Economie

WhatsApp retarde les modifications de la politique de confidentialité après la dissolution des utilisateurs

Après une baisse des téléchargements de son application, et la croissance du nombre d’utilisateurs parmi ses principaux concurrents, la société de messagerie (appartenant à Facebook) a annoncé qu’elle reporterait le changement de ses politiques de confidentialité.

« Il y a eu beaucoup de désinformation qui a suscité des inquiétudes et nous voulons aider tout le monde à comprendre nos principes et nos faits », a déclaré la société dans un communiqué vendredi.

Le 4 janvier, le service de messagerie a annoncé qu’il établirait une mise à jour de ses conditions d’utilisation pour le 8 février. Une publicité qui a généré une gêne chez une grande partie de ses utilisateurs.

A cette occasion, l’agence de presse AFP, qui a cité un porte-parole Facebook, a annoncé que le service de messagerie établirait l’obligation, pour les utilisateurs hors de l’Union européenne, d’accepter que l’application partage des données avec sa société mère Facebook pour continuer à profiter du service gratuit.

Dans sa déclaration la plus récente, la société basée à Mountain View, en Californie, a nié avoir partagé des informations avec sa société mère.

«WhatsApp était basé sur une idée simple: ce que vous partagez avec vos amis et votre famille reste entre vous. Cela signifie que nous protégerons toujours vos conversations personnelles avec un cryptage de bout en bout, afin que ni WhatsApp ni Facebook ne puissent voir ces messages privés. C’est pourquoi nous ne conservons aucune trace de qui ils appellent ou envoient des SMS. Nous ne pouvons pas non plus voir leur emplacement partagé et nous ne partageons pas leurs contacts avec Facebook », lit une partie du communiqué publié le 15 janvier.

En revanche, le service de messagerie (lancé en 2009) a indiqué que, afin de donner plus de temps aux utilisateurs pour connaître les mises à jour, il retardera jusqu’au 15 mai l’application des modifications de sa politique de confidentialité.

«Nous repoussons maintenant la date à laquelle les gens seront invités à examiner et à accepter les conditions. Personne ne verra son compte suspendu ou supprimé le 8 février. Nous allons également faire beaucoup plus pour éliminer les fausses informations sur le fonctionnement de la confidentialité et de la sécurité sur WhatsApp. Ensuite, nous irons progressivement voir les gens pour revoir la politique à leur propre rythme avant que les nouvelles options de trading ne soient disponibles le 15 mai », a ajouté la société.

La croissance de la concurrence a alerté Whatsaap

Cependant, malgré ce que WhatsApp décrit comme de la désinformation, ses rivaux ont profité du moment pour attirer des milliers d’utilisateurs.

Telegram et Signal, les principales applications de messagerie concurrentes de WhatsApp, ont réussi à capturer une partie des téléchargements en raison du mécontentement des utilisateurs à l’égard des nouvelles politiques annoncées par le géant de la messagerie.

Dans le cas de Telegram, une plate-forme anglo-émiratie développée par les frères Nikolái et Pável Dúrov, a annoncé ces derniers jours avoir dépassé les 500 millions d’utilisateurs.

De son côté, Signal, grâce au nombre de téléchargements ces dernières semaines, s’est classé premier dans les magasins d’applications Google Play et Apple Store.

Avec l’AFP

gestioninclusive@gmail.com