Ecologie

La vague de chaleur en Europe augmente la pollution à l’ozone

Le vieux continent traverse l’un des climats extrêmes les plus chauds qu’il ait subis au cours du siècle dernier, qui a déclenché des centaines d’incendies de forêt et des records de température dans des pays comme le Royaume-Uni. Cependant, il existe un autre effet dont on parle peu : les gaz d’ozone, qui sont piégés près de la surface de la terre.

Des trottoirs qui fondent et des gens qui nagent dans l’eau, désespérés par les températures élevées. Ce sont quelques-unes des images que nous laisse la canicule qui traverse l’Europe et qui est la deuxième qu’elle subit en moins d’un mois. En fait, en juin de cette année, la deuxième température moyenne mensuelle la plus élevée de l’histoire du vieux continent a été enregistrée, alors qu’il s’agissait du troisième mois de juin le plus chaud au monde, selon l’Organisation météorologique mondiale.

Cette vague de chaleur ne touche pas seulement l’Europe. Des températures supérieures à la moyenne ont également été enregistrées en Afrique du Nord, en Amérique du Nord, au Moyen-Orient et dans une grande partie de l’Asie. Cependant, dans les pays européens, il a atteint des niveaux record. Par exemple, le Royaume-Uni a dépassé 40º Celsius pour la première fois de l’histoire, pour laquelle les autorités ont émis la première alerte rouge pour des raisons climatiques. Jusqu’à présent, la température la plus élevée sur le sol britannique avait été de 38,7 °C, enregistrée en juillet 2019.

La situation est encore plus critique dans la péninsule ibérique. Certains endroits en Espagne et au Portugal ont dépassé les 46º Celsius. Dans ce dernier pays, entre le 7 et le 18 juillet, 1 063 personnes sont décédées au-dessus de la moyenne, des personnes que la Direction générale de la santé portugaise affirme être décédées des suites de la canicule.

Si la température de l’air est élevée, la température du sol l’est encore plus. Copernic, qui est le programme d’observation de la Terre de l’Union européenne, a signalé près de 60 °C sur le sol espagnol et près de 50 °C dans certaines parties de la France, ce qui explique pourquoi certaines chaussées fondent. Cela s’est produit, par exemple, à l’aéroport de Luton à Londres, qui a suspendu les vols pendant quelques heures le 18 juillet car une partie du tarmac de la piste s’est déformée en raison des températures élevées.

Il faut se rappeler qu’il est normal qu’il y ait des vagues de chaleur extrêmes, car cela fait partie des schémas climatiques de la planète. Le problème est que maintenant ils sont plus fréquents, durent plus longtemps et sont plus intenses. Le coupable est en grande partie le réchauffement climatique.


C'est ainsi que les températures ont changé en Europe, selon la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.
C’est ainsi que les températures ont changé en Europe, selon la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. ©France 24

Selon les données de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, l’Europe connaît depuis quelques années les températures les plus élevées du siècle dernier. Tandis que Copernic souligne que cette année a été le deuxième mois de juin le plus chaud d’Europe, avec 0,32 ºC au-dessus de la moyenne entre 1991 et 2020.

Incendies et pollution à l’ozone, les conséquences de la canicule en Europe

Les températures élevées contribuent à des temps incroyablement secs. Par exemple, la péninsule ibérique traverse les conditions les plus sèches qu’elle ait connues depuis mille ans. Et le résultat final est des centaines d’incendies dans le sud-ouest de l’Europe, au point que l’Espagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie sont catalogués au plus haut niveau de danger d’incendie à l’échelle de Copernic. En fait, en seulement 10 jours, plus de 40 000 hectares de territoire espagnol, français et portugais ont été incendiés. Et au 20 juillet, l’Espagne dépassait les 190 000 hectares brûlés tout au long de l’année.

Ainsi, les températures extrêmes, ajoutées aux incendies, polluent l’air. L’Organisation météorologique mondiale explique que la vague de chaleur fonctionne comme un couvercle qui emprisonne les polluants dans l’atmosphère et, en fait, le service de surveillance de l’atmosphère Copernicus a déjà signalé que la pollution à l’ozone dans le sud-ouest de l’Europe a atteint des niveaux nocifs.

Le problème est que, bien que lorsque l’ozone est dans la stratosphère, il nous protège des rayons ultraviolets du soleil ; lorsqu’il est plus proche de la Terre, il contribue à la pollution de l’air. Selon les scientifiques, cela peut affecter la santé humaine, l’agriculture et même les écosystèmes.


L'Espagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie ont été confrontés à la pire échelle de risque d'incendie de forêt, selon Copernicus.
L’Espagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie ont été confrontés à la pire échelle de risque d’incendie de forêt, selon Copernicus. ©France 24

De cette manière, le cycle de la crise climatique s’aggrave. Le réchauffement climatique rend les vagues de chaleur plus fortes et plus fréquentes ; et ces mêmes vagues de chaleur produisent une pollution qui aggrave les conditions de la planète. En raison de ce panorama, l’Organisation météorologique mondiale prévient que les températures élevées seront de plus en plus courantes jusqu’en 2060 au moins.