Première modification:

Le président français Emmanuel Macron a rendu hommage mercredi à l'écrivain Maurice Genevoix. Avec l'entrée de l'auteur au Panthéon, le président a remercié le courage du vétéran de la Première Guerre mondiale et son travail pour se souvenir, à travers les lettres, de ceux qui sont morts au combat.

Le corps de Maurice Genevoix (1890-1980) reposera au Panthéon avec d'autres grandes figures qui ont marqué l'histoire de France, comme Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Émile Zola, Jean Jaurès, Jean Monnet, Alexandre Dumas, entre autres personnalités de l’histoire de la nation européenne.

La cérémonie, qui s'est tenue ce mercredi à Paris, n'avait accueilli qu'une trentaine d'invités, dont des civils et des militaires, dont le président de la République, Emmanuel Macron, le Premier ministre, Jean Castex, le président du Sénat, Gérard Larcher, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand et l'ancien président François Hollande.

Dans son discours, Macron a évoqué la «bravoure française», reflétée, selon le président, à la fois dans la Révolution de 1789 et dans les soldats qui, comme Genevoix, ont participé à la Première Guerre mondiale (1914-1918), qu'il qualifie de les bâtisseurs de l'histoire européenne.

"(Maurice Genevoix) entre ici aujourd'hui, enfin (…) dans le Panthéon, le temple des héros de notre pays", a déclaré le chef de l'Etat lors de la cérémonie.

Après la projection d'une série d'images sur la façade du Panthéon, le cercueil de Genevoix a été porté par des membres de la Garde républicaine sous le regard de sa famille et de ses proches.

Photo de l'écrivain français Maurice Genevoix. Archiver
Photo de l'écrivain français Maurice Genevoix. Archiver © AFP

A l'entrée de l'écrivain au Panthéon, il y a l'arrivée de six sculptures du plasticien allemand Anselm Kiefer, inspirées du roman 'Ceux de 14', de Genevoix. De plus, l'inauguration s'est accompagnée de l'œuvre sonore du musicien Pascal Dusapin, dans laquelle il mêle un chœur à l'enregistrement de 15 000 noms de soldats morts pendant la Grande Guerre.

L'hommage à l'écrivain a coïncidé avec le 102e anniversaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale et le centenaire de l'enterrement du Soldat inconnu tué à la bataille de Verdun. La célébration a eu lieu sous l'Arc de Triomphe à Paris.

Les horreurs de la guerre, décrites dans l'oeuvre de Genevoix

En 1915, la guerre prend une main à Maurice Genevoix, mais lui laisse l'autre, avec laquelle il écrit l'un des chefs-d'œuvre de la littérature française: «  Ceux de 14 '', où il détaille minutieusement les tranchées auxquelles il a participé pendant la Première Guerre mondiale.

Les histoires qui y sont lues sont considérées par certains adeptes de Genevoix comme le désir de l'écrivain de témoigner de ce qui a été vécu en ces temps sombres, comme s'il s'agissait d'une catharsis basée sur l'écriture.

'Ceux de 14', publié en 1949, est une compilation d'autres ouvrages précédemment écrits par l'auteur: 'Sous Verdun' (1916), 'Nuits de guerre' (1917), 'Au seuil des guitounes' (1918), 'La boue '(1921) et' Les Eparges '(1923).

En 1925, l'auteur reçoit le Goncourt, le prix littéraire le plus prestigieux de langue française, pour son œuvre «Raboliot», une histoire qui exalte la vie d'un braconnier de la région de Sologne, située au centre du pays.

En 1946, il est élu à l'Académie française, l'une des plus anciennes institutions de France et en 1958, il en devient le secrétaire à perpétuité, mais l'auteur démissionne en 1973.

Avec l'AFP et les médias locaux