Première modification:

Une étude récente révèle les effets de la pandémie sur le niveau des émissions de CO2. Les informations obtenues quasiment en temps réel auprès des différents secteurs polluants montrent une baisse des émissions de CO2 au premier semestre de 8,8%. Cependant, les réouvertures progressives à partir de juin ont réduit ce chiffre à 6,5% au cours des huit premiers mois de 2020 par rapport à l'année dernière.

Le résultat de l'étude montre une diminution globale des émissions de 6,5%, un chiffre qui varie fortement selon les pays. En Espagne, l'un des pays étudiés avec une plus forte baisse relative, la différence avec 2019 est de 17,2%, notamment en raison de la baisse de la production d'énergie et de l'utilisation des transports terrestres, qui sont les deux secteurs à des baisses plus importantes des émissions de CO2 dans le monde.

En valeur absolue, la pandémie aux États-Unis a fait que, si les émissions n'ont diminué que de 12,9%, cette baisse représente 30% du total des tonnes de CO2 qui n'étaient plus émises.

Le monde a vu une réduction globale de 6,5% de ses émissions entre janvier et août 2020
Le monde a vu une réduction globale de 6,5% de ses émissions entre janvier et août 2020 © France 24

Cette réduction des émissions est la plus importante enregistrée depuis 1900 et dépasse la baisse survenue pendant la Première Guerre mondiale, la Grande Dépression de 29, la Seconde Guerre mondiale ou la crise financière de 2008.

Le premier semestre 2020 a vu la plus forte baisse d'émissions depuis 1900
Le premier semestre 2020 a vu la plus forte baisse d'émissions depuis 1900 © France 24

Cependant, comme l'a déjà montré une première étude mondiale sur ce même sujet, les émissions augmentent à nouveau rapidement avec l'assouplissement des restrictions. En fait, les informations révèlent qu'en Chine, les émissions de mai 2020 ont dépassé celles du même mois en 2019 de 5,4%.

Le rapport conclut que pour parvenir à des réductions qui conduisent à de réels changements dans la contribution des êtres humains au réchauffement climatique, des transformations structurelles de la production d'énergie sont nécessaires, une transition vers un transport terrestre qui ne dépend pas des combustibles fossiles et la construction de bâtiments qui sont écoénergétiques.

La Grande Barrière de Corail d'Australie, menacée par le réchauffement des eaux

La Grande Barrière de Corail, qui mesure 2 300 kilomètres, est à un moment critique. Le réchauffement des eaux rend les événements de blanchiment des coraux, un phénomène mortel pour ces animaux, de plus en plus courants. Le récif australien a déjà perdu plus de la moitié de ses coraux au cours des 30 dernières années et, selon les experts, si nous continuons sur la même trajectoire, l'écosystème ne pourra peut-être plus se régénérer.

Terry Hughes, du Centre d'excellence pour l'étude des récifs coralliens, assure que dans la dernière étude réalisée "nous avons mesuré non seulement la couverture des coraux, mais leurs tailles. Et nous avons vu qu'il y a moins de coraux gros, moins moyens et moins petits. Et cela signifie que la résilience du récif, sa capacité à se remettre des événements de blanchiment récurrents, est menacée (…) La trajectoire est assez accélérée et nous pensons qu'elle se poursuivra dans les décennies à venir si le réchauffement climatique continue de s'intensifier " .

Pour les scientifiques, le réchauffement climatique est la cause indéniable de la disparition des coraux qui, rappelons-le, abritent près de 25% des espèces marines de la planète, alors qu'ils ne représentent que 1% de la surface des océans. Ils demandent que des mesures urgentes soient prises pour arrêter les émissions de gaz à effet de serre qui contribuent à l'augmentation des températures car, selon eux, c'est le seul moyen de sauvegarder le plus grand récif corallien du monde.

Une alimentation basée sur la planète pour préserver la biodiversité

Profitant de la Journée mondiale de l'alimentation qui est célébrée chaque année le 16 octobre, le WWF a publié un rapport dans lequel ils recommandent de changer notre régime alimentaire pour un régime comprenant plus de légumes et de céréales et moins de produits dérivés d'animaux.

50% de la surface terrestre est occupée par l'agriculture et l'élevage, qui sont le principal moteur de la perte de biodiversité de la planète, et la production alimentaire est responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre.

Le document nous encourage également à choisir des aliments non transformés, qui auront une empreinte carbone plus faible et, si possible, à consommer des produits locaux et de saison qui n'ont pas eu à parcourir des milliers de kilomètres pour être dans les cuisines ou qui ne nécessitent pas produits chimiques ou agriculture intensive pour sa culture.

Cependant, un changement de régime à lui seul ne suffira pas et doit s'accompagner de pratiques de production plus durables et d'efforts pour minimiser les pertes et le gaspillage alimentaires.