Première modification: Dernière modification:

Voilà à quel point Christine K. Johnson est co-auteur d'une récente étude sur les risques de contagion des maladies entre les animaux et les humains et l'importance de prendre en compte l'environnement face à l'épidémie de Covid-19. Selon cet épidémiologiste de l'Université de Californie, "Lorsque nous commençons à revenir à la normale après cette pandémie, nous devons trouver des moyens sûrs et durables de coexister avec la faune dans un monde partagé."

La pandémie de Covid-19 clarifie davantage le message selon lequel la santé des écosystèmes et la santé humaine sont entièrement interconnectées. Et, comme le dit l'épidémiologiste Christine K. Johnson, "Nous sommes l'espèce dominante sur la planète et avons modifié les écosystèmes pour notre propre bénéfice pendant des siècles, mais en fin de compte, ce sera la nature qui déterminera la durée pendant laquelle nous pourrons coexister."

Dans le même ordre d'idées, le directeur exécutif de l'ONU Environnement, Inger Andersen, demande aux gouvernements qu'une fois la crise sanitaire mondiale résolue, les efforts pour relancer l'économie sont orientés vers "des investissements plus verts, plus propres et plus durables parce que Selon Andersen, "la santé des gens et la santé de la planète sont une seule et même chose, et les deux peuvent prospérer dans une égale mesure".

Toute stratégie à long terme doit s'attaquer et mettre fin à la perte d'habitat et au commerce illégal

Le directeur exécutif de l'agence environnementale de l'ONU a averti que "l'activité humaine a modifié près de 75% de la surface de la Terre et cela a fait que la faune et la nature ont un espace de plus en plus petit sur la planète". En outre, il a déclaré que "toute stratégie à long terme contre les pandémies mondiales" devra "lutter contre la perte d'habitats et de biodiversité, et y mettre fin, en plus du commerce illégal d'espèces sauvages et des marchés illégaux".

Précisément, cette même chose a demandé plus de 200 organisations qui défendent la faune à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans une lettre envoyée à l'occasion de la Journée mondiale de la santé, qui est célébrée chaque année le 7 avril, ils demandent à l'OMS de faire une recommandation mondiale selon laquelle tous les pays interdisent définitivement les marchés où sont vendus des animaux sauvages vivants. comme leur utilisation en médecine traditionnelle.

Dans la lettre, ils demandent également un soutien pour les initiatives qui peuvent offrir des sources alternatives de protéines pour les communautés qui dépendent de la faune pour leur subsistance, ce avec quoi le secrétaire exécutif par intérim de la Convention des Nations Unies sur la diversité est d'accord. Biológica, Elizabeth Maruma Mrema: "Il y a des communautés, en particulier dans les zones rurales à faible revenu, en particulier en Afrique, qui dépendent des animaux sauvages pour la subsistance de millions de personnes (…) Donc, à moins que nous ne leur donnions des alternatives, il y a un danger que cela cède la place au commerce illégal d'espèces sauvages qui amène déjà de nombreuses espèces au bord de l'extinction. "

Selon le secrétaire général de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) ", il existe une grande différence entre le commerce légal et réglementé des espèces sauvages et le commerce non réglementé et illégal des espèces sauvages. Commerce bien réglementé et juridique peut aider à assurer la conservation de l'habitat et à empêcher la conversion des terres et la destruction des écosystèmes qui peuvent conduire à des zoonoses. "

L'ONU est claire: les deux tiers des maladies et infections que nous constatons et qui sont de plus en plus fréquentes, proviennent d'animaux sauvages, donc la protection de ceux-ci et de leurs habitats d'origine afin qu'ils restent ainsi à l'écart des humains est essentiel.

En février, des délégués de plus de 140 pays se sont réunis à Rome pour définir un accord avec 20 points sur la façon de stopper la perte de biodiversité, de protéger les océans et de réduire la contamination par les plastiques et les nutriments. Ce texte devait être signé en octobre dans la ville chinoise de Kunming, lors du plus grand sommet des Nations Unies sur la biodiversité, mais l'événement a également été reporté en raison de la pandémie.

Des centaines d'oiseaux récupèrent leur territoire sur les plages de Lima

La quarantaine imposée par le gouvernement du Pérou a fait que personne ne peut profiter des plages de la capitale. Cela donne un air paradisiaque aux plages de Lima. Sans baigneurs, sans pollution, sans bruit, diverses espèces d'oiseaux se rapprochent de la côte pour se reposer sur le sable, se nourrissent d'algues et de poissons, ou flottent de long en large avec les vagues.

Des mesures pour stopper la pandémie permettent à la nature de reprendre son souffle et à la faune de regagner leurs territoires. Cependant, en raison de l'enfermement et des couvre-feux, les citoyens ne peuvent pas être témoins oculaires de cette situation unique, uniquement via la télévision ou les médias sociaux. Selon notre correspondant Francisco Zacarías, l'emprisonnement laisse aux Péruviens de nombreuses réflexions: l'une d'elles, à la recherche de mécanismes qui permettent une meilleure coexistence avec l'environnement lorsque la quarantaine prend fin et que les citoyens doivent reprendre leurs activités quotidiennes.