Ecologie

Près de la moitié des pays manquent la date limite pour renouveler leurs engagements d’émissions de CO2

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a rapporté samedi que la Chine et l’Inde, qui se classent respectivement au premier et au troisième rang des pires émetteurs de gaz à effet de serre au monde, ont manqué l’échéance pour présenter leurs nouveaux objectifs de réduction du dioxyde de carbone. Et ils ne sont pas les seuls, puisque seulement 58% de tous les pays signataires de l’Accord de Paris ont présenté leurs propositions actualisées, alors que la date limite est jusqu’au 30 juillet.

Arrêter la libération de gaz à effet de serre qui causent le réchauffement climatique est un objectif sur la corde raide, étant donné l’échec de dizaines de pays qui ont promis de le faire dans le cadre de l’Accord de Paris de 2015.

La Chine et l’Inde, deux des nations les plus peuplées de la planète et parmi celles ayant les émissions de carbone les plus élevées, n’ont pas présenté leurs propositions actualisées pour atteindre cet objectif.

La date limite initiale pour la réalisation des nouveaux objectifs environnementaux de l’Accord de Paris, appelés « Contribution déterminée au niveau national » (NDC), était 2020. Mais la date a été reportée au 30 juillet 2021 en raison de la pandémie et pourtant ni la Chine ni l’Inde ne s’y sont conformées.

De plus, ce ne sont pas les seuls gouvernements qui ont ignoré le pacte. L’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, la Syrie et 82 autres pays n’ont pas non plus mis à jour leurs contributions déterminées au niveau national, pour que l’ONU les inclue dans un rapport qu’elle prépare pour la conférence internationale sur le changement climatique, qui se tiendra en novembre à Glasgow.

La cheffe des Nations Unies pour le climat, la diplomate mexicaine Patricia Espinoza, a célébré que 110 signataires de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ont respecté le délai.

Cependant, il a souligné que ce chiffre était « loin d’être satisfaisant » puisque seulement 58% des nations signataires de l’Accord de Paris ont présenté leurs nouveaux objectifs à temps. Parmi ceux qui se sont conformés figurent les États-Unis, deuxième émetteur mondial, qui a présenté sa nouvelle cible en avril dernier.

« J’appelle les pays qui n’ont pas pu respecter ce délai à redoubler d’efforts et à respecter leur engagement dans le cadre de l’accord », a déclaré le responsable dans un communiqué.

Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif fixé et isolé

Espinosa a également noté qu’un rapport antérieur a révélé que les pays faisaient très peu pour atteindre l’objectif de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés Celsius d’ici la fin du siècle, par rapport à l’époque préindustrielle.

L’objectif plus ambitieux de limiter le réchauffement à 1,5°C est donc bien plus hors de portée.

« Les récentes vagues de chaleur extrême, les sécheresses et les inondations dans le monde sont un terrible avertissement qu’il faut faire beaucoup plus, et beaucoup plus rapidement, pour changer notre voie actuelle (…) Cela ne peut être réalisé que grâce à un NDC plus ambitieux », a déclaré Espinoza. .

La situation se produit juste au moment où ces derniers jours, des dizaines de pays ont été touchés par des inondations face à des pluies incessantes. C’est le cas en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg et en Autriche.

Dans le même temps, d’autres pays traversent une forte canicule qui alimente des incendies de forêt et fait des milliers de déplacés, comme c’est le cas au Canada, aux États-Unis, en Grèce et en Turquie.

Avec AP et médias locaux