Economie

L’inflation, l’un des effets temporaires de la pandémie qui menace de perdurer

Le prix des produits de base a grimpé en flèche dans plusieurs pays du continent américain à la suite de la pandémie, en raison du manque de disponibilité de certains biens et services.

L’inflation mesure la vitesse à laquelle les prix des biens et services augmentent au fil du temps. Et pendant la pandémie, ce phénomène a explosé avec une plus grande agilité.

La plupart des usines ont fermé leurs portes lorsque les fermetures ont commencé et, par conséquent, il y a eu une perturbation des chaînes d’approvisionnement.

Désormais, les autorités sont confrontées à un dilemme : s’il faut stimuler l’économie avec des taux d’intérêt bas pour que la consommation augmente ou réduire ces stimuli pour que l’inflation ne monte pas en flèche.

Aux États-Unis, les prix à la consommation étaient 5,4 % plus élevés en juillet qu’il y a un an. L’une des raisons invoquées par les économistes est que les incitations aux ménages fournies par le gouvernement ont alimenté la demande de biens et de services (et les prix).

Dans le groupe de biens qui ont fait grimper leur prix, on trouve, entre autres, les locations de voitures, l’essence et les voitures d’occasion. Ce dernier en raison de la pénurie de puces qui a entravé la fabrication des voitures et a conduit les consommateurs à se décider pour les voitures d’occasion.

France 24
France 24 ©France24

De même, il y a des biens et des services qui ont chuté dans ce pays. Par exemple, les vêtements pour hommes et femmes, ainsi que les billets d’avion, en raison des restrictions de voyage.

Par exemple, une voiture d’occasion qui coûtait 10 000 $ en février de l’année dernière, vaut aujourd’hui 14 580 $, tandis qu’un billet d’avion de 400 $ avant la pandémie peut coûter environ 368 $.

France 24
France 24 ©France24

Une inflation élevée soutenue peut être préjudiciable à l’économie car les salaires ne suivent souvent pas le même taux d’augmentation. Et cela signifie perdre du pouvoir d’achat, une situation qui est évidente en Amérique latine, bien que dans certains pays plus que dans d’autres.

Le Venezuela enregistre une augmentation d’une année sur l’autre à partir d’août 2021 de plus de 1 700 % de variation, selon l’Observatoire vénézuélien des finances. L’Argentine cumule une augmentation de plus de 50 %, tandis que le Brésil a le record le plus élevé depuis février 2016.

Au Mexique, au Chili, au Honduras et en Colombie, les prix n’ont pas augmenté autant que dans d’autres pays, mais ils sont loin des prévisions des banques centrales.

Avec Reuters