La domination slovène avec Roglic et Pogacar, la forte présence colombienne, les Français entre sourires et larmes. La première semaine du Tour de France a livré son lot d'émotions et d'enseignements. Si le Covid-19 n'a pas perturbé la course jusqu'à présent, la deuxième semaine qui s'ouvre à partir de mardi prochain promet de donner beaucoup de spectacle. Alors que le peloton se repose ce lundi, nous vous proposons le premier bilan du Tour 2020.

Le Tour est un long voyage de 3470 km et 21 étapes entre Nice et Paris. Chaque jour rapproche les coureurs qui cherchent à atteindre le but final, il laisse de côté ceux qui ne verront pas les Champs-Elysées au-dessus de leurs vélos et à tout moment cela peut détruire les rêves et les ambitions des autres.

Ce sont 176 cyclistes qui se sont lancés dans l'aventure à Nice le 29 août. 10 jours et 1 536,5 km plus tard, il en reste 166 en course. Entre eux, deux figures du peloton ont fait leurs valises: les Italiens Fabio Aru (UAE Team Emirates) et Giacomo Nizzolo (NTT Pro Cycling).

Primoz Roglic confirme son statut de favori

Parmi les 166 coureurs encore en lice, 10 se distinguent comme les grands protagonistes de la première semaine. Le premier d'entre eux est Primoz Roglic. Avant le début du Tour, le Slovène du Jumbo-Visma avait été qualifié de grand favori avec très peu de doutes sur son état. La seule question était de savoir s'il s'était remis de sa chute et de sa retraite du Critérium du Dauphiné à la mi-août.

Primoz Roglic, lors du franchissement de l'arrivée de la quatrième étape du Tour de France, le 1er septembre 2020
Primoz Roglic, lors du franchissement de l'arrivée de la quatrième étape du Tour de France, le 1er septembre 2020 Christophe Ena POOL / AFP

Roglic a dissipé les doutes en remportant la première étape de montagne à Orcières-Merlette lors de la quatrième journée de compétition. Il a également confirmé sa supériorité actuelle en prenant la tête du général sur l'étape 9.

Ce lundi, il se repose avec le maillot jaune et une avance confortable de 21 "sur Egan Bernal, qui le suit au classement général. La question est de savoir s'il pourra garder son maillot toute la deuxième semaine (et même à Paris). Ou plutôt, ¿¿ qui pourrait prendre les devants?

Bien que Roglic se soit avéré être le plus fort, cela ne signifie pas que le Tour a été défini à Laruns.

Pogacar, le jeune homme qui ne veut pas attendre de régner

Notre deuxième personnage de la semaine est également slovène: Tadej Pogacar, 21 ans, qui participe à son premier Tour de France, a montré tout son talent de manière spectaculaire.

Bien qu'ayant perdu 1'20 chez les fans de la fraction 7, il a rattrapé la moitié de son retard dans les deux étapes des Pyrénées, conclues par une victoire dimanche.

Bien qu'il occupe la neuvième place du classement général, à la veille de la deuxième semaine, il semble être le rival le plus sérieux de Roglic et Egan Bernal pour le meilleur maillot de la jeunesse.

Un quatuor de Colombiens dans le top 10

Difficile de distinguer un groupe de cyclistes dans un sport individuel, mais après une semaine, il faut mentionner quatre Colombiens. Après avoir marqué l'histoire l'année dernière avec le premier Tour de France remporté par un latino-américain, le cyclisme colombien continue d'écrire l'histoire en 2020.

Il n'y a jamais eu quatre Colombiens dans le Top 10 du Tour de France. Au premier jour de repos, Egan Bernal (deuxième à 21 "), Nairo Quintana (cinquième à 32"), Rigoberto Urán (sixième à 32 ") et Miguel Angel López (neuvième à 1'15) semblent capables de continuer indemnes jusqu'à Paris.

Après neuf étapes, Egan Bernal est deuxième du classement général et meilleur jeune.
Après neuf étapes, Egan Bernal est deuxième du classement général et meilleur jeune. PISCINE Marco Bertorello / AFP

Pouvez-vous rêver de gravir quelques marches au classement général? Pour y parvenir, ils doivent d'abord éviter les pièges du Tour (chutes, crevaisons, éventails), comme ils l'ont fait lors de cette première semaine.

Deuxièmement, ils doivent trouver un moyen de distancer leurs deux rivaux slovènes, rattraper le temps perdu sur Roglic et empêcher Pogacar de les dépasser.

Les étapes de montagne du vendredi 11 septembre et du dimanche 13, avec des arrivées en hauteur, seront l'occasion de réduire le temps sur Roglic (ou l'occasion pour Roglic de renforcer son leadership?).

