Economie

Trois événements qui ont marqué la pire année économique de l’histoire récente

L’économie mondiale a souffert de l’assaut de la crise sanitaire causée par Covid-19, dont l’Amérique latine est la région la plus touchée. Mais l’année a également été marquée par des guerres commerciales interminables et une sortie effrénée du Royaume-Uni de l’Union européenne.

De la crise des coronavirus, qui est passée des soins de santé à l’économie en quelques semaines, aucun pays au monde ne peut dire qu’elle en est sortie indemne. Pas même la Chine, la seule grande économie qui pouvait se permettre de croître en 2020, son produit intérieur brut étant devenu négatif cette année pour la première fois depuis 1992.

«Nous continuons de projeter la pire récession mondiale depuis la Grande Dépression. Une crise pas comme les autres ». De cette manière, la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a résumé les sept premiers mois de la pandémie mondiale en octobre 2020.

L’arrivée du virus dans tous les coins de la planète a effacé des années de croissance économique et plongé le monde dans une récession avec peu de précédents dans l’histoire, le premier événement notable d’une année économique très mouvementée.

Covid-19, une crise sanitaire vite devenue économique

Tout le monde convient que la récession est beaucoup plus dure que la crise financière de 2008, et certains la comparent à la Grande Dépression des années 1930.

«Une façon de comparer la crise de Covid-19 avec d’autres crises est de regarder les chiffres de la pauvreté, mais les circonstances sont très différentes (…) Pour le mettre en chiffres bruts, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) estime qu’il y aura un minimum 207 millions de pauvres de plus, et le coup porté à la classe moyenne est déjà en train de se faire sentir », a déclaré à France 24 Erick Behar-Villegas, doyen des sciences économiques à l’Université des sciences appliquées de Berlin.

La dernière prévision du Fonds monétaire international, à partir d’octobre 2020, indique que le PIB mondial se contractera de 4,4% cette année. Mais en ce qui concerne l’impact régional, l’Amérique latine est le pire.

En 2019, le PIB régional a échappé de peu à la contraction. Le Venezuela, le Nicaragua et l’Argentine se portaient déjà mal avant l’apparition du coronavirus.

France 24
France 24 © France 24

D’ici 2020, après cinq années décevantes en termes de croissance, la région devait décoller et sortir du sommeil dans lequel elle était entrée après la fin du boom des matières premières, mais la pandémie a brisé toutes les perspectives et l’a plongée dans sa pire crise.

France 24
France 24 © France 24

L’emploi a été le plus durement touché. En juin, l’Organisation mondiale du travail estimait que la pandémie avait détruit l’équivalent de quelque 500 millions d’emplois dans le monde, dont 34 millions en Amérique latine et dans les Caraïbes.

En 2018, 7,9% de la population active de la région était au chômage. D’ici 2020, on estime que le taux passera à 11,5%, avec une augmentation incalculable du nombre de travailleurs informels.

France 24
France 24 © France 24

«L’une des discussions les plus importantes à donner, qui est liée à la pauvreté, est l’informalité. En Amérique centrale, les perspectives sont encore plus alarmantes, avec des niveaux d’informalité de plus de 65% et une pauvreté monétaire de plus de 50%, selon la CEPALC », déclare Erick Behar-Villegas.

2. Brexit: un accord de dernière minute qui a empêché un mauvais divorce

Le Royaume-Uni a rejoint l’Union européenne en 1973 et a décidé en 2016 de la quitter, une séparation qui n’a été possible que jusqu’au 31 janvier 2020. Cependant, ce n’est que jusqu’au 1er janvier 2021 qu’ils se feront remarquer, dans la pratique, les changements pour les citoyens de côté et de côté de la Manche.

Après de longs allers et retours, Londres et Bruxelles sont parvenus à un accord commercial qui régira les relations à partir de cette date. Et ils ont évité, d’ailleurs, une rupture brutale des relations.

Cependant, la relation entre ces anciens partenaires communautaires sera privilégiée, mais pas idyllique.

Le gouvernement britannique a vendu le pacte de 1 246 pages comme atteignant ses objectifs: maintenir une zone de libre-échange sans tarifs ni quotas, tout en libérant le pays des réglementations de l’Union européenne et de la juridiction des tribunaux communautaires.

Le bloc a également réalisé le sien. Bien que la Grande-Bretagne abandonne la politique commune de la pêche le 31 décembre 2020, les règles de pêche actuelles resteront en place pendant au moins cinq ans et demi, ce qui a été critiqué par ceux qui croient que le Premier ministre Boris Johnson a euthanasié. cette industrie.

«D’une manière générale, l’UE a obtenu moins que ce qu’elle espérait, mais plus que ce qu’elle attendait. Et Londres a finalement dû céder », a expliqué à France 24 Sergio Castro, maître en politique publique, qui a ajouté que« le plus gros changement va se produire dans la circulation des personnes (visa obligatoire pour les séjours de plus de trois mois) et dans le contrôles aux frontières, car il n’y aura pas de tarifs, mais il y aura contrôle des marchandises ».

3. Guerres commerciales: les autres protagonistes

Pour les autorités économiques de certains pays, le coronavirus n’était pas leur seule préoccupation cette année: les guerres commerciales occupaient également l’agenda et mettaient en péril des relations commerciales valant des milliards de dollars par an.

Début 2020, les États-Unis et la Chine ont lissé les points difficiles qu’ils entretenaient depuis 2018. Après avoir signé un accord dit de «phase 1», la Maison Blanche a maintenu ses tarifs et Pékin a promis d’acheter plus de produits américains. Et alors qu’ils se sont tous les deux voués à passer à la phase suivante, la pandémie a refroidi les discussions.

Claudio Loser, ancien directeur pour l’hémisphère occidental du Fonds monétaire international, a déclaré que, «cependant, sur les questions majeures, les États-Unis ont maintenu leur niveau de protection concernant de nombreuses importations en provenance de Chine et la Chine a également maintenu des limitations en termes d’investissements, et dans ce cas, il n’a pas encore été résolu ».

Donald Trump continue de voir les entreprises chinoises – d’abord Huawei et cette année Tiktok – une grande menace pour la sécurité nationale. Dans le cas de la filiale ByteDance, elle a tenté, jusqu’à présent sans succès, de faire pression sur la vente des opérations du réseau social dans son pays.

Du côté européen, la guerre commerciale, en revanche, s’est intensifiée. Les États-Unis et l’Union européenne s’accusent mutuellement de subventionner illégalement leurs géants de l’aéronautique: Boeing et Airbus depuis près de deux décennies.

L’Organisation internationale du commerce, qui estime qu’ils ont tous deux violé les règles, a autorisé la Maison-Blanche en 2019 à imposer des tarifs allant jusqu’à 7,5 milliards de dollars par an au groupe communautaire. Les tarifs allaient des avions au fromage, aux olives et aux spiritueux.

L’Union européenne a remporté la bataille la plus récente: après avoir reçu le feu vert de l’OMC, elle a imposé des prélèvements sur les produits américains pour 4000 millions de dollars par an, qui comprennent tout, des tracteurs aux fruits de mer, en passant par le gin, le coton et même les jeux vidéo.

Avec Reuters, EFE, AP

gestioninclusive@gmail.com