Economie

Différend commercial: le Royaume-Uni envisage d’imposer des droits de douane sur le vin, le chocolat et les homards américains.

Le gouvernement britannique cherche à rééquilibrer la liste des produits soumis à tarifs douaniers aux États-Unis, dans le cadre du conflit commercial en cours entre la Maison Blanche et l’Union européenne datant de 2018.

L’administration de l’ancien président américain Donald Trump a imposé des droits de douane de 25% et 10%, respectivement, sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance d’Europe et d’autres pays en 2018, invoquant des problèmes de sécurité nationale.

L’ex-président alléguait à l’époque que les importations excédentaires de ces matières premières affectaient ses producteurs locaux. En représailles, l’Union européenne a fait de même pour des produits tels que les motos, le whisky et le tabac.

Le Royaume-Uni, qui a cessé de faire partie du bloc communautaire depuis le 31 décembre 2020, a hérité des tensions commerciales et fait désormais face à Washington en son nom propre.

Avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, les deux gouvernements ont tenté de régler le problème. Cependant, le vin, le chocolat et les homards importés des États-Unis en Grande-Bretagne pourraient faire face à de nouveaux droits de douane.

Londres a publié pour commentaires une liste de produits avec lesquels elle souhaite «équilibrer» la balance tarifaire, bien qu’elle ne montre pas les tarifs proposés. Les entreprises et autres parties intéressées auront six semaines pour commenter.

« L’annonce d’aujourd’hui contribuera à garantir que ces mesures sont adaptées aux besoins de l’économie britannique et conçues pour défendre les industries à travers le pays, y compris les fabricants d’acier et d’aluminium », a déclaré le ministère du Commerce dans un communiqué.


Les données douanières montrent que le Royaume-Uni a importé 133 512 tonnes de vin des États-Unis l’année dernière, pour une valeur de 224 millions de livres (316,58 millions de dollars). La Grande-Bretagne importe actuellement plus de homards des États-Unis qu’elle n’en exporte. Les importations de chocolat, quant à elles, coûtent 31 millions de livres.

La ministre britannique du Commerce, Liz Truss, a déjà tenté d’utiliser l’indépendance de la Grande-Bretagne par rapport à la politique tarifaire commune de l’UE comme un outil à la fois diplomatique et économique.

Il a également déclaré son intention de réduire l’escalade du différend avec les États-Unis et de trouver une solution négociée qui élimine les droits de douane des deux côtés. Si elle réussit à court terme, la liste proposée ne sera probablement jamais mise en œuvre.

Avec Reuters