Economie

Un mois de Bitcoin au Salvador : entre applaudissements et maux de tête

De plus en plus de Salvadoriens ont fait l’expérience du Bitcoin comme monnaie légale depuis sa mise en œuvre, le 7 septembre 2021. Mais seule une petite fraction des entreprises acceptent les paiements avec la crypto-monnaie et des problèmes techniques ont tourmenté l’application mobile du gouvernement. Retour sur un mois de la mesure défendue par l’administration Bukele.

Le succès ou non de la mise en œuvre du Bitcoin comme monnaie légale au Salvador dépend de la source consultée.

Depuis un mois, les Salvadoriens utilisent la crypto-monnaie la plus populaire au monde comme moyen de paiement officiel. Pour beaucoup, cela a été un pas vers l’innovation, mais pour d’autres, il a été difficile de s’adapter.

Le gouvernement affirme que quelques millions de dollars sont envoyés quotidiennement par des migrants qui utilisent la crypto-monnaie, dans un pays où un cinquième des familles dépendent des envois de fonds.

Mais seule une fraction des entreprises de la nation d’Amérique centrale ont accepté le paiement par ce moyen et des problèmes techniques dans l’application de crypto-monnaie du gouvernement, appelée « Chivo », ont fini par frustrer même les utilisateurs les plus engagés avec la technologie.

« Nous ne sommes toujours pas sûrs des avantages que le gouvernement attendait », a déclaré Leonor Selva de l’Association nationale des entreprises privées, l’un des nombreux groupes d’entreprises qui restent sceptiques quant au lancement.

Au contraire, Juan Moz, un ouvrier du bâtiment qui vit aux États-Unis depuis 2005, a récemment choisi « Chivo » pour envoyer des fonds à sa famille, une décision qui, selon lui, lui fait économiser jusqu’à 18 dollars par rapport aux services de transfert d’argent. « Je vais certainement continuer à l’utiliser », a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique avec Reuters depuis San Francisco.


Il y a ceux qui ont signalé des irrégularités dans les transactions et des tentatives d’usurpation d’identité, ce que le président Nayib Bukele a imputé à une forte demande, tout en se défend contre ses détracteurs.

Selon le chef de l’État, trois millions de personnes ont téléchargé ‘Chivo’, soit 500 000 de plus que prévu initialement et un chiffre équivalent à la moitié de la population, tandis que la Fondation salvadorienne pour le développement économique et social a interrogé 233 entreprises de différents secteurs pour découvrir que 93 % des entreprises ne déclarent pas les paiements en bitcoins.

Aujourd’hui, un Bitcoin coûte 27,2% de plus qu’il y a un mois

Selon l’agence ‘Bloomberg’, un jour avant que le Salvador n’adopte le Bitcoin comme monnaie, son prix dépassait les 50 000 $ et en une seule journée, il tombait de plus de 17 %. Après plusieurs hauts et bas, la crypto-monnaie approche les 55 000 $.

France 24
France 24 ©France24

Le gouvernement du Salvador prétend avoir 700 de ces pièces, un investissement qui le 7 septembre valait environ 30 millions de dollars et vaut aujourd’hui un peu plus de 38 millions de dollars.

France 24
France 24 ©France24

Le gouvernement de Bukele s’attend à ce que 2,5 millions de Salvadoriens vivant aux États-Unis finissent par envoyer des fonds via « Chivo ».

Jusqu’à présent, 30 guichets automatiques Bitcoin ont été installés pour envoyer des fonds à Atlanta, Chicago, Houston et Los Angeles.

Cependant, la plupart des envois de fonds annuels de 6 milliards de dollars d’El Salvador – environ un quart du produit intérieur brut du pays – proviennent toujours de transferts d’argent et beaucoup se méfient de la volatilité des crypto-monnaies.

Le Fonds monétaire international est l’un des nombreux sceptiques. Récemment, il a affirmé que l’adoption de monnaies numériques dans les pays émergents pourrait saper les contrôles des devises et des capitaux et altérer la stabilité financière.

Avec Reuters et EFE