Première modification:

Les organisations sociales ont rejeté ce mardi 11 novembre l'arrivée en Argentine d'une nouvelle mission du Fonds monétaire international pour renégocier les termes d'une dette de 44 milliards de dollars.

Un nouveau programme, avec des facilités de paiement plus importantes, vise à définir le gouvernement argentin d'Alberto Fernández avec le Fonds monétaire international, pour honorer une dette de plus de 44 milliards de dollars.

Ce mardi, une mission de l'organisation multilatérale est arrivée à Buenos Aires pour négocier ce que signifiera une restructuration du prêt millionnaire accordé en 2018, lorsque Mauricio Macri était président.

Le prêt initial était de 57 milliards de dollars, le plus grand prêt de l'histoire de l'agence, mais seulement 80% ont été décaissés. Il représente également une bonne partie de la dette totale de l'Argentine.

France 24
France 24 © France 24

La mission dirigée par Julie Kozack et Luis Cubeddu restera un peu moins de deux semaines à Buenos Aires pour entamer des négociations formelles avec les autorités argentines, même si elle n'a pas été bien accueillie par un groupe de citoyens, qui ont protesté contre l'organisation.

Mais les citoyens mécontents ne sont pas les seuls à considérer le FMI avec méfiance. Les créanciers internationaux, touchés par une restructuration de la dette turbulente cette année, veulent que le nouveau programme fixe des conditions strictes.

Une économie dégradée en période de pandémie rend les négociations difficiles

Au début de cette année, le gouvernement argentin a réussi à renégocier – avec succès, mais avec beaucoup de difficultés – une dette avec des créanciers privés pour environ 66 milliards de dollars.

Cependant, sa capacité de négociation a été diminuée par les effets sur l'économie de la pandémie de Covid-19. En plus de traverser sa troisième année de récession, il maintient une inflation persistante, le produit d'un déficit budgétaire qui se traduit par une baisse des réserves, des pressions sur les taux de change et la pauvreté.

Ce qui est recherché, comme scénario de référence, c'est que le nouveau programme implique de recevoir des fonds de l'organisme lui-même pour faire face à toutes les échéances du prêt 2018, du capital et des intérêts. Les plus importants sont concentrés en 2022 et 2023, environ 20000 millions de dollars par an.

Le FMI appelle à un consensus politique pour soutenir le programme, de sorte que le ministère de l'Économie traduira la proposition en un projet de loi qui sera présenté au Congrès.

Avec Reuters et EFE