Economie

L’Argentine lance une stratégie de contrôle des prix pour faire face à la hausse de l’inflation

Le gouvernement d’Alberto Fernández a créé un système qui oblige près d’un millier de grandes entreprises des secteurs de la construction, du commerce et de l’industrie à déclarer mensuellement les prix courants et les quantités vendues de tous leurs produits.

L’indice des prix à la consommation en Argentine était de 36,1% en 2020, un chiffre qui, bien que inférieur aux 53,8% de 2019, consolide le pays comme le deuxième en Amérique latine où les prix augmentent le plus rapidement du panier familial, après le Venezuela.

Pour lutter contre l’inflation et éviter les pénuries, le gouvernement a créé un système qui établit que toutes les grandes entreprises des secteurs commerciaux et industriels doivent déclarer chaque mois ce qu’elles vendent, ainsi que la quantité et sa valeur.

Il s’agit du Système d’Information pour la Mise en œuvre des Politiques de Réactivation Economique (SIPRE), qui les premiers jours de chacun collectera les données des produits, le prix unitaire, les quantités produites et vendues, la plainte en cas de pénurie et de pénurie ou de manque de livraison des intrants nécessaires à sa production.

La règle s’applique aux entreprises de construction qui facturent plus d’un milliard de pesos argentins par an (1,1 million de dollars au taux de change ce jeudi), 2,6 milliards de pesos dans le secteur du commerce (2,8 millions de dollars) et 2500 millions de pesos (2,7 millions de dollars). auquel ils se consacrent à l’activité industrielle.

L’objectif est, selon l’exécutif, «d’éviter les pénuries et de protéger les droits des consommateurs». Mais il y a ceux qui considèrent que ce n’est pas la mesure appropriée.

En dialogue avec France 24, Gustavo Neffa, économiste et directeur de la recherche pour les commerçants, a déclaré qu ‘«en Argentine, ils ont déjà essayé en 2014 avec les entreprises de service public de voir combien elles gagnaient et de pouvoir fixer leurs tarifs. Et ce qu’il a fait a été de décourager les investissements ».

Ces dernières semaines, le gouvernement a sanctionné plusieurs des entreprises de consommation de masse pour avoir retenu des volumes de production ou pour avoir omis de livrer certains produits à des fins de commercialisation.

La vérité est que, pour le gouvernement argentin, l’inflation – qui en février était de 40,7% en glissement annuel – est « un problème multi-causal ». Alors que pour cette année il cherche à le baisser à 29%, les analystes privés consultés par la Banque centrale prévoient une hausse des prix de 48,1%.

Avec EFE

gestioninclusive@gmail.com