Ecologie

Un pas de plus vers la justice pour le meurtre de la militante écologiste Berta Cáceres

Après des années de retard et plusieurs suspensions du procès qui a finalement commencé en avril, la Cour nationale de détermination de la peine du Honduras a rendu sa décision le lundi 5 juillet contre David Castillo, l’un des accusés dans le meurtre en 2016 du leader indigène et défenseur de la terre Berta Cáceres. La justice hondurienne l’a déclaré co-auteur de sa mort. La famille assure que l’affaire Berta Cáceres ne se termine pas avec cette résolution.

« Une victoire pour les peuples » : c’est ainsi que la famille de Berta Cáceres a décrit la décision qui a unanimement déclaré Roberto David Castillo Mejía co-auteur du meurtre de la leader écologiste hondurienne Berta Cáceres à l’aube du 3 mars 2016.

Castillo, arrêté en 2018, était l’un des directeurs de la société Desarrollos Energéticos, DESA, en charge de la construction d’un barrage sur la rivière Gualcarque, sacrée pour la communauté indigène Lenca. Selon l’avocat de la famille de Cáceres, ce qui est important dans cette phrase, c’est qu’elle définit le mobile du crime et le relie directement à l’activisme de Berta contre le projet, qui, selon eux, entraînerait d’importantes interruptions dans l’approvisionnement en eau et en nourriture des la communauté La communauté de la région.

Des membres de Copinh célèbrent la condamnation de David Castillo, responsable du meurtre de Berta Cáceres, à Tegucigalpa, au Honduras, le 5 juillet 2021.
Des membres de Copinh célèbrent la condamnation de David Castillo, responsable du meurtre de Berta Cáceres, à Tegucigalpa, au Honduras, le 5 juillet 2021. © Orlando Sierra / AFP

Le ministère public hondurien a qualifié la condamnation d’historique et a admis que les preuves étaient irréfutables. De son côté, le Centre pour la justice et le droit international (CEJIL) a réagi sur Twitter en assurant que cela ouvrait « un espoir dans la lutte contre l’impunité » et a réitéré son soutien à la famille hondurienne pour trouver « justice ».

En décembre 2019, sept autres hommes avaient déjà été condamnés à entre 30 et 50 ans de prison, accusés d’être les auteurs matériels du meurtre de Berta.

Toutes ces condamnations laissent les membres de la famille de Berta Cáceres et les autres militants satisfaits, mais elles rappellent que de nombreux responsables de sa mort sont toujours en fuite. En lisant une déclaration du Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras, COPINH, co-fondé par Cáceres elle-même, sa fille Berta Zúñiga a mentionné plusieurs membres de la famille Atala Zablah, l’une des plus puissantes du Honduras et ceux qu’ils accusent de ayant fourni le financement pour commettre l’homicide.

En outre, Zúñiga a rappelé qu’elle et sa famille faisaient l’objet de violations puisqu’ils se sont vu refuser l’accès aux audiences à plusieurs reprises et a demandé que la concession du barrage hydroélectrique d’Agua Zarca, qu’ils considèrent illégale et corrompue, soit révoquée.

Il faudra attendre le 3 août pour connaître la peine qui sera imposée au condamné, qui pourrait aller jusqu’à 25 ans de prison. Pendant ce temps, David Castillo devra rester en détention préventive. Pour sa part, la famille de Berta Cáceres continuera à se battre pour que tous les responsables de cette mort et de nombreuses autres de défenseurs de la terre et de dirigeants sociaux soient condamnés. Un combat essentiel dans le pays avec plus de meurtres de militants écologistes par habitant.

gestioninclusive@gmail.com