Ecologie

Espèces envahissantes: exotiques à regarder, mais dangereuses pour la biodiversité

L’introduction d’espèces envahissantes dans un écosystème est l’un des principaux facteurs directs de perte de biodiversité à l’échelle mondiale. Une perte que mène l’Amérique latine: selon le rapport Planète vivante du WWF, c’est la région avec la plus forte perte de mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens, de reptiles et de poissons entre 1970 et 2016.

Les espèces étrangères introduites artificiellement, accidentellement ou intentionnellement et qui, après un certain temps, parviennent à s’adapter à l’environnement et à le coloniser sont considérées comme envahissantes (WWF). Le problème est si grave que l’un des 20 objectifs d’Aichi pour la biodiversité – objectifs qui ont été convenus en 2010 à atteindre avant la fin de 2020 – est l’identification, la classification, le contrôle ou l’éradication et la prévention de l’introduction d’espèces envahissantes.

En ce qui concerne cet objectif, de nombreux progrès ont été réalisés au cours des 10 dernières années dans l’identification des espèces envahissantes et leur classification en fonction du risque qu’elles présentent, mais aucune mesure décisive n’a été prise pour parvenir à leur éradication, situation qui n’a été que obtenu sur certaines îles. Il n’a pas non plus été possible de ralentir l’introduction d’espèces envahissantes. En fait, sur les 20 objectifs d’Aichi pour la biodiversité, seuls quelques-uns ont été atteints, et seulement partiellement.

Sur les 20 objectifs d'Aichi, aucun n'a été entièrement réalisé
Sur les 20 objectifs d’Aichi, aucun n’a été entièrement réalisé © France 24

Des rues des capitales européennes, comme à Rome, où notre correspondante Natalia Mendoza s’est entretenue avec des scientifiques sur l’invasion des perruches moines d’Amérique latine, à la Patagonie chilienne, où les castors tuent la forêt indigène, le défi de l’espèce Invaders continue.

L’introduction d’espèces peut être naturelle ou humaine, accidentelle ou volontaire. Ce fut le cas au Chili en 1946, lorsque l’armée argentine a amené 10 paires de castors d’Amérique du Nord en Terre de Feu, voulant commercialiser la peau de l’animal. L’entreprise a échoué et les animaux ont été laissés libres et ils ont été reproduits et développés dans toute la région jusqu’à atteindre une population actuelle estimée à plus de 100 000 spécimens.

Les castors, une espèce originaire d'Amérique du Nord, menacent les forêts indigènes de la Patagonie chilienne
Les castors, une espèce originaire d’Amérique du Nord, menacent les forêts indigènes de la Patagonie chilienne AFP – PABLO COZZAGLIO

Les experts assurent que la forêt de Patagonie n’a aucun moyen de se défendre contre le castor qui, avec ses barrages, inonde des zones entières et tue des arbres indigènes, qui ne sont pas préparés à l’excès d’eau. Selon Miguel Gallardo, voyagiste, « le castor cause indirectement la mort d’oiseaux indigènes et, en même temps, directement des forêts et des espèces végétales indigènes ».

Les autorités chiliennes estiment que depuis leur introduction, les castors ont dévasté plus de 23 000 hectares de forêts indigènes, avec des pertes économiques estimées à 62,7 millions de dollars en raison de la destruction du bois. Pour cette raison, au Chili, ils essaient d’éradiquer la population de castors avec des pièges ou de les chasser avec un fusil. Une chasse qui, selon les mots de Charif Tala, du département de conservation du ministère chilien de l’Environnement, « n’a rien à voir avec une lutte contre le castor, mais plutôt avec ce besoin que nous avons de protéger le patrimoine naturel. de notre pays. « 

Dans d’autres parties du monde, ils ont trouvé un moyen de lutter contre les espèces envahissantes qui remplit deux fonctions: contrôler ces populations d’animaux étrangers et éveiller la créativité gastronomique des chefs et des convives. Dans le sud des États-Unis, vous pouvez commander un plat avec du pesto de kudzu, une plante grimpante du Japon, ou du poisson-lion frit, une espèce originaire de l’océan Indien qui cause de graves dommages aux récifs coralliens du golfe du Mexique et des Caraïbes d’Amérique latine.

Il existe de nombreuses façons de contribuer à la solution, mais le plus important est d’éviter d’être porteur d’espèces envahissantes: nous plantons des espèces indigènes dans nos jardins ou nos maisons, nous ne déplaçons pas d’animaux, de fruits ou de plantes d’un endroit à un autre et, si nous partons en camping, nous utilisons toujours des bois locaux pour créer des feux de joie.