Ecologie

Londres sévit contre les militants du changement climatique avant la COP26

La Grande-Bretagne a du mal à présenter ses références environnementales à l’échelle internationale avant le prochain sommet des Nations Unies sur le changement climatique à Glasgow, mais cherche en même temps à faire face aux protestations croissantes des écologistes.

Londres (AFP)

Le groupe de désobéissance civile Extinction Rebellion a paralysé les villes et promet de le faire à nouveau à Glasgow plus tard ce mois-ci.

Ces dernières semaines, une faction jusque-là inconnue, Insulate Britain, a bloqué de nombreuses autoroutes et routes, entraînant des dizaines d’arrestations.

Mercredi, le Premier ministre Boris Johnson les a qualifiés de « nuisances » et a applaudi son ministre de l’Intérieur, Priti Patel, promouvant « de nouveaux pouvoirs pour les mettre en prison, là où ils devraient être ».

Son gouvernement affirme vouloir conduire la réduction des émissions de carbone pour limiter le réchauffement climatique au sommet, mais suit l’exemple de la presse britannique conservatrice, de plus en plus hostile aux militants, qu’il qualifie d' »ecomafia » et d' »environnement-idiots ».

Ses militants sont accusés de risquer des vies avec leurs tactiques, qui consistent notamment à coller à l’asphalte et à s’asseoir devant la circulation aux heures de pointe.

Lundi, les télévisions ont montré une conductrice désespérée suppliant d’être admise afin qu’elle puisse suivre l’ambulance qui emmenait sa mère à l’hôpital.

Barbes et chapeaux de laine

« Nous sommes dévastés par cela. Nous ne sommes pas descendus dans la rue pour empêcher le passage des ambulances », a déclaré à l’AFP Tim Speers, 36 ans, membre d’Isulate Britain.

Originaire du sud-ouest de l’Angleterre, il est loin de la caricature médiatique d’un « hippie », comme les appelait Johnson, avec une barbe et un bonnet de laine.

Rasé de près et bavard, cet ancien joueur de poker professionnel affirme avoir abandonné son ancienne vie pour lutter contre le changement climatique par la désobéissance civile.

« Dès qu’ils sortiront avec une déclaration significative qu’ils se mettront au travail, qu’ils atteindront leurs propres objectifs, je quitterai la route », dit-il. Mais « je ne peux pas rester les bras croisés pendant que ce gouvernement fait complètement échouer les citoyens qu’il est obligé de protéger. »

Les Britanniques ont une longue histoire de protestations environnementales, contre d’anciens projets d’infrastructure comme une route de contournement dans l’ouest de l’Angleterre dans les années 1990.

L’un des militants qui a ensuite tenté de bloquer la construction avec un tunnel sous l’ouvrage, Daniel Hooper, connu sous le nom de « Swampy », est réapparu plus tôt cette année dans une autre manifestation.

Il a été jugé avec d’autres écologistes, dont les fils d’un propriétaire terrien millionnaire et éditeur, pour avoir tenté d’empêcher la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse. Le groupe a passé des jours retranchés dans des tunnels extrêmement étroits qu’ils ont secrètement creusés près de la gare d’Euston, dans le centre de Londres.

« Il n’y aura pas de lendemain »

Lundi, Speers a manifesté devant les tribunaux alors que plus de 100 membres du groupe ont reçu des ordonnances du tribunal contre le barrage routier.

Ses origines sont très diverses, des parents avec leurs enfants, aux personnes âgées ou membres du clergé.

Janine Eagling, une consultante informatique à la retraite de 60 ans, a expliqué qu’elle avait rejoint Insulate Britain par besoin d’agir de toute urgence.

La police surveille la ville écossaise de Glasgow le 4 octobre 2021
La police surveille la ville écossaise de Glasgow le 4 octobre 2021 Andy Buchanan AFP

« La situation est pire que jamais. Nous émettons du CO2 comme s’il n’y avait pas de lendemain, et si nous continuons comme ça, il n’y aura littéralement pas de lendemain », dit-il.

Assurant qu’il ne tolérerait pas « les éco-guerriers, qui piétinent notre mode de vie et épuisent les ressources policières », Patel a annoncé mardi de nouvelles mesures pour faire face à ces groupes.

« Tirer sur le messager ne peut pas détruire le message : notre pays fait face au plus grand risque de l’histoire et notre gouvernement nous fait défaut », a défendu Insulate Britain, qui milite pour que tous les foyers britanniques soient respectueux de l’environnement.

Glasgow, avec une concentration prévue entre 50 000 et 100 000 personnes lors du sommet, pourrait être le théâtre d’un nouvel affrontement.

La police écossaise, qui déploiera quelque 10.000 agents par jour pendant deux semaines, a annoncé qu’elle faciliterait les manifestations pacifiques et autoriserait « les manifestations illégales dans une certaine mesure ». Mais il a averti qu’il prendrait des mesures « lorsque la manifestation commencerait à affecter la capacité de la conférence à fonctionner ».