Ecologie

L’Unesco propose d’inscrire la Grande Barrière de Corail comme patrimoine en péril ; L’Australie s’oppose

Le gouvernement australien est furieux après que l’UNESCO a annoncé son intention d’ajouter la Grande Barrière de Corail, le plus grand système corallien du monde, à la liste du Patrimoine mondial en péril. La décision bouleverse Canberra car l’écosystème marin, situé au nord-est du pays, pourrait perdre son statut de patrimoine mondial avec la désignation.

Les Australiens l’appellent « la huitième merveille du monde ». La Grande Barrière de Corail est au centre du différend actuel entre l’Australie et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), car elle a recommandé d’inscrire l’écosystème marin sur la liste du patrimoine mondial en péril.

Pour les écologistes, la désignation est importante car le soin serait encore plus grand sur le plus grand récif de corail du monde. Mais le gouvernement australien ne pense pas la même chose.

D’une part, Canberra fait pression sur l’UNESCO depuis plusieurs années pour que la Grande Barrière de Corail ne figure pas sur la liste des écosystèmes menacés, car cela pourrait faire perdre à sa barrière de corail son statut de patrimoine mondial, et accessoirement son attrait touristique.

D’un autre côté, la ministre australienne de l’Environnement, Susan Ley, a déclaré que la Grande Barrière de Corail est très bien gérée. Selon elle, la décision de l’Unesco ne prend pas en compte les milliards de dollars dépensés pour tenter de protéger cet écosystème.

Pour ces raisons, l’exécutif de Canberra a décidé de contester la décision de l’organe de l’ONU et, selon la loi, le gouvernement « s’opposera fermement au projet de recommandation au Comité du patrimoine mondial », exprimant sa « préoccupation concernant le détournement du processus normal dans évaluer l’état de conservation ».

L’Australie, sans objectif environnemental clair ?

L’annonce de l’Unesco n’est pas vaine. L’objectif de la mesure est de contrer les effets du changement climatique, la conservation du récif s’étant détériorée. De plus, il a subi un blanchissement massif des coraux en 2016, 2017 et 2020.

L’inscription de la Grande Barrière de Corail sur la liste du patrimoine mondial en péril n’est pas une sanction. Certains pays y voient même un moyen de sensibiliser la communauté internationale et de contribuer à la protection de ce patrimoine.

De son côté, l’Australie défend ses efforts pour protéger cet écosystème et a affirmé avoir dépensé plus de 395 millions de dollars australiens pour sauvegarder ce lieu. Canberra a même tenté de blâmer la Chine pour cette décision, puisque c’est ce pays asiatique qui préside le comité de l’Unesco.

« Cette décision était viciée. De toute évidence, il y avait de la politique derrière cela », a déclaré Ley, ajoutant que l’Australie avait fait part de ses préoccupations à la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay.

Dossier : La Grande Barrière de Corail se meurt à cause du réchauffement climatique


L’Australie est l’un des plus grands importateurs mondiaux de charbon et de gaz naturel et n’a pour l’instant pas fixé d’objectif de neutralité carbone pour 2050. À un moment donné, le Premier ministre Scott Morrison a déclaré que le pays espérait l’atteindre « le plus tôt possible », sans mettre en danger. emplois et entreprises.

Selon Richard Leck, directeur des océans au WWF, la recommandation de l’Unesco montre « clairement et sans équivoque que le gouvernement australien ne fait pas assez pour protéger notre plus grand atout naturel, notamment contre le changement climatique ».

Un monde sous-marin unique

La Grande Barrière de Corail est un endroit unique sur la planète. Sa taille avoisine les 2 600 kilomètres et abrite 400 types de coraux, 1 500 espèces de poissons et 4 000 variétés de mollusques. Il est si grand qu’il peut être vu de l’espace.

Sous ses eaux cristallines, il y a toute une communauté sous-marine, c’est pourquoi beaucoup disent que c’est le plus grand organisme vivant au monde.

Mais ce lieu, qui fait rêver les plongeurs et les amoureux de la nature, est en train de disparaître peu à peu sous l’effet du réchauffement climatique, qui a provoqué le réchauffement de l’eau des océans.

Selon diverses études, environ 50 pour cent de la Grande Barrière de Corail a disparu au cours des 30 dernières années. L’extinction de milliers de coraux a été accélérée par le blanchissement massif de cette espèce et cela se produit lorsque la température de l’eau dépasse les 30 degrés Celsius.

En conséquence, les coraux perdent leur élasticité et leurs couleurs éclatantes s’estompent pour devenir complètement blanches. Le blanchiment est un phénomène de décoloration qui provoque une décoloration. Lorsque la température de l’eau augmente, cela provoque l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur.

Cet écosystème a également été touché par les cyclones et est victime du ruissellement agricole et de l’acanthaster violet, une étoile de mer qui dévore les coraux.

Avec Reuters, AFP et EFE

gestioninclusive@gmail.com