Trois nouveaux cas ont mis en doute le projet de la Bundesliga de reprendre ses activités à la mi-mai. En Italie, les clubs s'apprêtent à reprendre l'entraînement et en Espagne, le gouvernement "passe le ballon" à la Liga pour définir sa reprise.

Le calendrier sportif est pratiquement paralysé depuis le début de la pandémie de Covid-19 et les différentes organisations évaluent avec prudence leurs plans pour poursuivre leurs saisons. Mais parmi toutes les disciplines, le football semble le plus désireux de reprendre son activité.

Alors que les principaux pays européens commencent à assouplir les mesures de confinement, les ligues majeures sont les premières à reprendre l'entraînement en équipe avant tout et à planifier comment et quand terminer les tournois en cours.

Les pratiques avec distanciation sociale, les tests massifs et les matchs sans audience pendant plusieurs mois sont quelques-unes des options évaluées par les dirigeants du football européen.

Mais la voie ne semble ni facile ni exempte de questionnement, en même temps qu'elle dépend des décisions des gouvernements et de l'évolution de la maladie dans chaque territoire.

Trois cas de Covid-19 au FC Cologne menacent la reprise de la Bundesliga

En Allemagne, la Bundesliga se profile comme la première des cinq ligues majeures avec un plan de reprise clair. Dans l'attente de l'approbation du gouvernement lors d'une réunion virtuelle devant être organisée par la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des États fédéraux le 6 mai, les autorités de la Ligue allemande de football (DFL) espèrent reprendre le championnat le 16 mai, avec matchs à huis clos et un catalogue de mesures de sécurité, qui comprend des tests massifs dans les modèles et les plans de traitement pour les cas de contagion individuels, au lieu de décisions collectives.

Mais la viabilité de cette proposition a subi un revers vendredi, lorsqu'il a été confirmé que trois membres du club du FC Colonia étaient positifs pour Covid-19. Bien que le club ait refusé de révéler leur identité par respect pour la vie privée, le journal allemand "Bild" a indiqué qu'ils seraient deux joueurs et un physiothérapeute.

Comme le rapporte l'institution, les personnes infectées "ne présentent aucun symptôme" et ont été placées "en quarantaine à domicile pendant 14 jours". Malgré cela, le club a indiqué qu'il poursuivra la formation, une décision qui a suscité la controverse.

L'un des critiques était Karl Lauterbach, législateur du Parti social-démocrate (SPD), partenaire minoritaire de la coalition gouvernementale d'Angela Merkel. Sur son compte Twitter, le parlementaire, également professeur d'économie de la santé et d'épidémiologie, a interrogé le FC Colonia pour avoir suivi ses pratiques malgré d'éventuelles infections. "Ceux qui s'entraînent avec Covid-19 risquent d'endommager les poumons, le cœur et les reins", a-t-il averti.

En ce sens, Lauterbach s'est dit "surpris que les joueurs le permettent" et a souligné que "le football devrait être un exemple" et pas exclusivement "le pain et le cirque".

Les clubs de Bundesliga sont déterminés à poursuivre le tournoi car ils estiment que leur suspension impliquerait un coup dur pour l'économie des clubs que tous ne seraient pas en mesure de amortir. L'intérêt social pour le football motive également certains secteurs à réfléchir à une relance rapide.

D'autre part, le gouvernement évalue également les risques sanitaires qu'une reprise impliquerait et, en outre, le coût politique que cela représenterait pour transmettre le sentiment que le football est privilégié dans la gestion de la crise.

Les clubs de la série A reçoivent le feu vert des gouvernements régionaux pour reprendre la formation

En Italie, la Serie A attend également un clin d'œil du gouvernement pour définir un plan de reprise pour la saison. Pour le moment, les autorités ont seulement indiqué que les athlètes, y compris les professionnels, pouvaient reprendre leurs pratiques individuellement à partir du 4 mai dans les parcs et les rues, mais pas dans leurs centres sportifs.

Cela a provoqué le rejet des organisations et des footballeurs professionnels, qui comprennent que les athlètes courent plus de risques dans les espaces publics que dans les clubs fermés.

Conformément à cette ligne, certains gouvernements régionaux, tels que ceux d'Émilie-Romagne et de Campanie, se sont montrés ouverts à s'opposer à la décision nationale et à permettre aux footballeurs de s'entraîner sur les terrains de leurs clubs, bien que individuellement, en respectant les directives en matière de santé. et avec un accès restreint aux structures de ces centres, comme les vestiaires ou les gymnases.

Sassuolo, Bologne et Parme, tous des clubs de Serie A appartenant à la région Émilie-Romagne, ont confirmé leur intention de reprendre l'entraînement le lundi 4 mai. SPAL, une autre équipe de la région, ne s'est pas encore officiellement exprimée, comme Napoli, de la région de Campanie, bien qu'elle soit également disposée à reprendre les pratiques.

De son côté, le gouvernement local du Latium, qui couvre Rome, était également favorable à l’autorisation de la formation dans les centres sportifs, afin que les deux clubs de la capitale italienne puissent reprendre leur préparation.

Sánchez laisse la décision sur le retour de la Ligue aux dirigeants

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a déclaré samedi qu'il souhaitait que le football revienne "bientôt" et a indiqué que "la Ligue et la fédération décideront" du retour du tournoi, après l'assouplissement des restrictions en Espagne.

Le Conseil supérieur du sport (CSD) du pays ibérique a approuvé un plan en quatre phases pour la reprise des activités sportives. Les athlètes pourront se réentraîner individuellement la semaine prochaine, après avoir effectué un test de diagnostic pour le coronavirus. Si le résultat est positif, la personne concernée ne pourra pas reprendre les pratiques, même si elles sont asymptomatiques.

La deuxième phase envisagera l'entraînement en petits groupes et une troisième permettra l'intensification des mouvements avec des gabarits complets, qui devront être prolongés d'au moins deux semaines avant que la quatrième étape, le retour à la compétition, se déroule sous des mesures sanitaires strictes et sans public.

Les dirigeants de la plus haute division du football espagnol espèrent reprendre la saison en juin et c'est l'engagement des deux clubs et du gouvernement que les compétitions se terminent sur le terrain.

La Premier League s'est engagée à mettre fin à la saison mais sans feuille de route claire

La situation en Premier League anglaise est encore plus incertaine. Le gouvernement britannique étant déterminé à maintenir un confinement strict, du moins pour l'instant, les clubs de première division d'Angleterre ont réitéré mercredi leur position pour terminer la saison lorsque cela était possible, plutôt que d'opter pour son annulation.

Le projet Restart naissant maintient l'espoir de reprendre l'activité début juin pour essayer de la terminer avant le 31 juillet et de laisser août libre pour les compétitions européennes, que l'UEFA a l'intention de terminer expressément au cours de ce mois.

Cependant, ce plan n'a pas encore de feuille de route et est soumis aux recommandations du gouvernement et des autorités sanitaires et à une consultation préalable des joueurs et des entraîneurs.

Parmi les alternatives que les clubs évaluent – qui se réuniront à nouveau vendredi prochain – sont de jouer les 92 matches restants dans un seul lieu ou de retirer le championnat des îles, dans un endroit qui n'est pas affecté par le coronavirus, comme l'a suggéré l'ancien footballeur. Gary Neville.

L'objectif est d'éviter la manière d'annuler le tournoi, une mesure que la Ligue 1 française a adoptée, la seule des cinq grandes ligues qui a décidé de mettre fin à sa saison, après que le gouvernement français a ordonné la suspension des sports professionnels jusqu'à septembre.

Avec EFE, Reuters et AFP