Economie

les dix hommes les plus riches ont doublé leur fortune pendant la pandémie

Le texte le plus récent d’Oxfam souligne que toutes les 26 heures un nouveau milliardaire émerge dans le monde, alors que les dix hommes les plus riches du monde accumulent six fois plus de richesses que les 3 100 millions de personnes les plus pauvres.

Malgré le dur coup économique que la pandémie a porté à des millions de personnes, plus précisément à 99% de l’humanité, les dix hommes les plus riches de la planète ont « plus que » doublé leur fortune au cours de ces deux années. C’est ce qu’indique le dernier rapport de l’organisation internationale Oxfam.

La valeur nette de ces dix personnes est passée de « 700 milliards de dollars à 1,5 billion de dollars », ce qui signifie qu’elles ont gagné « 15 000 dollars par seconde » ou « 1,3 milliard de dollars par jour » pendant cette période.

La directrice de l’organisation, Gabriela Bucher, a expliqué que « si ces dix hommes perdaient demain 99,99% de leur richesse, ils seraient encore plus riches que 99% des habitants de la planète ».

Le texte intitulé « Les inégalités tuent » a été publié à l’occasion du Forum économique mondial, qui tient une réunion virtuelle du 17 au 21 janvier, avant le sommet qui pourrait se tenir en présentiel et est prévu en juillet prochain, si le monde situation le permet.

Les résultats montrent que depuis le début de la pandémie de Covid-19, fin 2020, les soi-disant «milliardaires» ont réalisé une augmentation de 5 milliards de dollars de leur fortune, la plus forte augmentation jamais enregistrée.

L’argent accumulé par les plus riches pourrait être utilisé pour « produire suffisamment de vaccins pour le monde, financer les services de santé universels et la protection sociale, financer des mesures d’adaptation au climat et réduire les violences basées sur le genre dans plus de 80 pays » et même ainsi, ces dix millionnaires  » auraient encore 8 milliards de dollars de plus qu’avant la pandémie. »

Bucher explique qu’au cours de cette période, les institutions bancaires ont injecté des billions de dollars sur les marchés financiers pour sauver l’économie, mais qu’une grande partie s’est retrouvée dans les poches des milliardaires, qui ont profité du boom des actions marchés.

La pandémie, facteur déterminant de la hausse des inégalités

Un exemple spécifique est la production et la distribution de vaccins. Avec ces médicaments, il était prévu de mettre fin à la pandémie, cependant, tant les plus riches que les sociétés pharmaceutiques ont contrôlé que l’approvisionnement de « milliards de personnes » est coupé, ce qui a conduit à une nette augmentation des inégalités. Le responsable assure qu’il s’agit d’une « situation scandaleuse, et que ses conséquences sont mortelles ».


Une fille afghane se frotte les mains après avoir transporté des pots d'eau dans son village de Balucha.  14 décembre 2021.
Une fille afghane se frotte les mains après avoir transporté des pots d’eau dans son village de Balucha. 14 décembre 2021. © Mstyslav Tchernov / AP

L’un des termes mis en évidence dans le texte est « la violence économique ». La situation mondiale a principalement touché les femmes, les filles, les personnes en situation d’exclusion et les membres des groupes racisés, générant une aggravation des violences de genre, tandis que les soins non rémunérés, qui incombent principalement aux femmes et aux filles, augmentent.

Avant la pandémie, on estimait que la réduction de l’écart entre les sexes pouvait être réalisée en 99 ans, maintenant, le chemin vers la parité pourrait prendre environ 135 ans. De plus, 252 hommes ont plus de richesses que le milliard de femmes et de filles qui vivent en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Au cours de la seule année 2020, les femmes ont perdu 800 milliards de dollars de revenus et il y a actuellement 13 millions de femmes en moins au travail par rapport aux chiffres de 2019.

Oxfam indique qu’au Brésil, selon l’OCDE, les personnes d’ascendance africaine sont 1,5 fois plus susceptibles de mourir du Covid-19 que la population blanche du pays ; À leur tour, aux États-Unis, 3,4 millions d’Afro-descendants ne seraient pas morts s’ils avaient la même espérance de vie que les Blancs du pays, une variable directement liée à « l’héritage historique du racisme et du colonialisme ».

« Les inégalités ont rendu la pandémie de coronavirus plus mortelle, plus durable et dommageable pour les moyens de subsistance. L’inégalité des revenus est plus importante que l’âge pour estimer si quelqu’un perdra la vie à cause du Covid-19 », indique le texte.

L’organisation souligne que les pays en développement ont dû réduire les dépenses sociales alors que les niveaux d’endettement augmentaient, ils devront donc maintenant adopter des mesures d’austérité, par conséquent, on estime que les inégalités entre les pays vont augmenter pour la première fois depuis une génération.

L’un des phénomènes mis en évidence par Oxfam est que les gouvernements des pays les plus riches refusent d’augmenter les impôts sur la fortune et continuent de privatiser les biens publics tels que la technologie nécessaire à la production de vaccins.

Le coût climatique élevé de la plupart des millionnaires

De même, un autre élément notable est que « les émissions de carbone des 1% les plus riches dépassent de plus du double celles de la moitié la plus pauvre de l’humanité », ce qui, sans aucun doute, a contribué à la crise climatique provoquant des incendies de forêt, des inondations, des tornades, les mauvaises récoltes et la famine, qui affectent presque entièrement les pauvres.

« Les émissions individuelles moyennes des 20 milliardaires les plus riches sont estimées à 8 000 fois plus élevées que celles de toute personne du milliard le plus pauvre. »

Les experts indiquent que 231 000 personnes pourraient perdre la vie dans les pays pauvres en raison de la crise climatique d’ici 2030 et 51 millions de personnes pourraient mourir dans la seconde moitié de ce siècle.

Pour cette raison, le texte affirme que les gouvernements riches sont responsables du financement « intégral » de l’adaptation climatique, tout en soutenant les mécanismes nécessaires pour atténuer les dommages qu’ils ont causés et créer un monde sans énergies fossiles.

Stratégies de lutte contre les inégalités

Oxfam affirme que les mouvements sociaux, l’action gouvernementale responsable, faire de l’égalité mondiale une priorité et rediriger la richesse pour sauver des vies et investir dans l’avenir sont des stratégies clés qui doivent être adoptées immédiatement.


Oxfam proteste contre l'inaction climatique des dirigeants mondiaux.  Cornouailles, Royaume-Uni.  12 juin 2021.
Oxfam proteste contre l’inaction climatique des dirigeants mondiaux. Cornouailles, Royaume-Uni. 12 juin 2021. © Jon Rowley / EFE

De même, il souligne qu’il est essentiel de poursuivre et d’intensifier les actions pour exiger le respect des droits de l’homme et des travailleurs au niveau mondial. Aussi, qu’une des clés d’un avenir moins inégal est l’élimination des lois sexistes, tout en promouvant la « participation des travailleurs à la prise de décision des entreprises ».

Avec EFE et Reuters