Première modification:

Une organisation de conservation a développé de faux œufs de tortues, imprimés avec la technologie 3D, dans lesquels ils insèrent un capteur GPS pour pouvoir suivre les trafiquants illégaux, une pratique très courante en Amérique centrale. De plus, nous passons en revue d'autres actualités environnementales de la semaine.

C'est une initiative qui pourrait être révolutionnaire dans la lutte contre le trafic illégal d'espèces qui, dans ce cas, se concentre sur le trafic d'œufs de tortues.

L'organisation de conservation Paso Pacífico, qui se consacre à la protection des espèces et des écosystèmes du Pacifique d'Amérique centrale, a développé des œufs de tortues avec la technologie d'impression 3D dans laquelle ils insèrent des capteurs GPS qu'ils utilisent comme leurre pour suivre d'éventuels trafiquants illégaux. Les faux œufs, imprimés de manière aussi réaliste que possible, sont placés dans les nids où les tortues se reproduisent.

Selon Helen Pheasey, biologiste de la conservation à l'Université du Kent, «Les tortues vertes pondent généralement environ 120 œufs (et) ce que nous faisons est de placer un œuf leurre au centre afin qu'il soit aussi caché que possible. œufs, parfois ils en laissent au fond s’ils sont pressés. »

Dans ce test initial, ils ont placé de faux œufs dans 101 nids de tortues au Costa Rica et un quart des leurres ont été retirés illégalement des nids. Les résultats ont montré que les œufs imprimés n'interfèrent pas avec l'incubation des embryons et que les leurres fonctionnent bien pour traquer le trafic illégal, qui a tendance à rester sur le marché local.

Comme il s'agissait d'une expérience, aucune arrestation n'a été effectuée, mais l'organisation voulait montrer que la technologie fonctionne et qu'elle peut être un outil très utile pour identifier les trafiquants, non seulement chez les tortues mais aussi chez d'autres espèces animales et végétales.

Le satellite Sentinel-6 effectuera les mesures les plus précises du niveau de la mer

L'Agence spatiale européenne (ESA), en collaboration avec la NASA et le Bureau américain de l'administration océanique et atmosphérique (NOAA), lancera en novembre un satellite qui surveillera la Terre et mesurera les variations du niveau de la mer. Le satellite, appelé Sentinel-6, obtiendra les mesures les plus précises disponibles à ce jour de la montée des eaux, ce qui aidera les scientifiques à étudier comment le changement climatique et le réchauffement climatique affectent nos océans.

L'élévation du niveau de la mer, dont le principal moteur est l'activité humaine, a des effets graves à la fois sur les écosystèmes et sur les populations côtières: elle provoque l'érosion des côtes et avec elle des inondations qui pourraient entraîner le déplacement de millions de personnes.

Sentinel-6 passera cinq ans et demi à prendre des mesures et sera sondé en 2025 par un autre satellite identique qui continuera à collecter des informations depuis l'espace pendant encore cinq ans.

La France limite encore l'utilisation du glyphosate dans l'agriculture

La France a franchi une nouvelle étape vers son plan d'interdiction totale du glyphosate que le président Emmanuel Macron avait promis d'ici 2021. Cet herbicide a été impliqué dans des poursuites pour avoir prétendument eu des effets néfastes sur la santé des personnes et, selon l'Organisation mondiale du La santé, peut conduire au cancer.

Ce produit chimique ne sera légal dans le pays que tant qu'il n'y aura pas d'autre alternative non chimique au produit disponible à court terme.

Selon l'Agence nationale pour la sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), le glyphosate ne peut être utilisé que lorsque le terrain ou le type de culture ne permet pas d'éliminer mécaniquement les mauvaises herbes.

L'utilisation de l'herbicide peut se poursuivre dans d'autres industries non agricoles telles que, par exemple, l'entretien des voies ferrées, des autoroutes ou des aéroports, jusqu'à ce qu'une alternative non chimique soit trouvée qui n'altère pas la sécurité des utilisateurs de ces services, qui représentent moins de 1, 5% de l'utilisation totale de glyphosate en France.

L'UE n'atteindra pas ses objectifs de recyclage des emballages plastiques

Un audit a alerté l'Union européenne (UE) qu'elle n'atteindra sûrement pas ses objectifs de recyclage des emballages plastiques, qui représentaient en 2018 près de 40% des plus de 29 millions de tonnes d'éléments de ce matériau que les habitants du bloc ont jetés. communauté cette année-là.

L'UE s'était engagée à recycler 50% de ces emballages en plastique d'ici 2025, mais actuellement la plupart d'entre eux sont incinérés et on estime que seulement 32% sont recyclés. Un problème qui pourrait désormais être exacerbé par la quantité exorbitante de déchets plastiques tels que gants ou masques à usage unique que la pandémie Covid-19 a engendrés.

L'un des plus grands obstacles au recyclage dans l'Union européenne est le manque d'installations dans la région, car actuellement un cinquième des emballages en plastique est envoyé dans d'autres pays pour être recyclé. Cependant, depuis que la Chine a annoncé qu'à partir de 2018, elle ne recevrait plus de produits d'Europe ou d'autres pays occidentaux, le bloc a vu son fonctionnement entravé et des plastiques de moindre qualité, dont le recyclage n'est pas aussi rentable, s'accumuler dans les centres. stocker.

Pour tenter de minimiser l'impact des plastiques, la Commission européenne proposera de nouvelles lois en 2021 afin que tous les emballages soient recyclables ou réutilisables d'ici 2030.