Economie

Le Pérou établira des plafonds de taux d’intérêt pour les prêts aux citoyens et aux micro-entreprises

Le Congrès péruvien a ratifié, avec insistance, sa décision de plafonner les taux d’intérêt pratiqués par les institutions financières du pays, dans le cadre d’une loi controversée qu’il a qualifiée de «contre l’usure financière».

Le Pérou est l’un des rares pays d’Amérique latine où les taux d’intérêt des prêts à la consommation ne sont pas réglementés et sont régis par la concurrence entre les institutions financières. Mais cela va changer à court terme.

Le Congrès de ce pays a approuvé une initiative qui consiste à mettre en œuvre un système qui impose des taux d’intérêt maximum et minimum pour les opérations de prêt bancaire, dans des cas tels que les prêts personnels, les cartes de crédit et pour les petites entreprises.

Le projet a passé l’examen législatif depuis décembre 2020. Cependant, il n’a pas été sanctionné par le nouveau président de l’époque, Francisco Sagasti, qui s’est opposé et l’a renvoyé au législatif.

Mais son rejet n’a pas empêché l’approbation finale de la loi. Le Congrès péruvien dispose d’un outil frappant: «l’approbation par l’insistance» qui, au fond, lui permet d’exécuter ses projets de loi avec ou sans la bénédiction présidentielle.

Cependant, «le président a une arme secrète. S’il est vrai qu’il ne peut rien faire car désormais c’est loi sur l’insistance du Congrès, il peut saisir la Cour constitutionnelle car il considère que cette loi va à l’encontre de la Constitution », a déclaré l’analyste Jorge González Izquierdo, en dialogue avec France 24 .

Le projet nécessite une réglementation, qui « peut prendre entre trois et six mois, et pendant ce temps, le gouvernement peut faire appel devant la Cour constitutionnelle ». Mais pourquoi le gouvernement s’y oppose-t-il?

Taux d’usure vs. concurrence libre

Le Pérou est l’un des rares pays à ne pas encore appliquer cette norme. Dans la région, il est déjà appliqué dans des pays tels que l’Argentine, le Chili, la Colombie, le Nicaragua, l’Équateur, le Paraguay, l’Uruguay et le Venezuela. Mais le gouvernement de Francisco Sagasti et certains économistes affirment que le programme n’a jamais fonctionné dans le monde et ne profite qu’à ceux qui prêtent de l’argent.

Le ministère de l’Économie souligne que la proposition peut nuire à la stabilité du système financier et à la protection de l’épargne, en plus de provoquer un « impact économique grave » et une exclusion financière, principalement des petits consommateurs et des entrepreneurs.

Le portefeuille des finances publiques soutient qu’un système de libre concurrence entre institutions financières est plus efficace qu’un système réglementé dans lequel des plafonds sont imposés.

Si la loi entre en vigueur telle qu’elle est proposée, la Banque centrale de réserve du Pérou (BCRP) sera tenue de fixer tous les six mois le taux maximum que les entités financières peuvent facturer à leurs utilisateurs en prêts à la consommation et en investissement gratuit.

Il prévoit également que, si le débiteur bancaire est en défaut, il n’aura à payer que les intérêts de ce concept et non d’autres commissions ou dépenses supplémentaires telles que la capitalisation.

Il établit également que la Surintendance des banques et des assurances (SBS) doit sanctionner si des clauses « abusives » sont identifiées dans les taux d’intérêt ou les commissions ou dépenses dans les banques, et élimine les autres frais qui sont facturés au Pérou tels que l’adhésion ou l’affiliation, sauf accord entre les parties et la commission de retrait à un guichet automatique, à des guichets ou à d’autres agents dans un endroit autre que celui où le compte a été ouvert.

Avec l’EFE et les médias locaux

gestioninclusive@gmail.com