Economie

La mission «  Tianwen-1  » atterrit avec succès sur Mars et marque une étape importante dans la course spatiale chinoise

La Chine est devenue la troisième nation, après les États-Unis et l’ex-Union soviétique, à atterrir avec succès à la surface de la soi-disant planète rouge, à la différence qu’elle a atteint son objectif dès sa première tentative. Après le succès, le programme se concentrera sur le lancement de l’explorateur «Zhurong», dont la mission sera de collecter des informations à envoyer sur Terre.

Afin de mener à bien le programme spatial chinois, le pays a investi environ 8 000 millions de dollars. Avec cela, il a franchi une étape importante dans ses aspirations à mener la course vers l’exploration de l’univers.

« La mission d’exploration martienne a été un succès total », a déclaré Zhang Kejian, directeur de la China National Space Administration (CNSA), après avoir confirmé l’atterrissage réussi du vaisseau spatial.

Selon l’agence de presse chinoise Xinhua, le vaisseau spatial a atterri à la surface de Mars vers 7 h 18 à Pékin (23 h 18 GMT le vendredi 14 mai). Il était en orbite depuis février, après un voyage de six mois, avant de pénétrer dans l’atmosphère de la planète.

«Chaque étape n’avait qu’une seule chance et les actions étaient étroitement liées. S’il y avait eu un échec, l’atterrissage aurait échoué », a déclaré à Xinhua Geng Yan, un responsable de la CNSA, cité par AP.

En apprenant la nouvelle, le président chinois Xi Jinping a envoyé une lettre au groupe de travail de la mission pour lui adresser ses félicitations. «C’est une étape importante dans le voyage d’exploration interplanétaire de notre pays, réalisant le saut de la Terre-Lune au système planétaire et laissant la marque des Chinois sur Mars pour« la première fois »(…) La patrie et les gens se souviendront toujours ses exploits remarquables! », lit-on dans la lettre selon l’agence de presse AP.

De même, des membres de la communauté scientifique internationale ont également exprimé leur gratitude à l’équipe chinoise. L’un d’eux était Thomas Zurbuchen, directeur associé de la NASA, qui a montré l’attente de la mission à travers un message publié sur le réseau social Twitter.

« Avec la communauté scientifique mondiale, j’attends avec impatience les contributions importantes que cette mission apportera à la compréhension de l’humanité de la planète rouge. »


De plus, dans le réseau chinois Weibo, le débarquement du navire a fait l’objet d’une plus grande tendance. Les gens en ont exprimé à la fois enthousiasme et fierté.

90 jours pour enquêter sur une partie de la planète Mars

Après avoir atterri avec succès à la surface de la planète, les plans se concentrent sur le rover «  Zhurong  » (ou véhicule d’exploration spatiale), nommé d’après un dieu du feu dans la mythologie chinoise, pour rester à l’intérieur de la sonde pendant quelques jours. explorez la région de Mars connue sous le nom d’Utopia Planitia, où le module de mission Viking 2 de la NASA a atterri en 1976 et serait de la glace sous sa surface.

Pour mener à bien sa mission, le rover chinois est équipé de six roues et de panneaux solaires qui le font ressembler à un papillon bleu. De plus, cette équipe a une taille de 1,85 mètre de hauteur et un poids de 240 kilogrammes.

Une maquette du rover `` Tianwen-1 Mars '' est exposée lors d'une exposition au Musée national de Chine à Pékin le 4 mars 2021.
Une maquette du rover «  Tianwen-1 Mars  » est exposée lors d’une exposition au Musée national de Chine à Pékin le 4 mars 2021. © Wang Zhao / AFP

Cette équipe devrait effectuer ses travaux pendant 90 jours martiens, soit l’équivalent de 93 jours terrestres.

2021, une année de progrès dans la course pour en savoir plus sur Mars

Pour la première fois de l’histoire, trois missions de pays différents parviennent à atteindre la planète rouge. Cette situation survient après avoir profité de la fenêtre laissée par l’approche entre Mars et la Terre, un fait qui se produit tous les deux ans.

En plus de «Tianwen-1», il a fait atterrir avec succès en février le véhicule américain Perseverance et l’orbiteur «Hope», mis au point par les Émirats arabes unis et qui fonctionne comme un satellite scientifique pour étudier l’atmosphère et la météorologie martiennes.

De son côté, la NASA a mené un programme plus ambitieux et a lancé, en plus du rover «Perseverance», l’hélicoptère «Ingenuity» qui a effectué ses premiers vols dans la légère atmosphère martienne.

La Chine a exécuté son programme spatial avec plus de prudence que ses homologues des États-Unis et de l’ex-Union soviétique. En 2011, la Chine et la Russie ont lancé une mission conjointe mais les Asiatiques ont décidé de continuer seuls après l’échec de l’initiative.

En avril, la Chine a lancé avec succès le premier module de ce qui sera sa future station spatiale, la première des 11 missions prévues pour construire et approvisionner la station qu’elle espère envoyer à ses premiers membres d’équipage d’ici la fin de 2022.

En revanche, et selon l’agence de presse AP, les autorités du géant asiatique ont exprimé leur volonté d’emmener des gens sur la Lune et d’y construire une base scientifique, bien qu’aucun calendrier de développement de ces projets n’ait été publié.

Avec EFE, Reuters et AP