Les Français, entre joie et larmes

La première semaine du Tour a été pleine de contrastes pour les Gaulois. D'un côté, le bilan est très positif: Julian Alaphilippe et Nans Peters ont offert à la France deux victoires d'étape, trois jours sous maillot jaune, et Benoît Cosnefroy revêtu du maillot de leader de la montagne dès la deuxième étape.

Après neuf étapes, Guillaume Martin (Cofidis) et Romain Bardet (AG2R-La Mondiale) occupent les troisième et quatrième places du classement général et conservent leurs chances de monter sur le podium à Paris.

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) a subi un grave accident lors de la première étape du Tour à Nice. La douleur de cet accident l'a empêché de suivre le meilleur de la montagne.
Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) a subi un grave accident lors de la première étape du Tour à Nice. La douleur de cet accident l'a empêché de suivre le meilleur de la montagne. Anne-Christine POUJOULAT AFP

En revanche, la France a très probablement abandonné son rêve de voir un Français gagner le Tour après la carence de Thibaut Pinot dans les Pyrénées. Le coureur Groupama-FDJ tombé lors de la première étape à Nice a souffert de maux de dos toute la semaine et n'a pas su suivre ses rivaux sur les montées difficiles des Pyrénées. Au classement général, Pinot est classé 30e, à plus de 28 minutes de Roglic. La question principale est de savoir s'il pourra se rendre à Paris.

L'autre déception française de la semaine est la perte du maillot Jaune de Julian Alaphilippe après une erreur absurde lors de l'étape 4 (réception d'un jerrycan d'eau à moins de 20 km de l'arrivée). La pénalité de 20 secondes a pris les devants. Sans cela, il aurait probablement conservé son maillot jusqu'à l'étape 9. Mais aucune autre contestation de la bataille générale ne laisse Alaphilippe libre de chercher des victoires d'étape. On devrait voir les Français en tête jeudi prochain (étape 12) et samedi (étape 14).

Les perdants sont magnifiques aussi

Le cyclisme est un sport trop difficile pour distinguer les vainqueurs. C'est le cas de deux coureurs qui n'ont pas gagné cette semaine mais qui ont montré leur force et méritent d'être mentionnés.

Le premier est le dernier. Pavel Sivakov, pilote franco-russe du Team Ineos Grenadiers, occupe la dernière place du général dès la première étape. Victime de deux chutes le premier jour, a souffert toute la semaine mais n'a pas voulu partir. Bien qu'il soit à plus de deux heures et 39 minutes de Roglic, ce prometteur de 23 ans veut terminer son premier Tour de France et aider Egan Bernal sur les prochaines étapes de montagne. Il montre une résistance physique et mentale à la douleur qui ne manque pas d'impressionner.

Marc Hirschi (à gauche) se penche devant Julian Alaphilippe (dra) à l'arrivée de la deuxième étape du Tour de France à Nice, le 30 août 2020.
Marc Hirschi (à gauche) se penche devant Julian Alaphilippe (dra) à l'arrivée de la deuxième étape du Tour de France à Nice, le 30 août 2020. PISCINE Sébastien Nogier / AFP

L'autre perdant de la semaine qui mérite un grand respect est le Suisse Martin Hirschi (Sunweb). A deux reprises, il était sur le point de remporter une victoire d'étape mais les deux fois, deux rivaux de haut niveau ont emporté ce rêve. Le dimanche 30 août, Julian Alaphilippe l'a dépassé à moins d'une roue sur la ligne à Nice. Dimanche 6 septembre, après 90 kilomètres d'escapade en solitaire, Hirschi a vu le duo slovène Pogacar-Roglic reprendre son rêve à l'arrivée. Mais à tout juste 22 ans et à son premier Tour de France, Martin Hirschi aura sûrement d'autres occasions de remporter une étape.

Une deuxième semaine pour tous les goûts

Le menu de cette deuxième semaine propose des plats pour tous les goûts. Dans les six prochains jours, les coureurs affronteront 1 114 km à travers la France d'ouest en est. Mardi et mercredi, les étapes de plat promettent une bataille pour les sprinteurs. Jusqu'à présent, trois d'entre eux ont triomphé: Alexander Kristoff (étape 1), Caleb Ewan (étape 3) et Wout Van Aert (étapes 5 et 7).

Mais au classement par points, la bataille est pour le moment entre le Slovaque Peter Sagan (138 points) et l'Irlandais Sam Bennett (131). S'il ne semble pas être le plus rapide du peloton, le Slovaque de Bora-Hansgrohe est le spécialiste de ce classement puisqu'il a porté le maillot vert à Paris à sept reprises. Qui réussira à enlever son maillot?

Le reste de la semaine promet deux jours pour les aventuriers (étapes 12 et 14), et deux pour les grimpeurs qui apparaissent comme de parfaits théâtres pour la bataille du général.

Notre guide de TDF 2020.
Notre guide de TDF 2020. © France 24