Ecologie

Le monde qui nous attend : une planète avec des phénomènes météorologiques extrêmes plus longs et plus fréquents

Alors que certaines régions du monde souffrent d’incendies et de températures suffocantes, d’autres signalent de graves inondations. L’hémisphère nord est actuellement le parfait exemple de ce que pourrait être la norme dans les années à venir si nous n’accélérons pas la lutte contre le réchauffement climatique. Un phénomène qui, selon les scientifiques, va rendre les événements météorologiques extrêmes de plus en plus intenses, plus longs et plus fréquents.

En quelques semaines seulement, l’hémisphère nord a vu des records de température battre aux États-Unis et au Canada, lors d’une canicule extrême qui a fait quelque 600 morts sur la côte ouest de l’Amérique du Nord. Helsinki a vu ses thermomètres marquer 31,7 °C le 21 juin, dépassant la température maximale pour un mois de juin en Finlande. Et la Sibérie, en Russie, voit à nouveau des milliers d’hectares de forêt brûlés par les flammes.

En quelques semaines les températures ont battu des records
En quelques semaines les températures ont battu des records ©France24

Des vagues de chaleur extrêmes qui auraient été « fondamentalement impossibles » sans l’influence du changement climatique d’origine humaine : c’est à quel point l’étude du World Weather Attribution Group, qui est chargée d’analyser rapidement les événements météorologiques extrêmes pour voir s’ils sont liés à changement climatique.

Les émissions humaines de gaz qui contribuent au réchauffement climatique ont rendu cette vague de chaleur 150 fois plus probable. Selon l’étude, « un événement comme celui-ci, qui est actuellement estimé ne se produire qu’une fois tous les 1 000 ans, se produirait environ tous les 5 ou 10 ans dans un monde futur avec 2 °C de plus ». Un objectif que, au rythme actuel des émissions, « nous atteindrions dans la décennie commençant en 2040 ».

Le groupe de scientifiques des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de France, d’Allemagne et de Suisse assure que l’avenir sera caractérisé par des vagues de chaleur plus extrêmes, plus longues et plus fréquentes et souligne l’importance de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre pour freiner le réchauffement climatique.

Le changement climatique peut avoir influencé les inondations en Europe ; le réchauffement climatique a certainement fait

Les scientifiques cherchent encore à déterminer si le changement climatique est directement lié à ces trombes d’eau en Europe occidentale, mais ce qu’ils savent clairement, c’est que le réchauffement climatique entraînera de plus en plus de tempêtes lentes comme celles qui ont causé ces inondations qui ont fait plus d’une centaine de morts. , des dizaines de disparus et des millions d’euros de dégâts matériels.

C’est ce qu’affirme une étude publiée le 30 juin, deux semaines avant que le continent européen ne soit frappé par des pluies torrentielles : « On s’attend à ce que les tempêtes de pluie intenses soient plus fréquentes en raison du réchauffement climatique, car l’air chaud accumule plus d’humidité… Nos études suggèrent que ces tempêtes lentes pourraient être jusqu’à 14 fois plus fréquentes sur terre avant la fin du siècle. » Selon le ministère allemand de la météorologie, les régions touchées ont reçu entre 100 et 150 mm par mètre carré d’eau en deux jours, des quantités qui se produisent normalement sur une période de huit semaines.

La dévastation observée en Europe peut être attribuée à des éléments autres que les pluies

Les populations les plus touchées en Allemagne se trouvaient sur les rives de petites rivières qui n’étaient pas préparées à résister à des débits d’eau aussi soudains et beaucoup n’avaient pas de barrières de protection contre les débordements. En outre, certains experts ont évoqué des échecs en matière d’urbanisme : le sol de la zone était déjà fortement saturé par les pluies des jours précédents et l’excès de constructions telles que des maisons, des routes ou des infrastructures pourrait rendre l’absorption d’eau pas la même que s’il y avait avait été plus d’espaces verts et augmentait ainsi le risque d’inondation.

Ils pensent également que les pertes en vies humaines auraient pu être réduites voire évitées si les autorités locales avaient prêté plus d’attention aux mécanismes d’alerte aux pluies torrentielles et réagi avec plus de force en évacuant la population.


Quelle que soit la cause exacte de ces pluies, le président allemand Frank-Walter Steinmeier et la présidente de la Commission européenne (CE), Ursula Von der Leyen, ont clairement exprimé leur vision selon laquelle ces phénomènes et notre capacité à y réagir ou à nous y adapter sont liés à la façon dont nous abordons la lutte contre le changement climatique. Pour ces derniers « c’est la tâche générationnelle que nous avons en ce moment ».

L’UE a présenté sa feuille de route pour réduire les émissions de carbone de 55% avant la fin de cette décennie

Le jour même où de fortes pluies ont commencé à frapper la région, la présidente de la CE, Ursula Von der Leyen, a présenté à Bruxelles le plan de l’UE visant à réduire ses émissions de carbone d’ici 2030 de 55% par rapport à celles émises en 1990, soit 31% de plus que ce que il l’a fait jusqu’à présent.

La feuille de route pour atteindre cet objectif consiste en le renforcement de huit lois existantes et l’inclusion de cinq nouvelles initiatives. Parmi elles l’interdiction de fabriquer des voitures à essence ou diesel à partir de 2035 ou l’imposition de taxes sur le kérosène pour l’aviation, jusqu’à présent exonérée, et le transport maritime.

Le plan Fitfor55 doit encore surmonter deux ans de négociations entre les pays membres de l'UE
Le plan Fitfor55 doit encore surmonter deux ans de négociations entre les pays membres de l’UE ©France24

Il entend également mettre en place un mécanisme d’ajustement des émissions aux frontières de l’UE pour encourager les autres pays tiers à réduire leur empreinte carbone dans la fabrication des biens qu’ils exportent vers l’UE.

Le plan comprend des solutions fondées sur la nature telles que la restauration des forêts, des sols et des zones humides qui agissent comme des puits de carbone naturels et prévoit un fonds de plus de 72 000 millions d’euros pour aider à compenser une partie des dépenses qui seront répercutées sur les factures d’énergie de Européens.

L’annonce, qui a déjà suscité les critiques des groupes écologistes appelant à plus d’ambition et à plus de justice pour les citoyens, entame un processus d’environ deux ans de négociations entre les pays membres, qui doivent l’approuver, afin que le Parlement européen puisse ensuite donner la décision définitive lumière verte. Vous pouvez lire, en espagnol, tous les détails du plan européen sur ce lien.

gestioninclusive@gmail.com