Première modification: Dernière modification:

Malgré un revers dans l'arrivée du soi-disant Earth Overdraft Day en raison des restrictions mondiales imposées pendant la pandémie de Covid-19, en 2020, nous aurons consommé les ressources de 1,6 planètes.

Dans le calendrier environnemental, il y a plusieurs dates que l'on veut atteindre afin de sensibiliser à un sujet particulier. Cependant, il y a une date que plus nous obtenons tard, mieux c'est: on l'appelle le Jour de découvert de la Terre. C'est le moment où les humains auront consommé plus de ressources que la planète n'est capable de se régénérer en un an. En 2020, la projection est que nous consommerons comme si nous avions 1,6 planètes à notre disposition. Cette année, et au mépris de la tendance des 50 dernières, la date a été reportée: si l'année dernière nous entrions dans les chiffres rouges le 29 juillet, cette année la date globale arrivera le 22 août.

Ce retard de trois semaines dans l'arrivée de la dette mondiale sur la planète reflète une réduction de 9,3% de l'empreinte carbone de l'humanité par rapport à 2019. Ce changement de date est une conséquence directe des restrictions imposées par les pays pendant la pandémie de Covid-19. La diminution de la récolte de bois et des émissions de dioxyde de carbone due à la réduction de la consommation de combustibles fossiles ont été les deux facteurs les plus influents.

Cependant, ce report ne convainc pas le Global Footprint Network, qui est responsable chaque année du calcul du Earth Overdraft Day. Pour eux, cette contraction, la plus importante depuis 1970, est loin d'être suffisante pour parvenir à un équilibre entre le bien-être de l'humanité et le bien-être de la planète car «la véritable durabilité ne peut être atteinte qu'avec des changements structurels, et non par suite de une catastrophe "et appellent à la régénération des ressources pour être un élément central des plans des gouvernements et des entreprises lorsqu'il s'agit de reconstruire et de récupérer les économies après l'épidémie de coronavirus.

La pandémie plastique ne s'arrête pas

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19 mais, plus encore, depuis le début des phases de déconfiguration sur la planète, les océans et les mers reçoivent des quantités inquiétantes de masques et de gants utilisés pour se protéger du virus. Une aggravation de la situation précaire de nos eaux qui reçoivent déjà au moins huit millions de tonnes de plastique chaque année.

Gants en plastique jetés dans le centre de Barcelone, Espagne. 22 mai 2020.
Gants en plastique jetés dans le centre de Barcelone, Espagne. 22 mai 2020. EFE – Alejandro García

Selon l'organisation française Operation Clean Sea, c'est une situation totalement nouvelle qui découle du manque de civilité. Son fondateur, Laurent Lombard, assure que «depuis un mois nous rencontrons ces masques en mer. C'est un nouveau type de pollution, et cela ne fait que commencer. Il y a un manque de civilité. Si les gens ne le font pas Nous les jetions dans la rue, nous ne les trouvions pas dans la mer, car 80% des déchets que nous voyons dans la mer venaient de l'intérieur des terres. "

La Chine va plus loin dans la protection du mammifère le plus victime de la planète

Une semaine après que la Chine a augmenté la protection officielle des pangolins au plus haut niveau et les a assimilés à des pandas ou des tigres, le pays asiatique a exclu les écailles du petit mammifère de sa liste annuelle de médicaments traditionnels approuvés.

Le document fonde sa décision sur «l'épuisement des ressources naturelles». Pour les écologistes, cette mesure est cruciale pour sauver cet animal, dont les huit espèces sont en danger d'extinction.

Faits sur le pangolin, le mammifère le plus trafiqué de la planète
Faits sur le pangolin, le mammifère le plus trafiqué de la planète © EFE

Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature, la population de pangolins en Chine a diminué de plus de 90% depuis les années 1960.

Outre la protection de l'État, les autorités chinoises ont l'intention de sensibiliser les citoyens au danger que représente cet animal afin que la protection provienne également de la population. Le gouvernement a également annoncé qu'il accorderait des incitations économiques à ceux qui signalent le trafic ou la chasse illégale, non seulement du pangolin, mais de toute espèce protégée.