Economie

Les distributeurs de gaz propane au Mexique se mettent en grève contre le contrôle des prix

Le dimanche 1er août 2021, le gouvernement mexicain a imposé un contrôle des prix du carburant. La mesure avait déjà été critiquée par le régulateur antitrust, qui a assuré que cela pourrait avoir des conséquences telles que des pénuries.

Le Syndicat national mexicain du gaz s’est mis en grève illimitée ce mardi 3 août, en réaction à la réglementation des prix maximaux des carburants annoncée par le président Andrés Manuel López Obrador, il y a tout juste deux jours.

Lundi, le régime de régulation des prix de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) est entré en vigueur, stipulant qu’à Mexico, aucun utilisateur ne devrait payer plus de 11,52 pesos (0,58 cents US) le litre pour les réservoirs fixes et 21,33 pesos (1,07 dollar ) par kilogramme, dans le cas des bouteilles métalliques.

Des camions de distribution indépendants ont bloqué mardi les entrées des sites de stockage à la périphérie de Mexico pour protester contre le plafonnement des prix qui, selon eux, affectera leurs bénéfices.

Les experts avaient déjà averti que les contrôles de prix annoncés entraîneraient probablement une pénurie du produit, car la plupart des distributeurs de gaz privés pourraient refuser de fonctionner avec des marges bénéficiaires négatives.

Le régulateur antitrust du pays avait également ouvertement critiqué mercredi 28 juillet le plan du président concernant le gaz utilisé par 70% des citoyens pour cuisiner et chauffer l’eau.

Alors que l’Association nationale du gaz a appelé à une grève nationale illimitée, l’Association mexicaine des distributeurs de gaz (Amexgas), qui regroupe de grandes entreprises, a déclaré qu’elle « prend ses distances par rapport aux actions des groupes indépendants qui travaillent à la commission, qui ne disposent pas de permis de distribution. et qu’ils bloquent les usines, nous empêchant de sortir et de travailler pour approvisionner les foyers et les entreprises qui ont besoin de gaz. »

L’association représente les propriétaires de parcs de stockage et certaines grandes chaînes de distribution qui possèdent des flottes de camions, tandis que les indépendants possèdent ou louent leurs propres camions, ou gèrent des opérations plus petites et plus anciennes qui livrent de petites bouteilles portables aux ménages.

Ce sur quoi le Syndicat national du gaz et Amexgas s’entendent, c’est la préoccupation concernant la mesure de contrôle des prix.

López Obrador a déclaré début juillet qu’il souhaitait créer une entreprise publique pour distribuer du gaz de cuisine après l’augmentation des prix du gaz propane l’année dernière. Le président soutient que les sociétés de distribution privées ont gonflé leurs marges bénéficiaires et assure qu’une société de transport d’État pourrait facturer des prix plus bas.

Avec EFE et AP