrosée avec de l’eau du Sumapaz páramo.

Culture biologique de fraises dans le village d'Arrayanes, Colombie.
Culture biologique de fraises dans le village d’Arrayanes, Colombie. ©France24

« Cette culture de fraises n’a pas d’impact environnemental négatif, tout l’impact est positif, à la fois pour ce que nous avons autour de nous, car nous ne mettons aucun produit chimique dans l’eau ou l’air, et pour ceux qui vont le consommer, car ce sont des produits propres qui vont nous nourrir et ne contamineront pas notre corps », précise Sandra.

Peu de paysans du village d’Arrayanes tentent cette autre alternative, bien plus respectueuse de l’environnement. Selon Sandra, le produit final est plus attrayant lorsqu’on dit aux acheteurs que le fruit ne contient pas de produits chimiques. « Ces cultures ont un excellent débouché car vous garantissez la qualité et les gens l’achètent. Dans les marchés paysans qui sont organisés sur les places de Bogotá, les gens achètent calmement et à bon prix parce que nous vendons avec un plus, c’est que la fraise ne va avec aucun type de produit chimique « .

Le genêt épineux, la plante qui rivalise avec le páramo frailejón

Un autre problème dans le páramo de Sumapaz est le Ulex Europaeus ou le genêt épineux, une plante envahissante importée d’Europe occidentale en Colombie pour servir de haie vive pour protéger les réservoirs d’eau.

Le genêt épineux est capable de déplacer et de remplacer des espèces indigènes telles que le frailejón, selon David Díaz, écologiste et membre du laboratoire Invocu. « C’est un vrai problème pour les écosystèmes de haute montagne, puisque cette plante commence à concurrencer les plantes indigènes comme les frailejones, qui ont une croissance très lente. On dit qu’un frailejón a la capacité de croître de 1 à 2 centimètres par an, et le genêt épineux pousse en moyenne de 1 à 2 centimètres par mois. Cette plante est très bonne quand il s’agit de rivaliser pour la lumière, le soleil, la terre, c’est pourquoi elle a commencé à déplacer ces espèces et à créer un problème ».

Invocu est un laboratoire de recherche scientifique, composé de plusieurs écologistes et habitants de Sumapaz. Sa proposition est l’éradication manuelle de la brousse envahissante à partir de techniques qui garantissent qu’elle ne renaîtra pas.

Balai de Barbarie ou 'Ulex Europaeus' dans le Sumapaz páramo, Colombie.
Balai de Barbarie ou ‘Ulex Europaeus’ dans le Sumapaz páramo, Colombie. ©France24

Lorsqu’ils sont définitivement éliminés, les restes passent par des procédés industriels qui transforment les déchets végétaux en une pulpe avec laquelle Invocu crée des produits écologiques, tels que du papier, des pots de fleurs et des porte-clés, tous fabriqués à partir de genêts épineux.

« Nous avons voulu encadrer cette alternative dans ce qu’est le développement durable et l’économie circulaire. De plus, nous nous appuyons sur le tissu social, sur un travail acharné avec la communauté, afin qu’elle soit un élément clé dans la résolution de ce problème, en associant la recherche à la durabilité et à la production de ces matériaux », explique David.

Du territoire hostile à l’attraction touristique

Pendant les années de conflit armé à Sumapaz entre l’armée colombienne et l’ancienne guérilla des FARC, le páramo n’a été visité par personne qui n’était pas un habitant du secteur.

Mais, avec la signature de l’accord de paix en 2016 entre le gouvernement colombien et le groupe armé, le visage de ce lieu a changé et il n’était plus perçu comme un territoire hostile.

Bien que le tourisme puisse être l’un des bénéfices de la fin du conflit armé, certains habitants de la région sont réticents à l’arrivée d’un tourisme massif et irresponsable qui nuit à la fragilité de l’écosystème paramun.

« Sumapaz est un territoire complexe car pendant longtemps il n’a pas eu de présence étatique et le processus d’ouverture a été très abrupt. Lors de son ouverture, beaucoup de gens voulaient visiter le páramo et l’ont fait de manière désorganisée, sans respecter les habitants », explique Darío Flores, directeur de l’agence d’écotourisme Road Trip Colombia. Pour cette raison, dit Darío, la confiance entre le touriste et les paysans s’est détériorée.

Darío Flores, directeur de l'agence d'écotourisme Road Trip Colombia.
Darío Flores, directeur de l’agence d’écotourisme Road Trip Colombia. ©France24

La zone protégée sous la figure du parc naturel national de Sumapaz n’a pas de vocation touristique, cependant, en dehors de cette zone, il est possible d’effectuer des visites, avec le soin et l’attention que l’écosystème exige.

Animé par des guides locaux et avec l’autorisation des propriétaires, Road Trip Colombia propose des randonnées pour des groupes de 12 personnes maximum le long d’une ancienne route royale, située en dehors de la zone protégée du Sumapaz páramo. « Il y a des risques face au tourisme de masse, que les gens viennent et ne respectent pas les sentiers, qu’ils extraient et prennent les fleurs, qu’ils laissent des ordures. Ce sont tous des risques que nous assumons en tant qu’agence dans chacun de nos voyages, c’est pourquoi nous incluons toujours une composante environnementale », explique Darío.

Le Sumapaz páramo est très recherché par les amoureux de la nature et les randonneurs. Petit à petit, il a cessé d’être un endroit dangereux pour devenir une attraction touristique. Le soin et la sensibilisation définiront l’avenir de cette grande usine d’eau.