Première modification: Dernière modification:

Mexico, la capitale du pays, est l'une des villes les plus polluées au monde et sa mauvaise qualité de l'air affecte ses 23 millions d'habitants. Bien que certains indicateurs se soient améliorés grâce aux mesures de confinement pour traiter le Covid-19, la présence de gaz à effet de serre est restée élevée.

Depuis le 30 mars, Mexico est entrée dans une phase de confinement pour contenir la propagation de Covid-19. Cette mesure a entraîné une réduction drastique du trafic et le fonctionnement de certaines industries, ce qui s'est traduit par une baisse des niveaux de CO2, un soulagement pour l'une des villes avec la pire qualité de l'air au monde.

Cependant, cela n'a pas signifié une amélioration substantielle pour les niveaux élevés de contamination environnementale dans la capitale mexicaine. Les émissions de gaz à effet de serre, comme le dioxyde de carbone ou le dioxyde d'azote, sont restées élevées.

Sergio Zirath, directeur du Center for Atmospheric Control in Mexico, a déclaré à France 24 que, même avec des restrictions dues au coronavirus, Mexico dépassait "près de huit fois la norme de qualité de l'air" par rapport aux particules fines PM 2,5 .

Lorsque ces records sont élevés, les particules en suspension réduisent la visibilité et provoquent un "nuage" polluant. Cela provoque des difficultés respiratoires, auxquelles les populations plus âgées ou celles souffrant de maladies préexistantes sont plus vulnérables.

Dans ce contexte, la contamination n'aide pas dans la lutte contre le coronavirus. "Les maladies liées à la pollution sont principalement les maladies pulmonaires obstructives chroniques, l'asthme et le cancer du poumon. Les patients atteints de ces maladies, qui se rendent également à l'hôpital infecté par Covid-19, ont un risque plus élevé de complications et de décès ", a expliqué le pneumologue Luis Septién à France 24.

Avril et mai, les mois les plus critiques pour la pollution à Mexico

L'avancée du coronavirus coïncide avec les moments les plus compliqués de contamination à Mexico. Au cours des mois d'avril et de mai, des températures très élevées et peu ou pas de pluie se combinent, ce qui détériore la qualité de l'air.

À cette même époque en 2019, la capitale mexicaine a enregistré les pires niveaux de pollution en 25 ans, ce qui a contraint le gouvernement à fermer des écoles et à restreindre la circulation. En 2020, selon Zirath, la concentration dite "d'ozone" de ces mois a enregistré les pics les plus bas des dix dernières années.

Pourtant, les 23 millions de personnes vivant à Mexico souffrent de niveaux élevés de pollution, en raison de la combinaison de la dépression atmosphérique et de l'arrivée des vents du nord de la capitale mexicaine, apportant avec eux de grandes quantités de dioxyde de carbone. soufre. Il arrive qu'une centrale thermoélectrique et une raffinerie de pétrole opèrent dans ce quartier de la ville, classé parmi les cinq plus polluants au monde par la NASA.

Au-delà de la crise sanitaire provoquée par Covid-19, pour les médecins mexicains, l'alerte sanitaire pour différentes maladies est une constante depuis des années. Dans le pays, la pollution cause la mort d'environ 9 000 personnes par an.