Première modification:

Les achats de produits agricoles de l'Union européenne vers les pays d'Amérique latine entre janvier et avril ont dépassé 10 milliards d'euros et ont augmenté de plus de 4%.

Covid-19 n'a pas seulement laissé de mauvaises nouvelles pour l'Amérique latine, qui est maintenant l'épicentre de la pandémie. L'un des secteurs bénéficiaires a été le secteur agro-industriel.

Les pays de la région ont augmenté leurs exportations agroalimentaires et ont profité de l'excédent commercial avec l'Union européenne entre janvier et avril.

Le premier agro-exportateur mondial a également profité de l'urgence de rechercher des marchés alternatifs pour faire face aux tarifs récemment imposés par les États-Unis.

«En raison des changements de pouvoir mondiaux et de la conversion des marchés asiatiques en moteurs du commerce, l'UE a perdu une part de marché importante en Amérique latine et dans les Caraïbes au cours des deux dernières décennies, principalement au profit de la Chine. »Déclare un rapport du service de recherche du Parlement européen (PE).

Mais pendant la pandémie, la dynamique a été différente: alors que les achats d'Amérique latine auprès de l'Union européenne ont connu un rebond de 2,1%, selon ICEX Espagne, les ventes ont progressé de 4,4%.

En termes réels, la proportion est de 1 866 millions d'euros contre 10 278 millions d'euros respectivement.

Le Brésil occupe une troisième place, tandis que d'autres pays comme l'Argentine, le Chili et le Mexique font également partie du panier d'exportation vers les pays du vieux continent.

L'Union européenne interdit l'importation d'agrumes argentins

Le bloc de pays a temporairement interdit, le 14 août, l'importation de citrons et d'oranges d'Argentine afin d'empêcher l'introduction et la propagation de la "tache noire des agrumes", une maladie qui affecte ce type de fruits.

Cela a été stipulé par le règlement d'application de la Commission européenne publié au Journal officiel de l'UE, qui modifie une annexe à une norme relative aux mesures de protection contre les phytoravageurs.

Entre mai et la première semaine d'août, les États de l'UE ont notifié à plusieurs reprises à la Commission les interceptions de l'organisme nuisible susmentionné dans les citrons et les oranges d'Argentine, à la suite d'inspections effectuées sur les importations.

L'interdiction s'appliquera, sauf révision ultérieure, jusqu'au 30 avril 2021 pour faire face au risque actuel d'introduction et de propagation dans l'Union européenne de la "tache noire des agrumes" et pour permettre à l'Argentine de mettre à jour son système de certification, qui sera audité par la Commission.

Avec EFE